Voter blanc, quelle signification ?

En ces temps d’élections nationales, le deuxième tour de la présidentielle est un bis, puisque les deux candidats restant sont les mêmes qu’en 2017. J’aurais souhaité un tout autre cas de figure, mais les circonstances ont fait que Jean-Luc Mélenchon est troisième bien que son score soit  supérieur de 9% (+652.569 voix) à celui de 2017, il était alors allié au PCF. Sa concurrente Marine le Pen a également progressé de 6% (+455.337 voix) malgré la présence de l’histrion Zemmour, ce qui aurait pu la désavantager. Alors pour qui voter ou ne pas voter au deuxième tour ?

Front Républicain ou non, j’ai beaucoup de difficulté à me faire à l’idée de déposer un bulletin en faveur du candidat Macron, représentant une politique néolibérale que je n’approuve pas, tant ses conséquences inégalitaires, en France et dans le monde, me paraissent contraire à l’esprit fondateur des droits de l’Homme [cf. Dan Edelstein et Thérence Carvalho, Cahiers Jean Moulin | novembre 2020]. . Et je ne vois pas pourquoi et comment E. Macron serait amené à changer cette représentation, peut-être « Préhistoire du futur qui explore sans relâche l’infinité des mondes possibles et les débâcles où ils conduisent l’humanité. » [série de Benjamin Abitan, France culture | 13 avril 2022]. Certes il peut s’adapter, comme il l’a fait entre deux tours avec son insistance sur le climat et l’écologie, il peut discuter de quelques aménagements, et emprunter à Philippe Poutou une citation de Gramsci : « Nos vies valent plus que vos profits », ou à Jean-Luc Mélenchon « l’Avenir en commun« , mais globalement il restera sous la pression constante des grands lobbys internationaux qui demeurent les invariants de la conduite du monde.

C’est pour ces raisons qu’il m’est impossible de voter E. Macron, et ce d’autant plus qu’il ne craint rien ! Dans la dernière enquête électorale 2022 IPSOS (15-18 avril, pour SciencePo, le Monde, Fondation Jean Jaurès ; échantillon de 7.563 personnes se déclarant certaines de voter) les deux candidats sont séparés par un écart de douze points (marge d’erreur ±1,1) :  Macron 56% / Le Pen 44% ; en janvier 57 / 43.  À quatre jours du deuxième tour un tel écart ne permet pas d’envisager une « remontada » inattendue et ce qui est possible au foot, ne l’est pas pour des élections ! Il s’agit d’un choix définitif pour 86%, par adhésion  pour 57% des votants Macron.

Il semble donc tout à fait possible de ne pas apporter une caution implicite au candidat Macron. Reste à savoir comment exprimer une opposition aux deux candidats. Abstention et vote blanc ou nul n’ont pas  la même signification : l’abstention a de nombreuses motivations, certaines n’ayant rien de politique ; en revanche le vote blanc est un geste délibéré qui peut signifier un profond désaccord avec les projets des candidats. En 2017 il représentait au premier tour 1,4% (660.000 voix) des inscrits et au second 6,4% (3.021.500 voix). Ce résultat, qui fut très peu commenté, n’est pourtant pas négligeable, même s’il est encore très loin des 80% de votes blancs évoqués par José Saramago dans son roman « La Lucidité » [Seuil | 2006]…

C’est une fable politique qui se déroule dans « la capitale non spécifiée d’un pays dirigée par un la-lucidite_saramagoparti conservateur et de tradition religieuse — on peut deviner à un endroit qu’il s’agit du Portugal — Elle est frappée d’une “épidémie” de votes blancs qui surpassent les suffrages exprimés ; le gouvernement décrète l’état de siège pour que les citoyens de la ville “récupèrent la raison” ». [Wikipédia]

« Des milliers de personnes de tous âges, toutes idéologies et toutes conditions sociales confondues, ont compris que voter blanc n’est pas s’abstenir. Elles manifestent à nouveau leur mécontentement à l’égard des partis et de la politique et refusent de prendre part à une mascarade qui légitime le pouvoir établi : cette fois-ci, ce sera 80% de votes blancs. Une véritable révolution » [Ramón Chao, ”Il reste la possibilité de voter blanc” | Le Monde diplomatique | avril 2007]

Dans cet ouvrage, José Saramago (prix Nobel de littérature en 1998) met en évidence un paradoxe de la démocratie représentative : dans l’opposition “riches” | “pauvres”, ce sont toujours les premiers qui sortent vainqueurs des élections et exercent le pouvoir dans le sens de leurs intérêts, alors qu’ils sont ultra minoritaires en nombre, et d’une élection à l’autre les “pauvres”, pourtant bien plus nombreux, demeurent privés d’expression et de pouvoir.

Pendant la campagne de l’élection présidentielle quels candidats se sont souciés des « gens de peu » [Pierre Sansot, Les gens de peu | PUF | 2009] ? C’est presque une évidence de noter que le pouvoir d’achat est la toute première préoccupation pour 70% des Français, très loin devant la santé (30%), la guerre et l’environnement (27%) [total supérieur à 100, trois réponses possibles |  enquête électorale IPSOS, op.cit.]. À l’examen il apparaît que Jean-Luc Mélenchon, Marine le Pen et Fabien Roussel se sont les plus exprimés à ce sujet, en insistant sur les conditions de vie difficiles de beaucoup de leurs concitoyens et en l’évoquant dans leur programme et leurs conférences. Mais ils ne seront pas en mesure de le mettre en œuvre, sauf, bien entendu,, si J-L. Mélenchon parvenait à devenir Premier ministre, grâce à des élections législatives gagnantes pour la gauche, objectif loin d’être atteint !

« La fable de José Saramago dit dans un langage fantastique, sarcastique et parodique la vision conspirative du pouvoir politique, le cynisme de dirigeants et leur violence ultime — et ce, comme bien des penseurs avant lui, dans le langage plus abstrait de la philosophie politique. En dévidant l’écheveau des potentialités d’une hypothèse apparemment aussi insignifiante que le vote blanc, il offre cependant une formulation littéraire de ce que Max Weber a nommé en langage sociologique la “domestication des dominés”  » [Alain Garrigou, “La peste blanche” | Le Monde diplomatique |15 juin 2020]

Si J. Saramago s’en prend à un mode de représentation politique aux résultats qui conduisent à maintenir de profondes inégalités, ne serait-ce que pour se faire entendre, il ne s’oppose pas cependant au concept même de démocratie, sous réserve que « Si nous ne trouvons pas un moyen de la réinventer, on ne perdra pas seulement la démocratie, mais l’espoir de voir un jour les droits humains respectés sur cette planète. Ce serait alors l’échec le plus retentissant de notre temps, le signal d’une trahison qui marquerait à jamais l’humanité » [José Saramago, “Que reste-t-il de la démocratie ?” |  Le Monde diplomatique | août 2004]

Concernant l’actuelle élection présidentielle, je ne crois pas me tromper en affirmant que les jeux sont faits et qu’il est inutile d’ajouter des voix à un candidat dont est loin de partager les objectifs politiques et la manière dont il exerce le pouvoir.

Un tableau permet de se rendre compte que les écarts entre un dernier sondage et le résultat du vote du deuxième tour sont minimes ceci pour toutes les élections présidentielles de la Ve République. 

elections presidentielles-5eme-republique_ecarts sondages-votes-deuxieme-tour


Il n’y a aucune raison pour que cette tendance ne soit pas confirmée dimanche, même si M. le Pen fait 10 ou 15 points de plus qu’en 2017, pourquoi en est-elle là, et pourquoi est-elle là ? La question mérite grande attention, mais cette élection n’est que le reflet d’une longue mise en scène depuis plusieurs années.  le taux d’abstention sera sans doute identique à un ou deux points près.
E. Macron sera donc élu dimanche mais avec quelle marge ? Il a  beaucoup « dragué » ces derniers jours (à Figeac entre autre) pour asseoir sa légitimité en obtenant le plus de points possibles, type J. Chirac en 2002 (82%), tout en répétant à l’envie que « rien n’est joué », ce qui est largement repris par les médias.
C’est pourquoi il ne me paraît pas souhaitable de « trop » encourager le vote Macron afin qu’il ne s’imagine pas, à tord, qu’il bénéficie d’un grand appui populaire pour « réconcilier la bienveillance et l’ambition » ! (à Figeac, vendredi 22 avril)  et parvenir à ce que les grandes métropoles et la ruralité fassent « bloc » [Le Monde 22 avril 2022) Tout un programme!

Résultats du vote deuxième tour le 24 avril 2022 : Macron : 58,6%, Le Pen : 41,4%, abstention : 28%. Soit deux points d’écart avec les dernières estimations IPSOS.


Compléments

Une réflexion sur “Voter blanc, quelle signification ?

  1. Pingback: Élections 2022 | idées à explorer

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s