Histrions et élections

Les campagnes électorales ont-elles besoin d’histrions ?

 Éphémère histrion qui sait son rôle à peine,
Chaque homme, ivre d’audace ou palpitant d’effroi,
Sous le sayon du pâtre ou la robe du roi,
Vient passer à son tour son heure sur la scène.
               Victor Hugo, Odes, IV, 14 | © 2021 Dictionnaires Le Robert

Sans aucune intention d’exhaustivité, quelques pistes pour alimenter la réflexion dans une pré-campagne électorale qui a débuté de bien étrange façon… 

Texte téléchargeable

L’histrion Zemmour

« C’était, à Rome, un saltimbanque grotesque, assez populaire faute de mieux et auquel un talent vulgaire mais réel valait une réputation d’assez mauvais aloi. La tradition s’éteignit dès qu’apparurent des auteurs inspirés. Et l’histrion ensuite est devenu ce mauvais acteur, mi bateleur d’estrade, mi charlatan de foire, avant que le souvenir se dissipe pour ne plus laisser place qu’à l’insulte suprême faite à un comédien.
Je trouverais le mot charmant si l’actualité française ne l’avait relevé de sa désuétude. C’est bien un histrion politique qu’on voit s’agiter sur l’extrême droite de la scène. Le dénoncer comme tel ne suffit pas, d’abord parce que l’Histoire, de Néron à Hitler, nous a appris à nous méfier de ce genre de personnages facilement tragiques, ensuite parce que, comme à Rome il y a plus de vingt siècles, il ne débarrassera la scène que lorsque les politiques se seront montrés aptes à donner de bonnes réponses aux besoins que sa présence exprime. »
[Michel Rocard, Le cœur à l’ouvrage, Seuil, 1987]

Bien entendu M. Rocard ne parle pas en 1987 d’E. Zemmour, mais de J-M. Le Pen. On peut toutefois facilement actualiser son propos  et se demander de qui Zemmour pourrait bien être le bouffon-histrion, si ce n’est peut-être de candidats plus « vertueux » cherchant à se maintenir “premier” ou bien parvenir à être “second” afin d’être opposé au “premier” lors du second tour. La dispersion des voix à droite et l’extrême droite pourrait bien favoriser l’émergence d’un candidat de la gauche comme “second”, sous réserve que celle-ci se regroupe quelque peu : « Avec Zemmour, le seuil d’entrée au second tour a baissé. Il y a une perspective de victoire écologiste et sociale. On peut gagner. » [Yannick Jadot, Le Monde | 21 nov. 2021]  « Éric Zemmour coupe le vote RN en deux, ce n’est pas inintéressant. Il fait baisser le niveau de qualification pour le deuxième tour. » [Olivier Marleix, député LR, Le Monde | 22 nov. 2021].  Alors, “vive Zemmour ! ”? et hypothétique victoire à la Pyrrhus…

En attendant quelles pourraient être les réponses à opposer à ce nouvel histrion mis en valeur par certains médias grand public et qui imprime fortement le début de la campagne ? L’ignorer en se taisant ? L’invectiver ? « M. Zemmour assène des contre-vérités, assène des messages de haine, des messages racistes, des messages antisémites […] J’en appelle à ce que cette élection présidentielle soit une vraie élection présidentielle avec un vrai débat […] et pas un débat que cette candidature d’un guignol. » [Anne Hidalgo, Libération | 31 oct. 2021]. Saine colère, mais avec quelle portée dans l’opinion, alors qu’« une gauche atomisée, donc faible, subit l’agenda des autres. Aujourd’hui celui d’Éric Zemmour, ravi de se faire traiter de “guignol” par une adversaire politique de gauche et donc de rester au centre du jeu présidentiel » [Lilian Alemagna, Libération | 31 oct. 2021].

zemmour affichesPeut-on alors imaginer que les grands médias décident enfin de mettre cet histrion transformant l’histoire à sa façon, face à d’authentiques scientifiques, historiens, anthropologues…, par exemple :

  • l’historien Gérard Noiriel, auteur de plusieurs ouvrages traitant de l’immigration, du racisme et du nationalisme : « Ce n’est pas l’histoire, mais M. Zemmour qui, depuis des années, “ressert les mêmes plats”, nourris des mêmes obsessions, des mêmes insultes. On peut donc se demander pourquoi ses écrits sont relayés par beaucoup de journalistes avec autant de complaisance. La première raison tient évidemment au fait qu’il est puissamment soutenu par tous ceux qui préfèrent qu’on focalise le débat public sur l’islam ou l’immigration, plutôt que de mettre en cause les privilégiés de la fortune ou de dénoncer l’aggravation des inégalités sociales. » [G. Noiriel, “Éric Zemmour tente de discréditer tous les historiens de métier” | Le Monde | 29 sept. 2018]
  • l’anthropologue de la génétique, Évelyne Heyer, auteure de « L’Odyssée des gènes » [éd. Flammarion, 2020]. « Dans toutes les espèces, animales ou végétales, la migration est nécessaire. Une espèce ou un groupe qui reste isolé s’appauvrit génétiquement au fil des générations. Les migrations sont fondamentales pour maintenir la diversité génétique, et pour bénéficier, par chance, de mutations qui permettront de résister à de nouveaux pathogènes ou de nouvelles conditions d’existence. » [“Avec votre ADN, je peux raconter des choses sur l’histoire de l’humanité” | Libération 16 sept. 2020] œuvres.
  • le démographe Hervé Le Bras, auteur de plusieurs ouvrages de référence : « Ceux qui nourrissent le fantasme d’une société homogène, destinée à protéger les Français de “souche” et à prévenir la destruction de la nation qu’ils prédisent, sont prêts aux mesures les plus attentatoires aux droits humains » [H. Le Bras, “Les adeptes de la théorie du “grand remplacement” semblent suivre la trace des totalitarismes du XXe siècle” | Le Monde  | 3 oct. 2021]

À l’évidence il appartient aux médias d’organiser de telles confrontations “grand public” en « prime time » et sur des durées conséquentes, c’est de leur responsabilité. Leurs taux d’audience en pâtiraient-ils ? Bien au contraire semble-t-il, puisque le 23 septembre dernier à 20h45, le débat entre Jean-Luc Mélenchon et Éric Zemmour sur BFMTV a réalisé un ”carton” avec 3,81 millions téléspectateurs et une part d’audience de 19%, en tête des chaînes télé aux mêmes heures (source Médiamétrie)

En attendant :

  • la Fondation Jean Jaurès vient de publier un excellent dossier : « Zemmour : idéologie, image, électorat » : « Il n’est plus possible de se contenter d’une dénonciation morale ou d’une dénonciation juridique d’Éric Zemmour– quand bien même l’une et l’autre disposeraient de solides fondements. Il n’est plus possible de concentrer ses critiques sur les médias ou les sondages – qui créeraient une “bulle” artificielle. Il est aujourd’hui indispensable de prendre la percée d’Éric Zemmour au sérieux, c’est-à-dire de la comprendre pour pouvoir mieux la combattre. Tel l’objet de ce dossier » [Gilles Finchelstein | oct. 2021]. Lire également : « Éric Zemmour : un discours qui libère la parole extrémiste » | Jean-Yves Camus | 4 nov. 2021
  • « Le grand remplacement », de quoi s’agit-il ? Dossier constitué de plusieurs articles parus dans Le Monde. 
  • « Immigration : que répondre à votre beau-frère qui croit au « grand remplacement » ? » | Baptiste Legrand, L’Obs | 9 janv. 2017

Fractures françaises et confiance politique

  • En partenariat avec Ipsos, Sopra Steria, Le Monde, l’Institut Montaigne et le Cevipof-SciencePo, la Fondation Jean-Jaurès publie la neuvième vague (2021) de l’enquête “Fractures françaises”. Elle offre une vitrine bien utile des ressentis de l’opinion publique et de ses préoccupations,  l’environnement s’imposant de plus en plus dans les préoccupations des Français et des Françaises : Le Monde | 9 sept. 2021
  • Le baromètre de la confiance politique : « En qu(o)i les Français ont-ils confiance aujourd’hui ? » Cevipof-SciencePo | mai 2021. Analyses dans le Monde

Enquête électorale 2022 IPSOS


3 réflexions sur “Histrions et élections

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s