L’ADN de l’Humanité

Ou comment s’opposer aux idées et projets Zemmou…riens, grâce à la génétique…

téléchargement du texte

Des livres peuvent particulièrement retenir notre attention avec l’envie de le faire savoir, c’est mon cas pour L’Odyssée des gènes (Flammarion 2020) écrit par Évelyne Heyer, biologiste de formation et qui enseigne l’anthropologie génétique. Ce titre peut faire penser à une fiction, mais nous sommes loin des mythes d’Homère ou de Stanley Kubrick ! On est en fait de plain-pied dans le réel de l’histoire de l’aventure humaine racontée de façon alerte et tout à fait compréhensible – même sans vraiment de connaissances en biologie – par une scientifique passionnée de recherche sur l’ADN : « Après un petit détour sur ce qui “fait” ou non l’Homme en nous comparant à nos plus proches cousins les chimpanzés, nous verrons comment depuis notre aventure hors d’Afrique, (commencée) il y a plus de 100 000 ans, nous avons conquis la planète. Cette épopée, qui s’est effectuée au gré des mélanges et migrations, semblait à jamais inaccessible, bien qu’inscrite dans notre ADN. Or il est désormais possible de lire dans notre code génétique à livre ouvert et de remonter progressivement dans le passé. »

« J’ai commencé à travailler sur des populations humaines et, dès les premiers travaux, j’ai réalisé qu’on ne odyssee gene_editedpouvait saisir la diversité humaine qu’en intégrant la culture, la langue, les habitudes. […] J’ai croisé très vite la génétique et les sciences humaines. […] C’est en se confrontant à la différence que l’on retrouve l’universel dans l’humain. J’ai la chance dans mon travail d’allier la science à la rencontre des autres » [“Évelyne Heyer : les gènes, une machine à remonter le temps” | France-Culture, La grande Table Idées par Olivia Gesbert | 13 oct. 2020]

De cet enseignement d’Évelyne Heyer, j’ai retenu deux points clés :

  • « Malgré l’ubiquité de notre espèce, c’est celle qui possède le niveau de diversité génétique le plus faible : nous sommes tous identiques à 99,9 %», et de la même origine africaine…
  • « Dans toutes les espèces, animales ou végétales, la migration est nécessaire. Une espèce ou un groupe qui reste isolé s’appauvrit génétiquement au fil des générations. Les migrations sont fondamentales pour maintenir la diversité génétique, et pour bénéficier, par chance, de mutations qui permettront de résister à de nouveaux pathogènes ou de nouvelles conditions d’existence. » [“Avec votre ADN, je peux raconter des choses sur l’histoire de l’humanité” | Libération 16 septembre 2020]

Ces deux points parmi d’autres et dont l’étayage est solide, devraient normalement permettre de déconstruire toutes les idéologies xénophobes, racistes et discriminantes véhiculées par Éric Zemmour, la famille Le Pen et consorts. À la condition toutefois qu’ils puissent être développés publiquement à grande échelle, ce qui est loin d’être le cas. En effet, la parution du livre d’Évelyne Heyer à l’automne 2020 n’a pas provoqué un déferlement médiatique : hors les articles dans des revues scientifiques, j’ai compté une dizaine de recensions dans les journaux et radios “grand public” et pas une seule émission télévisée. Un an plus tard, E. Zemmour, à l’occasion de la parution de son dernier livre “La France n’a pas dit son dernier mot”, en obtient au moins dix fois plus ! Les médias devraient être beaucoup plus attentifs à cette grande inégalité de traitement de l’information et faire en sorte que ce qu’ils mettent en avant ne soit pas exclusif.

Je note cependant que France Inter a réussi à capter l’attention de ses auditeurs du samedi avec une heure “Sur les épaules de Darwin” pendant laquelle Jean-Claude Ameisen développe avec humour et poésie des thématiques proches de celles d’Évelyne Heyer. Cette émission peut dépasser le million d’auditeurs ! Et son contenu est régulièrement publié en livres ; dans le dernier tome, Sur les épaules de Darwin : Retrouver l’aube, [France Inter / Les liens qui libèrent | 2014], J-C. Ameisen évoque l’importance des apports de la recherche en génétique.

Qu’est-ce qui pourrait bien empêcher que d’autres radios et chaînes de télévision grand public s’inspirent de ce genre d’émission, au lieu de favoriser outrageusement des personnages qui ne cherchent qu’à développer et entretenir les peurs les plus archaïques ?

“Qui ne sait pas d’où il vient, ne sait pas où il va”, Victor del Árbol, Le Poids des morts | 2006 | Actes Sud


Pour compléter  :

  • Homo sapiens dans le buisson du vivant” avril 2020
  • Génétique, métissage et pathogènes, du Néandertal au Covid-19” | France Culture | 13 oct. 2021. Avec Lluis Quintana Murci, généticien, auteur de : Le Peuple des Humains. Sur les traces génétiques des migrations, métissages et adaptations | 2020 | éd. Odile Jacob

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s