Bibliographie communs et ESS

biblio

biblio par dates de parution

téléchargement pdf

autres bibliographies : Cedias-musée social, « Un outil de recherche documentaire et de connaissance au service de l’ESS » / Geneviève Fontaine, « Les communs de capabilités : une analyse des Pôles territoriaux de Coopération Économique… » (thèse 2019) / Charlotte Hess, « Inscrire les Communs de la connaissance dans les priorités de recherche » (Vecam 2011)

Faire des propositions de lecture ? formulaire en fin de page. Indiquer : titre et sous-titre / auteur / éditeur / date de parution / éventuellement lien internet.


  • Aigrain Philippe, Cause commune : L’information entre bien commun et propriété | éd. Fayard /2005
  • Alix Nicole (et al.) Vers une République des communs ? | éd. L.L.L. / 2018
  • Alphandéry Claude (coordination) “50 propositions pour changer de cap” | Le Labo de l’ESS / déc. 2009
  • Ambrosi Alain, Sultan Frédéric, “Entretien avec Alba Hierro à propos de Pam a Pam en Catalogne” Remix biens communs / 28 juin 2017
  • Antonietti Thomas, “Consortages en Valais”| Vallesiana / 2012
  • Archambault Edith, “Perspective internationale sur le secteur sans but lucratif”| Revue Projet / 3 déc. 2000
  • Ariès Paul, Le Socialisme gourmand, le bien-vivre : un nouveau projet politique | éd. La Découverte / 2012
  • Aschieri Gérard, “Services publics et biens communs”| Hommes et libertés N° 176 / 2016
  • Audier Serge, Léon Bourgeois. Fonder la solidarité | éd. Michalon / 2007
  • AVISE, “SCIC et collectivités territoriales en 30 questions”| Les guides de l’Avise N° 3 / 2008
  • Banerjee Abhijit, Duflo Esther, Économie utile pour des temps difficiles | éd. du Seuil / 2020
  • Banque mondiale, “Gestion de l’eau en Bolivie : le conte des trois cités”| Précis N°222 / avr. 2002
  • Baranzini Roberto, Swaton Sophie, “L’économie sociale de Walras : reconstruction d’un syntagme trompeur” ADDES / 2013
  • Barbier Jean-Claude (dir.), Économie sociale et solidaire et État | éd. IGPDE / 2017
  • Barbut Monique, “Les Sols, un enjeu climatique majeur”| Alternatives économiques N°345 / Avr. 2015
  • Bard Christine, Bertin Georges (dir.), Figures de l’utopie hier et aujourd’hui | éd. PUR / 2014
  • Barraqué Bernard et al. “Eau : le rôle méconnu de Michel Rocard”| Développement durable et territoires Vol. 8 N°3 / Nov. 2017
  • Barthélémy Amandine (et al.) L’économie qu’on aime | éd. Rue de l’échiquier / 2013
  • Bauwens Michel, Kostakis Vasilis, Manifeste pour une véritable économie collaborative : vers une société des communs | éd. ECML / 2017
  • Bayon Denis, “Michel-Marie Derrion (1803-1850), pionnier coopératif”| Économie & Humanisme N° 354 / oct. 2000
  • Benoît Yann, Tanquerelle Hervé, La Communauté | éd. Futuropolis / 2010
  • Besançon Emmanuelle (et al.) L’innovation sociale. Principes et fondements d’un concept | L’Harmattan / 2013
  • Bollier David, La Renaissance des communs. Pour une société de coopération et de partage éd. Charles Léopold Mayer / 2014
  • Beyerbach Cornélia, “Alpages et agropastoralisme en Tarentaise et Pays du Mont-Blanc”| Fondation Facim / 2011
  • Billaudeau Valérie, Moysan Patrice, “D’une coopérative de consommateurs (la SADEL) à une scop (Savoirs Plus) : la gouvernance au coeur de la démocratie”| ADDES / 2018
  • Blin Arnaud, Marín Gustavo, “Les communs et la gouvernance mondiale. Vers un contrat social mondial” Forum pour une nouvelle gouvernance mondiale / avril 2012
  • Bolze Sophie, “Marinaleda, un village en utopie”| documentaire produit par Tarmak-films / 2009 (DVD)
  • Borrits Benoît, Au-delà de la propriété : pour une économie des communs | éd. La Découverte / 2018
    • Coopératives contre capitalisme | éd. Syllepse / 2015
    • “L’économie des communs s’inscrit dans une société de liberté”| Le Média-presse / 15 juin 2018
  • Boucheron Patrick, Conjurer la peur, Sienne 1338. Essai sur la force politique des images | éd. du Seuil / 2013
  • Boucle (la) Verte, “La désillusion d’une start-up de l’économie circulaire”| rapport / 2 mai 2020
  • Bourdieu Pierre (dir.), La misère du monde | Seuil
    • La Distinction. Critique sociale du jugement | éd. de Minuit / 1979
  • Boutillier Sophie, Allemand Sylvain (dir.), Économie sociale et solidaire. Nouvelles trajectoires d’innovations l’Harmattan / 2010
  • Bové José, Luneau Gilles, L’Alimentation en otage | éd. Autrement / 2015
  • Bredif Hervé (et al.), Facilitations stratégiques. Refonder l’action en commun dans les organisations et les territoires | éd. Presses Universitaires Du Septen-Trion / 2019
  • Briand Michel, “Libres, durables et solidaires dans l’appropriation du numérique à Brest”| Multitudes N°52 / 2013
    • “Gouvernance contributive, réseaux coopératifs locaux et communs”| Éthique publique N° 2 / 2015
  • Brondizio Eduardo, Ostrom Elinor, Young Oran, “Connectivité et gouvernance des systèmes socio-écologiques multiniveaux : le rôle du capital social”| Management-et-Avenir N°65 / 2013
  • Burgy Raymond, Piaget Charles, “L’aventure des coopératives LIP”| rapport / 2007
  • Cahiers (les) d’espérance, “Pour une autre économie”| rapport / 2011
  • Calame Pierre, “Rio+20 : faillite des diplomaties, faiblesse des démocraties”| Portail Rio+20 / 28 août 2012
  • Calmé Nathalie, Économie fraternelle et finance éthique. L’expérience de La NEF | éd. Yves Michel / 2012
  • Camus Albert, Le Mythe de Sisyphe | éd. Gallimard / 1942
  • Canfin Pascal, “Climat, le nerf de la paix”| Alternatives économiques / 16 nov. 2015
  • Carrier Nicolas, “Les communautés montagnardes et la justice dans les Alpes du nord-occidental à la fin du Moyen Âge”| Cahiers de recherche médiévales N°10 / 2003
  • Cary Paul, Laville Jean-Louis, “L’économie solidaire : entre transformations institutionnelles et chantiers théoriques”| Revue Française de Socio-économie N°15 / 2015
  • Castel Odile, “La réciprocité au cœur de la structuration et du fonctionnement de l’Économie sociale et solidaire” Revue Française de Socio-Économie N°15 /  2015
  • Castoriadis Cornélius, Fait et à faire. Les carrefours du labyrinthe V | Seuil / 1997
    • Pouvoir, politique, autonomie. Les carrefours du labyrinthe III | Seuil / 1990
    • Domaines de l’homme. Les carrefours du labyrinthe II | Seuil / 1986
  • Cedias-musée social, “120 ans au service de l’économie sociale”| note / 2015
  • Chaudy Michel. Faire des hommes libres : Boimondau et les Communautés de travail à Valence, 1941-1982 éd. Repas / 2008
    • “La place de la Communauté de Travail Marcel Barbu dans le maquis du Vercors” | note / 2009
  • Chenal René, Le Versant du soleil : un nouvel art d’aménager | éd. Académie de la Val d’Isère / 1991
  • Clerc Denis, Déchiffrer l’économie | éd. La Découverte, 19e édition / 2020
  • CNCRES “Panorama de l’économie sociale et solidaire en France”| rapport / 2015
  • Collectif, Manifeste convivialiste. Déclaration d’interdépendance | éd. Le Bord de l’eau / 2013
  • Collectif, “Déclaration universelle des Droits de la Terre Mère”| Cochabamba / 2010
  • Conseil économique et social, “La maîtrise foncière, clé du développement rural : pour une nouvelle politique” rapporteur : Jean-Pierre Boisson / 2005
  • Cop25, “Convention Cadre des Nations-Unies sur les changements climatiques”| rapport / 2019
  • Coriat Benjamin, “L’âge de l’anthropocène, c’est celui du retour aux biens communs”| Médiapart / 16 mai 2020
    • “La Crise de l’idéologie propriétaire et le retour des communs”| Contretemps / Mai 2010
    • (dir.), Le retour des communs : la crise de l’idéologie propriétaire | L.L.L./ 2015
  • Dardot Pierre, Laval Christian, Commun. Essai sur la révolution au XXIe siècle | éd. La Découverte / 2014
  • Defalvard Hervé, Fontaine Geneviève, “La place des pouvoirs publics dans les PTCE en tant que communs sociaux” 27e colloque ADDES / 2017
  • De Moor Tine, “Le moment est venu : les Biens Communs du passé au présent”| Green European Journal / 2016
  • Desroche Henri, Histoire d’économies sociales. D’un Tiers-État aux Tiers-secteurs (1791-1991) | éd. Syros / 1991
    • La Société festive. Du fouriérisme écrit aux fouriérismes pratiqués | Seuil / 1975
  • Derrion Michel-Marie, Constitution de l’industrie et organisation pacifique du commerce et du travail éd. Librairie Durval / 1834 (Gallica-BNF)
  • Draperi Jean-François, Henri Desroche. Espérer, coopérer, (s’)éduquer | éd. Presse de l’économie sociale / 2014
    • Comprendre l’économie sociale. Fondements et enjeux | éd. Dunod / 2014
    • L’économie sociale et solidaire : une réponse à la crise ? | éd. Dunod / 2011
    • Godin inventeur de l’économie sociale | éd. REPAS / 2008 (extraits)
    • Double qualité. L’économie sociale de A à Z”| Alternatives économiques / 2006
    • “L’entrepreneuriat social : du marché public au public marché”| Recma / 2012
    • En quête du commun”| Recma N° 345 / 2017
  • Duflo Esther (et al.) “L’autre économie. Toutes les pistes pour change le monde”| Le Nouvel Observateur / 2014
  • Duparc Pierre, “Les tenures en hébergement et en abergement”| Bibliothèque de l’école des chartres / 1964
  • Dumez Yannick, “Les tanneurs ont la peau dure” | documentaire produit par le Moulin à Images / 2009 (DVD)
  • Earth Charter, “Charte de la Terre”/ 2000
  • Enacting the commons, “Le bouillonnement de communs barcelonais – interview des voyageurs”| À propos / 2019
  • Espaces et sociétés, Biens communs et territoires | revue N° 175, éd. ERES, sommaire / 2018
  • Eynaud Philippe, Laurent Adrien, “Articuler communs et économie solidaire : une question de gouvernance ?” Recma  / 2017
  • Favier Christian, Vers une gestion coopérative de l’eau, préface | éd. Fond. Gabriel Péri / 2014
  • Ferraton Cyrille, Vallade Delphine, Les communs, un nouveau regard sur l’économie sociale et solidaire ? éd. PUM / 2019
  • Ferreira Nathalie, “Crédit et monnaie sociale chez P.J. Proudhon (1809-1865)”| Revue de philosophie économique 2011
  • Festa Daniela (et al.) ”Les communs”| Géoconfluences / 2018
  • Flahault Erika (et al.) L’économie sociale et solidaire : nouvelles pratiques et dynamiques territoriales éd. PUR / 2011
  • Fonda, “Faire ensemble 2020”| compte-rendu / 2016
  • Fondation du Crédit coopératif, “Charles Gide penseur de l’économie sociale”| note / 2008
  • Fontaine Geneviève, Les communs de capabilités : une analyse des Pôles Territoriaux de Coopération Économique à partir du croisement des approches d’Ostrom et de Sen Thèse Université Paris-Est / 2019
  • Fourel Christophe (dir.) André Gorz, un penseur pour le XXIe siècle | éd. La Découverte / 2009
  • Fourier Charles, Le nouveau monde industriel et sociétaire | éd. Bossange-père / 1829 [Gallica-BNF)
  • Fraisse Laurent (et al.) “Pôles territoriaux de coopération économique. Premier panorama des démarches de Recherche et Développement”| Le Labo de l’ESS / 2017
  • Francoual Pierre, “La part sociale coopérative, un exemple de propriété commune”| Recma N° 345 / 2017
  • Frémeaux Philippe, La Nouvelle alternative ? Enquête sur l’économie sociale et solidaire | éd. des Petits Matins/ 2011
    • “Les économistes interrogent l’économie sociale et solidaire”| note de synthèse Alternative économique / janvier 2013
  • Frémeaux Philippe, Vindt Gérard, “Alternatives Économiques : deux décennies passées en revue” Alternatives économiques n° 186 / nov. 2000
  • Ghika Grégoire, “Les statuts de la commune de Zinal en 1571”| Annales valaisannes / 1954
  • Gide Charles, Principes d’économie politique | éd. Librairie du Recueil Sirey / 1931 [Université du Québec]
  • “Pourquoi les économistes n’aiment pas le coopératisme”| revue des études coopératives N° 1 déc. 1921 (Gallica BNF)
  • Godin Jean-Baptiste. La richesse au service du peuple le Familistère de Guise | 1875. (numérisé Google)
    • Mutualité nationale contre la misère | éd. Guillaumin & Cie / 1883 (Gallica BNF)
    • Mutualité sociale et association du capital et du travail | éd. Guillaumin & Cie / 1880 (Gallica BNF)
    • Solutions sociales | éd. Guillaumin & Cie / 1871 (Gallica BNF)
  • Gorz André, Adieux au prolétariat. Au-delà du socialisme | éd. Galilée / 1980
  • Goueythieu Jean-Pierre, “La gouvernance des Biens communs au service du Bien commun”| CREG-Versailles / 2019
  • Goujon Lionel, Prié Gwenaël, Les Voyageurs de l’eau | éd. Dunod / 2010
  • Gourot Jean, “La communauté Boimondau”| revue Esprit / avril 1951
  • GRAP et GESS “Entreprise démocratique et collective”| rapport / déc. 2014
  • Greniers (les) d’Abondance, “Vers la résilience alimentaire. Faire face aux menaces globales à l’échelle territoriale” projet / 2020
  • Guillaume Chantal, “Ambiance bois, l’entreprise autrement”| Cahiers Charles Fourier N° 18 / déc. 2007
  • Guttal Shalmali, “Le droit aux (biens) communs”| Mouvement mondial pour les forêts tropicales / 2017
  • Hardin Garrett, “La Tragédie des communs”| revue Science / 1968
  • Hardy Jean-Pierre, “De l’économie sociale à l’économie sociale et solidaire en passant par l’économie alternative et solidaire…” | note / juin 2012
  • Hemmungs-Wirtén Eva, “Passé et présent des biens communs. De l’utilisation des terres au partage d’informations” La Vie des Idées / 17 sept. 2013
  • Hermelin Jules, “10 000 Amérindiens ont lancé une vaste opération d’occupation des terres”| Bastamag 29 avr. 2015
  • Hess Charlotte, “Inscrire les communs de la connaissance dans les priorités de recherche”| Vecam / 2011
  • Holyoake George Jacob, Histoire des équitables pionniers de Rochdale | 1890 / éd. du Commun
  • Huet Jean, Vers une gestion coopérative de l’eau. L’utilisation des SCIC | éd. Fond. Gabriel Péri / 2014
  • Isaurralde Magdalena, “L’approche comportementale de l’action collective chez Elinor Ostrom : quels prolongements pour l’économie sociale et solidaire ?”| Revue Française de Socio-Économie N° 15 / 2015
  • Israël Dan, “Accaparement des terres : nouvelle action contre Bolloré”| Médiapart / 25 avril 2015
  • Jégouzo Yves, “Le Droit et la gestion de l’eau en France. Organisation administrative et conciliation des usages” rapport / 2013
  • Jourdain Édouard, Proudhon contemporain | CNRS éditions / 2018
    • “La part anarchiste des communs”| revue Ballast / 17 janv. 2020
  • Kaminski Philippe, “Les associations en France et leur contribution au PIB”| ADDES / 2006
  • Kebir Leïla (et al.) “Biens communs et territoires. Éditorial”| revue Espaces et sociétés N° 175 / 2018
  • Kerneur Ron, Ferret David, “L’expérience Cecosesola”| documentaire Tropos films / 2014  (DVD)
  • Koné Massa, “L’accaparement des terres sévit au Mali”| Reporterre / 5 déc. 2013
  • Lafore Robert (dir.), Refonder les solidarités. Les associations au cœur de la protection sociale | Dunod / 2016
  • Lanciano Émilie (et al.) “Qu’est-ce qu’une entreprise démocratique et collective ? Enquête sur les pratiques de démocratisation de la SCIC GRAP”| Journées de recherche du GESS / 2014
  • Lasne Laurent, “Un siècle de coopération 1900-2000”| revue Participer N°582 / Déc.2000-janv.2001
  • Latapie Pauline, “Détermination des freins et leviers  au développement des abattoirs de proximité en SCIC” AgroParisTech / 17 sept. 2015
  • Lavaud Pauline, “Cochabamba : de la guerre de l’eau à la Conférence alternative sur le climat” Fondation France Libertés-CADTM / 23 avr. 2010
  • Laville Jean-Louis, Action publique et économie solidaire | éd. ERES / 2005
    • “La gestion dans l’économie sociale et solidaire : propositions théoriques et méthodologiques” in De Boeck Supérieur “Méthodes & Recherches”/ 2012
    • “Avec Mauss et Polanyi, vers une théorie de l’économie plurielle”| Revue du MAUSS N°21 / 2003
  • Le Crosnier Hervé, En communs. Une introduction aux communs de la connaissance | éd. C&F / 2015 (extraits)
  • “Le Prix Nobel à Elinor Ostrom : une bonne nouvelle pour la théorie des biens communs” revue Vacarme N°56 / 2011
  • Ledoux Laurent, “Le retour du communs, réalité ou utopie ?”| Philosophie & Management N°206 / 2016
  • Lefebvre-Chombart Amélie, Robert Pierre, “Les communs, un renouvellement démocratique des gouvernances ? Étude de cas dans les Hauts-de-France”| ADDES / 9 oct. 2018
    • Les communs sociaux : une contribution théorique et empirique à partir d’une enquête dans les Hauts-de-France”| ChairESS des Hauts de France / 2017
  • Le Labo de l’ESS, “Les Pôles Territoriaux de Coopération Économique (PTCE)”| publication / 2014
  • Le Strat Anne, Une Victoire face aux multinationales. Ma bataille pour l’eau de Paris | éd. Les Petits Matins / 2015
  • Lévêque Aurélien, Vink Luba, “Changement de propriétaire”| documentaire produit Cellulo Prod / 2015 (DVD)
  • Lion Charlotte, Rospabé Sandrine, “Quelle gouvernance démocratique au sein des coopératives d’activités et d’emplois : le cas de Coodémarrage”| ADDES / 2018
  • Lipietz Alain. Pour le Tiers-secteur. L’économie sociale et solidaire pourquoi et comment ? | éd. la Découverte / 2001
    • “Opportunité d’un nouveau type de société à vocation sociale”| rapport au ministère de l’emploi et de la solidarité / Sept. 2000
  • Lobina Emanuele et autres, Eau publique, eau d’avenir. L’expérience mondiale de la remunicipalisation éd. Transnational Institute / 2015
  • Locher Fabien (dir.) La Nature en commun. Ressources, environnement et communautés | éd. Champ Vallon / 2020
  • Loi n° 2014-856 du 31 juillet 2014 relative à l’économie sociale et solidaire
  • Loi n° 2014-366 du 24 mars 2014 pour l’accès au logement et un urbanisme rénové
  • Loi n° 2013-312 du 15 avril 2013 visant à préparer la transition vers un système énergétique sobre et portant diverses dispositions sur la tarification de l’eau et sur les éoliennes, dite loi Brottes
  • Loi n° 47-1775 du 10 septembre 1947 portant statut de la coopération
  • Lynch Édouard, Harvois France, Le Beaufort, réinventer le fruit commun | éd. Libel / 2016
  • Manier Bénédicte, Un million de révolutions tranquilles | éd. L.L.L / 2012
  • Mangeot Véronique, Duflou Laurence, “La coopération, une étape ou un substitut au changement de taille ?” ADDES / janv. 2012
  • Manoury Lucile, “L’opportunité d’un nouveau type de société à vocation sociale : la Société Coopérative d’Intérêt Collectif”| RECMA N°281 / 2001
  • Manouvrier Solène, entretien avec Michel Bauwens, “Chaque fois qu’une civilisation est en crise, il y a un retour des communs”| revue Magazine / 2019
  • Mariétan Ignace, “Le consortage de Zinal”| Bulletin du Murithienne Sion / 1953
  • Maurel Lionel, “Les communs sources de nouveaux usages ?”| Calimaq / 2020
    • ”Accueillir les Non-Humains dans les Communs”| Calimaq / 2019
    • “Communs de la connaissance et enclosures”| La Vie des idées / 2015
  • Ministère de l’Agriculture, “Utilisation du territoire en France métropolitaine”| Agreste-primeur N°313 / Juin 2014
  • Ministère de l’économie, “L’évaluation de l’apport de l’économie sociale et solidaire”| rapport P. Frémeaux / 2013
  • More Thomas, L’Utopie (1516) traduction Victor Stouvenel / 1842 [Gallica-BNF]
  • Morin Edgar, Le Paradigme perdu, la Nature humaine | éd. du Seuil / 1973
    • “Éloge de la métamorphose”| Le Monde.fr / 9 janv. 2010
  • Mouthon Fabrice, La naissance des communs. Eaux, forêts, alpages dans les montagnes de Savoie | éd. Société Savoisienne d’Histoire et d’Archéologie / 2016
    • Le sourire de Prométhée. L’homme et la nature au Moyen-Âge | La Découverte / 2017
    • “Moines et paysans sur les alpages de Savoie (XIe-XIIIe siècles) : mythes et réalité” Cahiers d’histoire 46-1 / 2001
    • “Aménagements de la montagne et gestion de l’eau dans les hautes vallée savoyardes. ( Maurienne et Tarentaise XIIIe-XIVe siècles)”| Histoire et Sociétés Rurales / 2019
  • Nicolas-le-Strat Pascal, Le travail du commun | éd. du Commun / 2016
  • Noguès Henri (et al.) L’Économie sociale et solidaire, nouvelles pratiques et dynamiques territoriales éd. PUR / 2011
  • Olivera Marcela, “L’eau : au-delà de l’État”| Forum alternatif mondial de l’eau / 2012
  • Olivia, “L’autogouvernance des biens communs d’après Elinor Ostrom“| Association pour l’autogestion / nov. 2011
  • ONU “Conférence des Nations-Unies sur l’environnement. Stockholm”| Manifeste / 1972
  • Ostrom Elinor, Gouvernance des biens communs. Pour une nouvelle approche des ressources naturelles | 1990 éd. De Boeck pour la traduction / 2010
    • Discours de Stockholm, en réception du Nobel d’économie| éd. C&F / 2020
  • Otero Mariana, “Entre nos mains” | documentaire Diaphana / 2009 (DVD)
  • Owen Robert, Le Livre du nouveau monde moral contenant le système social rationnel basé sur les lois de la nature humaine | Paulin éditeur / 1847 [Gallica-BNF]
  • Pape François, Encyclique Laudato si’ sur la sauvegarde de la maison commune | éd. du Vatican / 2015
  • Parance Béatrice, De-Saint-Victor Jacques, Repenser les biens communs | éd. CNRS / 2014
  • Paranque Bernard, “Propriété privée et action collective : de la coopération comme réappropriation du monde” Association d’économie sociale / juin 2013
  • Pays d’Aubagne et de l’Étoile, “Pour une agriculture durable”| Charte / 1992
  • Pflieger Géraldine, “Délimiter les biens communs planétaires. Une analyse historique de la spatialité et de la territorialité des océans, des fonds marins et de l’Antarctique”| CERISCOPE Environnement / 2014
  • Pichon Cécile, “Travailler dans l’économie sociale et solidaire : ce qu’il faut savoir”| Welcome to the jungle / 2019
  • Piolle Éric, “Changer de point de vue sur les Communs par la Participation citoyenne”| Green European Journal / 2016
  • Pisani Edgard, Un vieil homme et la terre | éd. du Seuil / 2004
  • Polanyi Karl, La Subsistance de l’homme | Flammarion (2011) / 1977
  • Porte Sébastien, “Avec les Jardins partagés, Paris part en campagne”| Télérama / 2 mai 2015
  • Pouch Thierry, “L’appropriation des terres agricoles, nouvelle étape de la mondialisation”| Alternatives économiques 1er mai 2018
  • Proudhon Pierre-Joseph, Qu’est-ce que la propriété ? Recherche sur le principe du droit et du gouvernement éd. Garnier / 1840 [Wikisource]
  • Querrien Max, “La propriété du sol, une aberration”| Manière de voir-Le Monde diplomatique N°114 / déc. 2010
  • Rabhi Pierre, Vers la sobriété heureuse | éd. Actes Sud / 2010
  • Rey Alain, La Guerre des communs, in Libres savoirs. Les biens communs de la connaissance | éd. C&F/ 2011
  • Ricoeur Paul, L’idéologie et l’utopie | éd. du Seuil / 1997
  • Rocard Michel, “Le prix Nobel pour l’autogestion”| Libération / 20 oct. 2009
  • Rochfeld Judith et autres, Dictionnaire des biens communs | éd. PUF / 2017
  • Rosanvallon Pierre, Le Bon gouvernement | éd. du Seuil / 2015
  • Saravia Sophia, “Les communs, un vecteur de changement social ?”| La Pause philo / janv. 2020
  • Sauvêtre Pierre, “Le Commun contre l’État néolibéral”| La Vie des Idées / nov. 2014
  • Schieb-Bienfait Nathalie (et al.) “Émergence entrepreneuriale et innovation sociale dans l’économie sociale et solidaire : acteurs, projets et logiques d’action”| Innovations N°30 / 2009
  • Sol et civilisations, “La gestion en commun, une voie pour dépasser nos crises environnementales territoriales ?” rapport / 2019
  • Spitz Jean-Fabien, “Donner à voir le gouvernement libre ?”| La Vie des idées / 2013
  • Sultan Frédéric, “Manifeste pour les biens communs”| RITIMO-VECAM / fév. 2011
  • Terre de liens, “Communes, intercommunalités, comment préserver les terres agricoles ?”| Fondation / 2014
    • “Agir sur le foncier agricole, un rôle essentiel pour les collectivités locales”| Fondation / 2015
  • Thomé Pierre, (Biens) communs, quel avenir ? Un enjeu stratégique pour l’économie sociale et solidaire éd. Yves Michel / 2016
    • Créateurs d’utopies. Démocratie, autogestion, économie sociale et solidaire | éd. Yves Michel / 2012
    • “Quand Emmanuel Macron s’empare des biens communs”| blog / janvier 2018
    • “Communs et ESS peuvent-ils faire système ?”| blog / mars 2017
    • “Le bien commun ou les biens communs ?”| blog / déc. 2014
    • “Le Fruit commun du Versant du soleil, un goût de Beaufort”| blog / déc. 2014
    • “Biens communs et économie sociale et solidaire. L’exploration des possibles”| blog / fév. 2014
  • Tiberghien Frédéric, “Les Frontières de l’économie sociale se sont-elles déplacées?”| 23e Colloque ADDES / 9 nov. 2010
  • Vanuxem Sarah, La propriété de la terre | éd. Wildproject / 2018
  • Vecam (coordination), Libres savoirs : les biens communs de la connaissance. Produire collectivement, partager et diffuser les connaissances au XXIe siècle | éd. C&F / 2011
  • Verhoeven Johan, Wustefeld Edith, “Cecosesola ou l’autogestion totale” | Le monde libertaire / 2013
  • Via Campesina et GRAIN “Les lois semencières qui criminalisent les paysannes et les paysans”| rapport / 2015
  • Viallet Hélène, Les alpages et la vie d’une communauté montagnarde, Beaufort du Moyen-Âge au XVIIe siècle éd. Académie salésienne / 1993
  • Weinstein Olivier,Comment comprendre les communs : Elinor Ostrom, la propriété et la nouvelle économie institutionnelle”| Revue de la régulation N° 14 / 2013
  • WWF “Planète vivante” / rapport / 2018
  • Zaoual Hassan, Développement durable des territoires : économie sociale, environnement et innovations L’Harmattan / 2008

Consortages et communs en Pays Alpin

Cet article fait partie d’un dossier publié en juin 2020 par la revue Logo-Nature-et-Progres

LA VOIX DES COMMUNS


Biens communs, communs, ces deux concepts possèdent une longue histoire, en particulier dans les montagnes des Alpes du nord. Voyage du Moyen-Âge à nos jours au travers de plusieurs expériences.

téléchargement pdf

Aux XIe et XIIe siècles, de nombreuses vallées alpines sont progressivement occupées par des seigneuries laïques et religieuses qui cherchent à développer l’agriculture et le pastoralisme sur l’adret, ou versant du soleil, de ces vallées, y compris en altitude. Le processus économique est relativement simple : les seigneurs, quand ils manquent de main-d’œuvre, cèdent aux nombreux monastères de la région des forêts et des terres en friche ou exploitées par des paysans descendants des Romains, premiers occupants de ces vallées, peu avant notre ère. Le droit coutumier, y compris celui de “l’emmontagnage” (montée en alpage l’été) pratique déjà ancienne, est alors bafoué par la colonisation et l’accaparement de terres, de forêts…, plus par la force que par la négociation.

moineLes moines, étroitement liés aux comtes, princes et évêques de la féodalité, sont fort loin de l’image mythique du “bon moine[1] défricheur de terres alpines, prenant grand soin du pauvre paysan sans terre, à qui ils ne font pourtant que très rarement appel, les monastères entrepreneurs ayant leur propre main d’œuvre : les frères convers parfois recrutés parmi les paysans exclus des terres conquises. Avec le temps, ces communautés ou communs monastiques deviennent de véritables seigneuries sur de vastes territoires pouvant occuper plusieurs vallées. Ce qui fait que « les Alpes médiévales ne sont pas un espace de liberté au centre d’une Europe féodale. L’air de la montagne ne rend pas libre, non plus qu’il ne porte à l’égalité, n’en déplaise à Jean-Jacques Rousseau ! »[2] [Nicolas Carrier, 2003]. Ne serait-ce pas encore le cas de nos jours ?

Les albergements

Aux XIVe et XVe siècles, certains monastères éprouvent de la difficulté à recruter des frères convers et ils doivent, non sans regret, passer la main. Ils ont alors recours à l’albergement (pratique qui n’est pas propre aux Alpes) ou abergement : « Aberger prend, dès le deuxième quart du XIIIe siècle, le sens général de donner à cens, de remettre un bien immobilier à un individu moyennant certaines prestations, et l’abergement désigne le contrat qui règle les conditions de cette remise […] (qui) s’applique indifféremment à la concession de terres, de bois, de maisons, d’alpages, de cours d’eau, pour une durée perpétuelle et moyennant une introge (redevance) annuelle« [3] [Pierre Duparc, 1964]. Dans les Alpes, ces abergements sont souvent attribués collectivement à des paroisses, seule entité communale au Moyen Âge, ou à des hameaux de montagne, parfois de grande taille, ce qui oblige les habitants à s’organiser pour les gérer. [voir Charte albergement Vallorcine en 1264]

Si un abergement collectif ne peut être considéré comme pleinement autonome, il préfigure cependant la future commune ; dans certains cas, une communauté villageoise pouvait en effet être amenée à décider de la construction, sur le périmètre de l’abergement, de biens immobiliers : canaux d’irrigation, moulins, fours, étables… qu’elle devait ensuite gouverner et entretenir. Certains de ces abergements se transformeront en communes, plusieurs en gardant trace dans leur toponyme : Abergement-la-Ronce dans le Jura, Le-Grand-Abergement dans l’Ain…

Le consortage

Un grand saut dans le temps nous conduit en Tarentaise. L’environnement alpin n’est pas nécessairement celui des représentations édéniques que l’on peut garder de radieux avalanche_Granierséjours de vacances. Des contraintes climatiques et leurs conséquences (neige, froid, avalanches, inondations…) imposent une vie rude aux paysans alpins, au point qu’il est quasi impossible d’agir seul : « En montagne, tu ne peux t’en sortir seul, le collectif est une nécessité« [4] [René Chenal, agriculteur]. C’est avant tout cette nécessité qui a conduit dans les années 1970 huit jeunes agriculteurs (“les Huit”) d’un petit village de la Tarentaise, à créer un Groupement Agricole d’Exploitation en Commun (GAEC) : « Les GAEC ont pour objet la mise en valeur en commun des exploitations des agriculteurs associés et de permettre la réalisation d’un travail en commun. Ils peuvent également avoir pour objet la vente en commun du fruit du travail des associés » [loi n°62-917 du 8 août 1962]. Les trois occurrences du mot commun dans cette courte définition indiquent clairement ce qui doit être recherché par les associés regroupés statutairement en société civile agricole avec un maximum de dix personnes comme sociétaires.

“Les Huit” ont une double motivation : maintenir d’une part dans leur village le pastoralisme montagnard ancestral, mais en grande difficulté (fermes non reprises…), et d’autre part, le moderniser en matériel et dans sa gestion : « À notre époque, il n’est plus possible d’attacher des hommes et des femmes, 24 heures sur 24, 365 jours par an, à une exploitation agricole. Ce sont pourtant là les exigences de l’élevage traditionnel quand il est individuel. La solution collective permet une meilleure gestion de la main-d’œuvre en assurant, par rotation, la présence auprès du troupeau« [5] [René Chenal]. Leur GAEC devient le “GAEC du Consortage” en référence à des pratiques collectives qu’ils ont découvertes dans le Valais Suisse lors de rencontres inspirantes pour leur propre création.

Partager ensemble le même sort

Dans le Valais, consortage peut se traduire par “partager ensemble le même sort”. Il s’agit d’un véritable art des communs remontant au Moyen Âge : « Des siècles durant, les consortages ont organisé la vie économique paysanne du Valais, au moyen de manuels bissesjuridiques et d’ordonnances. Ils réglementaient en particulier l’usage des biens communs comme l’eau, les forêts et les alpages. Les consorts étaient aussi responsables de la construction et de l’entretien des infrastructures communes : bisses[6] (canaux d’irrigation), sentiers, aménagement d’alpages ou encore fours à pain »[7] [Consortages en Valais, 2012].

Il s’agit de gérer au mieux des ressources en quantités limitées, tout particulièrement: l’eau, la forêt, les alpages, dans un cadre juridique complexe où sont reliés propriétés privées, coopératives et services publics, en vue d’une administration collective renforçant « une forme de solidarité, une unité entre les membres et le sentiment de responsabilité envers les biens communautaires »[8]. C’est bien, semble-t-il, la meilleure manière pour éviter une “Tragédie des biens communs”[9], titre d’un rapport écrit par l’américain Garrett Hardin dans lequel il souligne l’usage abusif, donc destructeur d’un bien commun si on lui laisse un total libre accès, que ce soit l’eau, un pâturage, une forêt… La seule solution possible pour cet écologue est libérale : privatiser tous les biens communs et les placer sur le marché. Elinor Ostrom[10] (prix Nobel d’économie en 2009) a démontré le contraire en parcourant le monde à la découverte de nombreuses expériences en gouvernance collective de biens communs.

Le choix du consortage n’élimine cependant pas tous les risques et les conflits d’intérêts, aussi des mises au point sont régulièrement nécessaires. Ce fut le cas par exemple pour le Consortage de Zinal, grand hameau de montagne du Valais, en décembre 1571 : ”les commissaires des probes hommes de la communauté de Chinai s’étant réunis, ont adopté les ordonnances […] pour le maintien de leur communauté vu les dommages causés par la dévastation des biens, tant communs que privés, des forêts et possessions, à la suite d’irrégularités et d’inconvenances de certains »[11] [Ignace Mariétan, 1953]. Les statuts « assurant l’ordre à l’intérieur, et la protection contre toute pression extérieure«  sont approuvés en assemblée générale.

Les assemblées générales de consorts

Les consortages constituent un modèle de vie démocratique. Un habitant peut être consort dans la mesure où il possède au moins un pré de fauche sur le territoire du fruit communvillage, siège du consortage. Les assemblées générales des consorts sont fréquentes. Elles abordent toutes les questions concernant la gestion des biens communs. Elles ont lieu dans la chapelle ou l’église du village, le dimanche après l’office religieux, et parfois même, au cimetière si le temps le permet, « comme pour bien marquer les correspondances unissant les morts aux vivants et la terre au ciel et pour affirmer la valeur d’une action politique traditionnelle mûrissant les vertus du passé ; sous la direction des majors et syndics, l’assemblée approuve à mains levées, souvent à l’unanimité« [12] [Grégoire Ghika, 1954]

Dans chaque consortage, deux fonctions de police sont exercées à tour de rôle par des consorts élus : les procureurs chargés de la surveillance des biens communs et du prudhommesrecouvrement de l’argent provenant des ventes du fruit commun (productions laitières, bois…) et des amendes infligées aux fautifs ; les prud’hommes chargés du bornage des prés et des pâturages et de l’organisation des “corvées” d’intérêt général tel l’entretien des chemins, des bisses, des fours à pain, des alpages.

Aujourd’hui, dans le Valais, « les consortages remplissent encore une fonction importante sur le plan juridique, économique, écologique et social. […] Des biens communs comme l’eau, le sol, les semences doivent être considérés comme patrimoine commun. […] Ils doivent être contrôlés collectivement. […] Le système de consortage pourrait devenir un modèle de gestion durable de la nature et de l’environnement » [13]. [Consortage en Valais 2012]

GAEC du Consortage et Groupement pastoral de Plan Pichu

C’est bien cela qui a inspiré “les Huit” du Versant du soleil en Tarentaise. Maintenir l’élevage laitier en montagne a permis de sauver une grande partie de l’activité pichu_3économique de leur village de 360 habitants grâce au remembrement volontaire de terres agricoles jusqu’alors très dispersées ; ainsi qu’au développement et à la mécanisation de la traite d’un troupeau de vaches tarines, solides montagnardes et réputées pour la qualité de leur lait destiné à la fabrication du fromage Beaufort. Le GAEC du Consortage [pour en savoir plus sur le GAEC], une fois installé dans ses murs, s’est relié à d’autres communs :

  • Un groupement pastoral  [loi du 3 janv. 1972 titre II] en coopérative, regroupant plusieurs éleveurs de la vallée et assurant la gestion du vaste pâturage d’été de Plan Pichu, propriété de deux communes voisines. Le Beaufort est fabriqué sur place et le même système de “corvées” que dans les consortages du Valais assure l’entretien.
  • Une coopérative laitière garante du fruit commun le Beaufort (affinage, qualité, vente, rétribution…), en gestion directe par les éleveurs.
  • Le Syndicat de défense du Beaufort : assure la valorisation et le développement du fruit commun : « On explique toute l’histoire collective de l’AOP (appellation d’origine protégée). Elle existe parce que ce sont des gens qui ont su travailler ensemble. […] C’est une dynamique qui ne doit pas mourir, on doit rester dans cet esprit du collectif  » [un jeune éleveur, 2006].

pichu_2Cet “esprit du collectif ” constitue la base des consortages et des communs, dans le cadre d’une agriculture montagnarde, certes modernisée, mais qui garde des racines solidement ancrées à un terroir où l’élevage est un atout économique important. Cette production est régulièrement mise en difficulté par le développement d’un tourisme qui peut être envahissant, en tout cas, très éloigné de la démarche « en communs » autour de ressources considérées comme des biens communs, mais pas par tout le monde ! Le développement de cette démarche, s’il est souhaité par de nombreuses associations, telle Nature et Progrès, demeure cependant incertain. Serait-ce par manque d’une volonté politique commune ?


Notes

  1.  Mouthon Fabrice, “Moines et paysans sur les alpages de Savoie (XIe-XIIIe siècles) : mythe et réalité”, Cahiers d’histoire 46-1 | 2001
  2.  Carrier Nicolas, “Les communautés montagnardes et la justice dans les Alpes nord-occidentales à la fin du Moyen-Âge”, Cahiers de recherches médiévales N°10, 2003
  3.  Duparc Pierre, “Les tenures en hébergement et en abergement”, Bibliothèque de l’école des chartes, 1964
  4. Chenal René, entretiens en juillet 2014
  5. Chenal René, Le Versant du soleil : un nouvel art d’aménager, 1991, éd. Académie de la Val d’Isère
  6. Bisses du Valais : canaux d’irrigation. Dans certaines régions de France il s’agit de béals
  7. Collectif, “Consortages en Valais”, Wikivalais, 2012
  8.  ibid.
  9.  Hardin Garrett, “La Tragédie des communs”, revue Science, 1968
  10. Ostrom Elinor, Gouvernance des biens communs. Pour une nouvelle approche des ressources naturelles, 1990 | éd. française De Boeck, 2010
  11. Mariétan Ignace, “Le consortage de Zinal”, Bulletin de la Murithienne Sion, 1953
  12. Ghika Grégoire, “Les statuts de la commune de Zinal en 1571”, Annales valaisannes, 1954
  13. Collectif, op.cit.

Michel Rocard et la Deuxième Gauche

Une page de l’histoire du Socialisme en France : de l’autogestion aux (biens) communs ?

Ce document est issu d’un long  entretien avec Michel Rocard le 25 novembre 2009 à Paris et réalisé dans le cadre de la rédaction de Créateurs d’utopies”. Démocratie Autogestion Économie sociale et solidaire” (ouvrage paru en 2012, éd. Yves Michel). Le texte a été validé par Michel Rocard en février 2010. Les questions ont été supprimées, illustrations, notes (en fin d’article) et liens sont de la rédaction. L’entretien s’est déroulé de mémoire sans aucun document, aussi quelques oublis sont possibles ; si des lecteurs le constatent, des correctifs sont possibles par commentaire tout à la fin de cet article ou par mail.

Téléchargement du texte (Pdf)


Introduction

FRANCE-POLITICS-ROCARD-FILES

Pourquoi ressortir un récit paru il y a dix ans ? La question initiale posée à Michel Rocard (1930 – 2016) concernait l’autogestion : qu’avait-il à en dire alors que ce concept a quasi disparu du langage politique ? Sa réponse est claire : cette idée est toujours d’actualité, non dans le sens d’un récit politique mythique projetant une société autogestionnaire idéale, mais dans celui d’une conquête d’autonomie collective favorisant des initiatives locales dans tous les domaines de la vie, ce que certains dénomment depuis peu des COMMUNS, il souligne d’ailleurs l’importance de l’attribution du prix Nobel de l’économie à Elinor Ostrom en 2009. Ainsi cet entretien nous ramène à l’actualité avec aussi à la fin (avant dernier paragraphe) une dimension prémonitoire sur ce qui se passe aujourd’hui un peu partout dans le monde. Enfin en valorisant l’autonomie dans des pratiques de la vie quotidienne, Michel Rocard se rapproche manifestement des idées développées par André Gorz (1923 – 2007) qu’il considère comme l’un  des grands maîtres de la pensée autogestionnaire et qui demeure une référence en particulier dans le mouvement écologique :

« Il ne s’agit plus de nous dévouer à une cause transcendante qui rachèterait nos souffrances et nous rembourserait avec intérêt le prix de nos renoncements […]. Nous saurons désormais que la société ne sera jamais ‘’bonne’’ par son organisation, mais seulement en raison des espaces d’autonomie, d’auto-organisation et de coopération volontaire qu’elle ouvre aux individus. » [André Gorz, Adieux au prolétariat : au-delà du socialisme. Paris : 1980, éd. Galilée]

Avec ses adieux au prolétariat, André Gorz a déclenché les foudres de la Gorz_1critique de nombreux militants de la gauche à l’extrême-gauche l’accusant « de reniement, d’abandon de la lutte des classes et de ralliement au giscardisme. » Ce à quoi il a répondu : « J’appelle “non-classe” […] tous ceux qui ne peuvent plus s’identifier à leur travail salarié et qui réclament non un emploi meilleur, mais une vie où les activités autodéterminées l’emportent sur le travail hétéro-déterminé, si bien payé soit-il. Ce sont là des exigences réalistes« . [entretien avec Michel Contat et François George, “Les adieux d’André Gorz au prolétariat” | Le Monde.fr / 13 oct. 1980]

En juin 1977, lors du 61e Congrès du Parti Socialiste à Nantes, Michel Rocard, l’un des principaux fondateurs et leaders de la Deuxième Gauche [1], affirme l’autonomie de ce courant au sein du PS. Pour lui, deux cultures du socialisme s’opposent : « la Deuxième gauche, décentralisatrice, régionaliste, héritière de la tradition autogestionnaire, qui prend en compte les démarches participatives des citoyens, en opposition à une Première gauche, jacobine, centralisatrice et étatique. » Ce discours n’est vraiment pas du goût ni des chevènementistes ni d’une bonne partie des mitterrandiens, qui vont tout faire pour minorer l’impact positif de la Deuxième Gauche.

m_rocard_2« Témoin de cinquante ans de socialisme, Michel Rocard a aussi vu les valeurs de gauche s’effriter au fur et à mesure que le mur de Berlin s’effondrait, entraînant avec lui le communisme et les derniers espoirs d’un monde qu’on espérait plus juste. On pourrait discuter à l’envi de cette fameuse année 1989 où l’on découvrit naïvement que la fin de la guerre froide n’était en rien l’assurance d’un monde meilleur. La mort du communisme, la fin des deux blocs, ce serait – on s’en rendrait compte bien plus tard – la naissance d’un monde unilatéral où se côtoieraient ennemis silencieux – le terrorisme, Ben Laden et dictatures invisibles –, la loi des marchés, les banquiers nouveaux patrons du monde. Plus d’idéologies, plus de religion, même plus d’entreprises ; bienvenue dans la société du nihilisme, sans croyances, sans repères, sans utopie à défendre. En 1989, Michel Rocard était Premier Ministre ». [Thomas Ducres, 2012] [2].

Que dit aujourd’hui Michel Rocard de ces années de socialisme ?


Les difficultés de la SFIO

Michel Rocard : « Pendant un temps, je me suis fortement identifié politiquement au Parti Socialiste Unifié Logo_PSU(PSU), mais je n’y ai pas fait toute ma carrière politique parce ce parti débouchait sur une impasse. Pour bien comprendre ce qui s’est passé, il est nécessaire de refaire un peu l’histoire de la gauche socialiste après la Deuxième Guerre mondiale et on arrivera ainsi tout naturellement, non seulement aux racines de l’autogestion mais aussi à son actualité. En 1960 l’intention des fondateurs du PSU était de créer un parti de masse qui faisait grandement défaut à la Gauche socialiste depuis 1938.

Après la Première Guerre SFIO.logomondiale la SFIO (Section Française de l’Internationale Ouvrière)  a été forte, comprenant jusqu’à 300.000 adhérents. Mais la scission de 1920 au Congrès de Tours et la création du Parti Communiste Français (PCF), puis un peu plus tard le refus d’intervention dans la guerre civile en Espagne, ont provoqué de nombreux départs tout particulièrement chez les jeunes militants, ce qui fait qu’au début de la Deuxième Guerre mondiale, la SFIO est très affaiblie, démoralisée. Paul Faure bandeau_1(1878-1960), secrétaire national, accepte même qu’un membre du Parti occupe un ministère, celui du Travail, dans le gouvernement de Pétain. De plus le parti recommande aux élus municipaux, fort nombreux à l’époque, de ne pas démissionner, ce qui n’allait pas dans le sens souhaité par la Résistance. Une opposition interne, conduite par Daniel Mayer (1909-1996), s’organise pour amorcer la reconstruction de la SFIO.

Puis en 1945, c’est la grande épuration avec l’exclusion de tous les collaborateurs de Vichy dont Paul Faure. Ce qui entraîne un rajeunissement salutaire des cadres du parti. Toutefois Daniel Mayer refuse l’adhésion automatique des jeunes résistants, cette revendication était conduite par Henri Frenay (1905-1988), qui fut ensuite fondateur de l’Union Démocratique et Socialiste de la Résistance (UDSR [3]), organisation mise en place en attendant que la SFIO veuille bien évoluer. L’UDSR reçoit, entre autres, l’adhésion de François Mitterrand (1916 – 1996), qui, grâce à son réseau, prend rapidement le contrôle de cet “observatoire privilégié”. Henri Frenay démissionne aussitôt, retourne à la SFIO, et, désormais, ne prend plus de positions publiques.

Léon Blum (1872-1950) [4] est certes à la SFIO mais il n’en est pas le “patron”, plutôt le ‘’vieux sage’’. Il n’a aucune prise sur les décisions, s’il n’en a jamais eu, en effet à aucun moment il ne fut membre du Secrétariat national, il sentait trop le souffre ! C’est un humaniste qui connaît mieux que personne le “patois” marxiste ; il a tout lu, et prend beaucoup de distance avec la dogmatique du parti, basée sur un vocabulaire marxisant que Jean Poperen (1925-1997) amènera dans ses bagages lors de son passage au PSU.

Au sein de la SFIO, Guy Mollet (1905-1975), au nom de la conservation des grands principes du socialisme, développe un discours basé sur certains concepts du marxisme : dictature du prolétariat, lutte des classes… Mais des militants, dont Daniel Mayer, guy_molletcommencent à prendre conscience que ce n’est pas très opérationnel. Guy Mollet prend toutefois le contrôle du parti en 1946, écarte Daniel Mayer et bloque tout esprit de réforme interne. Le verrouillage sémantique principal de Guy Mollet tourne autour de la laïcité avec une agression anticléricale constante. Comprendre le vocabulaire utilisé c’est important, ce sont en effet des mots qui qualifient une population politique, c’est indispensable à saisir si l’on veut comprendre ce qui se passe.

C’est dans cette situation que commence la guerre d’Algérie en 1954.

Mauvais choix politiques

echo d_alger_nov_1954

« Cette guerre a été un événement absolument épouvantable et la gauche française a été mise en grande difficulté à cause de son incapacité à se positionner clairement :

  • Le PCF n’a jusqu’à présent jamais accepté de donner l’autonomie à sa section algérienne et le bureau politique national en dirige les débats. Au fond, le PC laisse faire la guerre, même dans les pires moments, et il vote les pouvoirs spéciaux au gouvernement de Guy Mollet en 1956. Quand des militants communistes entreprennent de bloquer des trains pour empêcher les premiers départs du contingent (fin 1956), ils le font quelque peu en franchise de la direction très hésitante du parti ;
  • La SFIO : après une dissolution de l’Assemblée nationale par Edgard Faure fin 1955, des élections sont organisées le 2 janvier 1956 ; Guy Mollet donne son accord pour mener une campagne électorale autour de l’exigence de paix en Algérie. Il devient président du Conseil en février avec l’intention d’aboutir rapidement à une solution.

Qui dit paix, dit négociations, mais le dossier est loin d’être prêt. Guy Mollet ne connaît pas grand- chose au problème complexe de l’Algérie et son projet de paix est plus un vœu qu’une véritable stratégie politique. Il nomme le général Catroux (1877 – 1969) comme ministre résident en Algérie à la place de Jacques Soustelle [5] (1912 – 1990). La population des « petits blancs » repère très vite que ce général, gouverneur de l’Algérie au moment du réputé discours de Brazzaville le 30 janvier 1944, est un proche du général de Gaulle dont le propos sous-tend un projet de décolonisation : « Dans tous les autres territoires où des hommes vivent sous notre drapeau, il n’y aurait aucun progrès qui soit un progrès, si les hommes, sur leur terre natale, n’en profitaient pas moralement et matériellement, s’ils ne pouvaient s’élever peu à peu jusqu’au niveau où ils seront capables de participer chez eux à la gestion de leurs propres affaires. C’est le devoir de la France de faire en sorte qu’il en soit ainsi. » Leur colère est grande et Guy Mollet qui ne s’y attendait pas du tout, se rend à Alger. Ce voyage est mal préparé et l’accueil sur la place de la grande poste d’Alger est houleux avec jets de légumes variés ; Guy Mollet capitule et demande la démission du général Catroux.

Assez vite des désaccords se font jour au sein de la SFIO à propos de la politique algérienne du gouvernement de Guy Mollet. Mais cette opposition, qui vient surtout de la fédération des étudiants socialistes, reste pour l’instant minoritaire. En fait, les cadres du parti ne se rendent pas compte de l’influence du « patois » gauchisant de Marceau Pivert  (1895-1958) [6] sur des étudiants très remontés contre l’orientation voulue par Guy Mollet et qui veulent réconcilier le socialisme avec la réalité ; ce qui leur vaut d’être nommés « les socialistes droitiers ». Je deviens à ce moment là secrétaire national des étudiants socialistes.

Leçons de marxisme

« Courant 1956 j’organise un séminaire d’études pour les jeunes socialistes (la Jeunesse Socialiste fut ma première adhésion politique en 1949). Ce séminaire est animé par Victor Fay (1903 – 1991) [7] alors chroniqueur à l’ORTF. Comme il parle le français avec un fort accent polonais, il ne passe pas à l’antenne, mais écrit les chroniques.

victor fayNé à Varsovie en 1903, il adhère au PC polonais vers 1916 ; très vite il grimpe dans la hiérarchie des cadres et devient fonctionnaire de l’Internationale Communiste. A ce titre, vers 1925, il est envoyé en France avec une mission de contrôle du PCF. Il est, à 23 ans, chargé de la sélection et de la formation de cadres du PCF et a comme élèves Waldeck Rochet, Jeannette Vermeersch… C’est lui qui conduit le PCF à opter pour une stratégie classe contre classe, c’est-à- dire une stratégie contre la sociale démocratie, stratégie qui, en Europe, amènera Hitler au pouvoir ! Vers 1935, on lui demande de revenir en URSS. Mais, s’étonnant du silence qui entoure certains de ses camarades de l’Internationale dont il n’a plus de nouvelles, il décide de rester en France. C’est alors qu’en 1936 a lieu le premier des grands procès de Moscou. Victor Fay comprend tout [8], démissionne du parti communiste et adhère à la SFIO, sans rompre pour autant avec le marxisme. Il se retrouve très vite animateur de l’extrême gauche du parti.

Les réunions se déroulent chez lui, aucun retard n’est admis, porte fermée à 20 h 31 ! On y apprend le marxisme. Ce fut inouï ! Fay est un grand pédagogue, rigoureux, mesuré, connaissant le marxisme sur le bout des doigts. Grâce à lui on comprend ce qu’est vraiment la crise économique et financière telle que l’a prévue Karl Marx et qui reste, ô combien, d’actualité. Plus personne au PS ne semble se souvenir de ces rencontres, c’est regrettable ; aujourd’hui dans ce parti, on a à faire à une bande d’analphabètes qui ne lisent pas !

marx

On redécouvre cent ans plus tard que Marx (1818 – 1883) avait raison et que l’on est ses enfants indignes ! Quand on parle marxisme maintenant, on n’a que les mots goulag, stalinisme, étatisme…, à la bouche, mais c’est oublier les fondamentaux. Marx a écrit sur la propension du monde de la finance à dominer l’économie réelle. Ce monde ne défend que ses propres intérêts, ses propres profits. Marx n’était pas un révolutionnaire violent, il analysait et faisait de la probabilité de craquement. C’est un formidable auteur, trahi, pas assez lu. Le marxisme est représenté maintenant comme quelque chose de terrifiant. Certes on en connait les résultats, mais il s’agit de trahisons dont la première est l’étatisme ouvrier, ce qui est le contraire de la pensée de Marx partisan de l’autodétermination des travailleurs avec peu d’État au-dessus. En fait, il est anarchiste et c’est un chercheur pacifiste. Je crois que le meilleur marxiste après lui boukharinea été Nikolaï Boukharine (1888 – 1938) [9] qui, à la mort de Lénine, suggérait à Staline de mettre en valeur les villages en coopératives. Cette proposition allait dans le sens de traditions ancestrales où les villages avaient souvent une organisation collective, on travaillait chez les uns, chez les autres, et Boukharine pensait qu’il fallait aider ce système à s’implanter sur le marché. Voilà une stratégie autogestionnaire ! Victor Fay est « boukharinien », moi aussi, au nom de quoi je ne suis pas marxiste mais marxien ! (Note de la rédaction : extrait d’une conférence de Boukharine à Paris en 1936 : “Nul ne doute que nous traversons à l’heure actuelle la plus grande crise mondiale que l’histoire ait connue ; une crise de la civilisation entière, tant matérielle que spirituelle, crise du système capitaliste dans son ensemble …”.)

Vers l’indépendance de l’Algérie

« Donc séminaire horriblement studieux ! Un soir Fay nous dit « on va écouter les infos à la radio pour savoir qui va remplacer Catroux en Algérie, parce que c’est une nouvelle qui va nous concerner », on apprend qu’il s’agit de Robert Lacoste (1898 1989). Fay s’engage alors dans un grand monologue, je cite de mémoire :

« Mes chers camarades, vous avez la chance d’être jeunes et probablement vous ne connaissez pas Robert Lacoste. Je le connais bien, il se dit de la classe ouvrière alors que c’est un petit bourgeois fonctionnaire des finances, syndicaliste de Force Ouvrière (FO), technocrate inculte sans vision du monde. Il est sans doute loyal dans son soutien au programme de Mollet pour la paix en Algérie, mais il ne sait pas ce qu’est ce pays. Il va y découvrir des Français, souvent adhérents à FO, qui vont lui tomber dans les bras et son horizon va ainsi se rétrécir à la défense des intérêts de salariés français modestes. Mais il en oubliera la population musulmane avec laquelle il n’aura aucune entrée. Ainsi tout va s’enchaîner, il va se soumettre à la volonté des “petits blancs” et comme en plus il est nationaliste, il brandira les insignes de la République, le drapeau… Mes chers camarades, tout cela annonce pour le socialisme français une grande catastrophe et il nous faut préparer la suite, alors au travail ! »

C’est, je pense, ce soir-là, qu’une pensée à gauche résolument moderne est née : reconnaître et admettre qu’un peuple peut, pour se distinguer de l’occupant, construire son identité d’abord à partir de sa religion qui sert alors de ciment unificateur ; pour certains socialistes libres penseurs ce n’était pas simple à assimiler !

C’est comme ça que des jeunes socialistes sont entrés en lutte contre la guerre d’Algérie. Très vite j’obtiens de la Fédération des étudiants socialistes une majorité contre la guerre. Mais c’est la seule unité statutaire du parti qui est sur cette position, en effet aucune fédération territoriale ne va l’adopter.

P-M-FrancePierre Mendès-France (1907 – 1982) [10], en mai 1956 et Alain Savary à l’automne de la même année, en désaccord avec la politique algérienne conduite par Guy Mollet, démissionnent du gouvernement.

En avril 1957, à la demande d’un groupe d’étudiants socialistes de Paris, je rédige un rapport interne “Le drame algérien[11]. – À cette époque le parti c’est quelque chose, on peut présenter un texte en section qui, s’il est approuvé, remonte à la fédération, etc., ce n’est vraiment plus ainsi que ça se passe maintenant ! – Il faut une signature prestigieuse pour ce rapport, Henri Frenay accepte. La 6e section SFIO de Paris l’approuve et le transmet à la Fédération de la Seine afin qu’il soit pris en compte pour le prochain congrès, mais Guy Mollet réussit à l’étouffer. Il est cependant tiré à la ronéo à quelques exemplaires mais n’est pas publié officiellement par le parti. C’était raté !

SavaryMais on ne se décourage pas et on commence à organiser des meetings, y compris à la Mutualité. Alain Savary est l’âme de la résistance intellectuelle et du combat contre la politique de Guy Mollet. Cependant, ne voulant pas se mettre en porte-à-faux à l’égard de la direction du parti, il n’assiste pas à ces meetings. Un seul député, Antoine Mazier (1908 – 1964), élu à Saint-Brieuc, nous soutient vraiment. C’est d’ailleurs lui qui fera basculer toute la Bretagne vers le PSU.

La lutte contre la guerre prend beaucoup d’ampleur au moment où le gouvernement décide d’envoyer le contingent en Algérie. Ce combat n’est soutenu officiellement par aucune organisation politique puissante. C’est un combat du milieu intellectuel, principalement des catholiques, des membres de la JEC (Jeunesse étudiante chrétienne) et quelques communistes, avec comme fer de lance le journal France-Observateur qui deviendra le Nouvel Observateur.

En mai 1957, le gouvernement ne résiste pas à la crise financière qu’il a déclenchée ; on arrive ainsi au coup d’État de mai 1958, c’est Guy Mollet qui va chercher de Gaulle à Colombey. André Savary prend alors la tête de l’opposition interne dans la SFIO, mais aussi celle au général de Gaulle. Dans un premier temps, il cherche d’abord à connaître la réalité de l’Algérie, parce qu’on ne sait pas grand-chose : qu’est-ce que fait l’armée ? Qu’est-ce qui se passe dans les camps de regroupements ? Qu’en est-il de la torture ?

En Septembre 1958, toute ma promotion de l’ENA (École Nationale d’Administration) est envoyée en Algérie avec pour mission de réorganiser l’ensemble de l’administration en partant du principe que le problème algérien ce n’est pas une affaire d’indépendance mais de mauvaise administration ! D’accord pour le mauvais état de l’administration, mais ce n’est pas pour autant que la question de l’indépendance n’existait pas. Cette mission était en fait complètement idiote !

Crise à la SFIO et naissance du PSU

« Le même mois se tient le 50e congrès de la SFIO. J’étais alors secrétaire politique de la minorité. On avait décidé de se battre. Je ne suis pas au congrès mais j’apprends à Alger que Savary n’est plus membre de la SFIO ! Le lendemain le Monde titre en première page: « messieurs Depreux, Mazier, Verdierquittent la SFIO et créent le Parti Socialiste Autonome » (PSA). Quand je rentre d’Algérie en mars 59, j’adhère au PSA où je retrouve 15.000 militants, issus pour la plupart de la SFIO et fortement mobilisés dans la lutte bandeau_2pour l’indépendance de l’Algérie. Très vite des discussions commencent avec Tribune du communisme, journal animé principalement par Serge Mallet (1927 – 1973), François Furet [12], Jean Poperen… et avec l’Union de la Gauche Socialiste (UGS) regroupant depuis deux ans :

  • Les clubs de France Observateur : Gilles Martinet (1916 – 2006), Claude Bourdet (1909 – 1996)…
  • le Mouvement de libération du peuple (MLP). On y retrouve beaucoup de militants issus de l’ACO (Action Catholique Ouvrière). Le MLP est une organisation purement ouvrière, composée de 2/3 de syndiqués CFTC et 1/3 CGT ; son journal « Perspectives ouvrières » est très bien fait. Le MLP comme parti provient d’une scission en 1951 du Mouvement populaire des familles dont l’autre branche, le MLO (Mouvement de libération ouvrière) reste proche de l’action catholique et refuse la transformation en parti
  • Le Centre d’action de la gauche indépendante (CAGI), fusionne rapidement avec le MLP pour devenir l’Union de la gauche socialiste. L’UGS est à la fois très intello et très action catholique ouvrière. La vision politique qui vient de l’ACO, est une vision de proximité ; les militants sont acharnés à aider les gens à vivre, ils créent des coopératives de machines à laver, des jardins ouvriers, de l’habitat avec les Castors, des coopératives d’achats, etc. La Confédération syndicale des familles (CSF) est née de cette mouvance.

L’unité du PSU

« Le PSU trouve rapidement son unité dans le ciment de la lutte contre la guerre d’Algérie, avec des militants très typés, à haute prétention intellectuelle (profs de facs, écrivains…). Il n’y a pas, du moins pas encore ! de « course à l’échalote » pour des postes d’élus. Tout le monde s’en fout ! Avec cette marque d’être totalement désintéressés, les débats au PSU sont d’une grande vitalité, c’est quelque chose d’extraordinaire. Je n’ai jamais retrouvé cela depuis.

bandeau_3En avril 1960, au congrès de création du PSU à Issy-les-Moulineaux, 54 délégations étrangères sont présentes, venues pour saluer le retour à l’espoir et à l’honneur du socialisme en France qui se déshonore dans la guerre d’Algérie : Guy Mollet est alors ministre d’État du Général de Gaulle, le PCF, toujours autant « national colonialisme », est à peu près hors du coup. La délégation marocaine était conduite par un certain Medhi Ben Barka (1920 – 1965), celle du Chili par un certain Salvador Allende (1908 – 1973).

Le PSU vit ainsi vingt mois intenses dans cette grande bataille contre la guerre d’Algérie. Cela unifie tout le monde. Mais seules l’UNEF (Union nationale des étudiants de France) et la CFTC, ( Confédération française des travailleurs chrétiens) comme organisations puissantes, s’engagent vraiment dans ce combat, ce qui fait dire à François Furet : « dans de telles circonstances, la stratégie intellectuelle est à bout de course, il y a beaucoup d’écrits qui dénoncent la guerre dans l’indifférence générale, il n’y a pas d’espoir institutionnel, il ne reste que la rue!« 

En septembre 1960 paraît « Le manifeste des 121« , qui appelle à l’insoumission les 090428110836606593563796jeunes français appelés à partir en Algérie, sans évoquer un seul instant les conséquences que cela peut entraîner : emprisonnement, risques professionnels … J’explose de rage à cette idée irresponsable. Supposez qu’il y ait ne serait-ce que cinquante insoumis, dans quel pays va-t-on les exiler, qui s’occupera des faux papiers, où trouver l’argent nécessaire ? Je pense et le fais savoir qu’il est beaucoup plus utile et efficace d’être actif dans le contingent ; ainsi par exemple lors du putsch des généraux, afin d’éviter l’éventuel envol des paras sur Paris, les hélices des avions de transport sont dévissées. Cela suppose de l’organisation, et c’est possible parce qu’il existe un réseau de militants dans l’armée très actif. Ce réseau publie régulièrement, à destination des officiers servant en Algérie, un petit bulletin qui ne relate que des faits. Robert Chapuis avec la JEC (Jeunesse Étudiante Chrétienne) a été décisif dans cette organisation ; de mon côté, j’informe régulièrement le Club Jean Moulin et parfois aussi le cabinet du Général de Gaulle.

Á la parution du manifeste, le PSU s’emballe, surtout les cathos de l’ex MLP. On était un petit nombre complètement stupéfaits. Tout ceci conduit à première division dans le parti : une tendance s’opposant à l’insoumission, une autre, composée d’anciens communistes et de cathos, à fond pour ! Lors du congrès de Clichy (mars 1961) les opposants à l’insoumission, dont je suis, se font huer. Belle ambiance ! En commission des résolutions, les « pour » quittent la salle ; énorme maladresse car ceux qui restent se mettent vite d’accord sur un texte commun et emportent facilement la majorité. Ce fut la première faille dans l’unité du PSU.

Le 1er novembre 1961, date anniversaire du déclenchement de l’explosion en Algérie, une manifestation est prévue. Pour contourner la police, il est convenu que toutes les sections parisiennes du PSU se réuniraient quelque part et que le lieu serait indiqué par téléphone à 17 h 30, c’est d’abord la Place Blanche, puis la place Clichy où on se regroupe auprès de la statue du Maréchal de Moncey ! Édouard Depreux  grimpe sur le socle et fait un bref discours. Comme il est très connu comme ancien ministre de l’Intérieur et de l’Éducation, cette opération déclenche un barouf énorme avec beaucoup d’échos dans les médias. L’UNEF est furieuse et veut nous donner des leçons. Mais c’est bien cette manifestation qui est le déclencheur des nombreuses qui vont suivre, jusqu’à celle de Charonne 1962Charonne le 8 février 1962 avec la mort de 9 militants, plus de 500.000 personnes assistent aux funérailles des victimes. On avait réveillé l’opinion et de Gaulle a très vite compris ce qui se passait.

De l’unité vers les sept tendances

« Au moment de l’indépendance de l’Algérie [cf. également Algérie : colonialisme, indépendance, autogestion”] l’unité politique du PSU reste encore forte. Pendant la guerre d’Algérie on n’avait pas à travailler sur la fusion des différents courants de pensée portés par les militants. et durant les universités d’été on ne parlait que de la guerre, de l’anticolonialisme. Mais ensuite ce fut tout autre chose ! J’entends encore Savary me dire au cours d’une partie d’échec : « la guerre d’Algérie, c’est fini, reste un problème : faire le socialisme en France. Il y a deux moyens : la révolution ou la réforme. En 1920, on a choisi la réforme, on doit rester fidèle à ce choix. Si pendant la guerre notre meilleur allié fut à la fin le Parti communiste, ce n’est plus le cas maintenant, reste donc la SFIO« . Et je m’entends lui répondre, « attends un peu que le parti fasse sa mutation et réfléchisse, la SFIO c’est l’horreur, l’offense, ce n’est pas pensable de s’associer à eux ! »

En janvier 1963, c’est le 2e Congrès à Alfortville. Le PSU est devenu un étrange ramassis de gens qui viennent de différents courants de pensée avec chacun ses rêves, on est à peu près 14.000 à cette époque. Ce congrès révèle sept tendances ! Véritable explosion où chacun dit son crédo :

  • Les anciens radicaux, bourgeoisie aisée, chantres d’une laïcité à la radicale ; véritable déclaration de guerre aux anciens du MLP
  • Les anciens du MLP expriment le vœu d’une société pacifiée grâce au socialisme démocratique pensé à la manière de l’action catholique ouvrière.
  • Les sociaux démocrates se réveillent et veulent refaire une SFIO propre, c’est Alain Savary qui pousse à cela.
  • Les anciens communistes rêvent d’un appareil en alliance avec le communisme international, c’est Jean Poperen qui en est le leader.
  • et trois autres petites tendances de l’extrême gauche révolutionnaire (trotskystes, maos entre autres).

On est quelques uns à paniquer. Gilles Martinet, numéro 2 du PSU, dit : “on va à l’éclatement !”. Il rassemble des gens autour de lui, surtout des intellectuels issus de l’UGS, avec la confiance de certains militants ex-MLP. Je me joins au rassemblement. On écrit un projet socialiste où déjà l’idée du rêve révolutionnaire est laissée de côté ; c’est rédigé dans un langage clair, alors que les autres motions le sont avec les patois anciens.

Donc congrès fort agité et déjà on sent que l’on n’a plus le vocabulaire commun pour s’entendre et lorsqu’on n’a plus le vocabulaire, cette base nécessaire pour se comprendre, alors on en est réduit aux procédures, ce qui donne une légitimité abominable, désolante.

Ensuite le PSU change de direction nationale très souvent avec un épisode plutôt drôle : lors d’un comité directeur, la province exprime une grande colère à l’encontre des parisiens, ce qui débouche sur un bureau national sans parisiens ! Ainsi, pendant trois ou quatre mois, le PSU est administré uniquement par une délégation provinciale. Beaucoup de militants s’en vont et la presse assassine le PSU dans lequel le militantisme commence à perdre de sa vocation politique nationale, on ne sait plus trop où s’orienter. Peu à peu le parti devient tristounet, sans espérance, sans grand projet politique.

L’autogestion apparaît

« Dès sa fondation en 1964 la CFDT a été en pleine réflexion sur la notion de planification démocratique qu’elle va très vite associer à l’idée d’autogestion. Dans l’élaboration des plans, telle qu’elle l’envisage, une grande place doit être laissée aux travailleurs, mais cette planification se limite à l’entreprise, ce qui est regrettable.

Dans un premier temps, la CFDT est la seule organisation a parler du socialisme autogestionnaire mais avec très peu d’échos ; le PSU, pas plus d’ailleurs que l’ensemble des partis de gauche, ne capte l’intérêt de ce nouveau concept dont les fondements proviennent de la Yougoslavie [13]. Au PSU on se déchaine sur la critique de la société de consommation, Serge Mallet est décisif là-dessus [14], sur la critique du savoir aristocratique et enfin sur la critique de l’excès de hiérarchie dans la société. On a aussi un militantisme de proximité, chaleureux, intelligent, et le PSU est vraiment porteur de tout ce qui fait et s’écrit de bien là-dessus. Il n’a pratiquement plus aucune relation avec la SFIO, parti qui continue à croupir dans sa faiblesse congénitale et guère plus avec le PC, toujours aussi monolithique stalinien.

Cette orientation, fort louable, n’a alors que les débats municipaux comme entrée possible dans le champ politique, ce qui est bien mais pas suffisant : tout le monde demande une gestion par les usagers des équipements collectifs ; tout le monde veut intégrer le sens du paysage, le sens de l’urbanisme dans l’équilibre des villes. C’est le militantisme local qui prime, c’est la période florissante des GAM (Groupes d’Action Municipale) et c’est à partir de là que l’ADELS [15] se développe, j’en fus le président il y a quelques années. On commence également à évoquer l’intégration des populations minoritaires, la lutte des femmes…

L’explosion de Mai 1968 provoque un sursaut salutaire. La CFDT est aux premières loges dés que le mouvement passe dans le monde ouvrier, d’ailleurs de façon plus ou moins spontanée, en effet les centrales syndicales n’en sont pas à l’origine ; en fait, ce sont des militants trotskystes de FO qui ont souvent l’initiative dans les entreprises, comme par exemple à Renault Cléon, à Saint-Nazaire…

À ce moment-là tout le monde a besoin d’un concept rassembleur et c’est la Fédération Chimie de la CFDT qui propulse l’autogestion. Lancée sur un terrain plus que favorable, l’idée est bien reçue, elle donne sens au mouvement et prend de l’ampleur. On parle alors de décentralisation du pouvoir, du contrôle ouvrier, d’associer la société civile aux décisions et à la gestion des communes (cf. Charte communale du PSU 1977) c’est tout cela l’autogestion. Mot quelque peu magique mais qui a vertu de rendre compte du militantisme de proximité, qui permet de faire le lien entre le militantisme politique et le militantisme syndical, qui met en évidence un projet de réorganisation sociale devenant un projet politique pour la société tout entière. Le PSU s’emballe sur ce concept qui n’était pas à priori le nôtre, mais qui finalement pouvait coiffer toutes nos pratiques militantes.

Pendant plusieurs années, on travaille et on pense beaucoup à propos du pouvoir aux manifeste_1972travailleurs… et le congrès de Toulouse en décembre 1972 adopte le Manifeste pour l’autogestion : « L’autogestion, loin d’être pour nous une vague utopie, constitue au contraire l’axe politique autour duquel se construira la société socialiste ». Le vocabulaire de ce manifeste est, à mon avis, quelque peu trop jacobin, dans le sens où l’on a encore une vision trop étatique, avec comme objectif premier la conquête de l’appareil central de l’État, pour inévitablement le remplacer par un autre appareil central, puisque c’est le débouché logique de toute révolution !

rocard_toulouse_1972Comme Secrétaire national du PSU, je tenais pourtant à maintenir le mot, alors très critiqué à cause de la Yougoslavie et de « son » autogestion à la mode du parti unique. En fait je pense qu’un travail pratique/théorique remarquable s’est effectué avec des intellectuels et militants Yougoslaves, je vous renvoie à la préface que j’ai écrite à ce sujet pour un livre sur l’autogestion yougoslave de Milojko Drulovic [13]. L’autogestion, pour ce pays, ce fut une intuition étonnante, mais Tito (1892 – 1980), pour tenter de contenir d’énormes difficultés interrégionales, avait maintenu le Parti unique et le contrôle de la pensée. Le désastre qui est survenu à sa mort a entaché l’autogestion et on en a été un peu victime ; on n’échappe pas en effet à ce renvoi vers Tito et son pouvoir hyper centralisé et totalitaire. J’ai, un moment, souhaité remplacer autogestion par autonomie mais je n’ai pas été suivi…

Du PSU au PS

« On fait de la politique, parce qu’on pense qu’il sera possible, un jour, d’accéder démocratiquement au pouvoir pour mettre des idées en pratique, sinon ça n’a pas beaucoup de sens.

Pourquoi n’avoir pas rejoint le PS dès 1971 à Épinay, lors du Congrès constitutif de l’actuel Parti epinay_1971Socialiste, François Mitterrand en devient le Premier secrétaire national ? La même année, toujours en juin, se tient le 7e congrès du PSU à Lille. Depuis 1968 une bonne partie du PSU (région parisienne surtout) est plus ou moins colonisée par les maos et les trotskystes. Ceux-ci veulent profiter de ce congrès pour régler des comptes avec le Secrétaire national du parti qu’ils jugent complètement réactionnaire. Congrès terrifiant ! Déjà par la procédure des votes, qui se font par appel à la tribune, plus d’une heure pour chaque vote ! J’arrive à Lille avec dans la poche une lettre de François Mitterrand dans laquelle il me souhaite bonne chance et de travailler avec succès à l’union de la gauche. Je n’ai pas osé la lire, ça aurait été l’horreur ! Les séances n’en finissent pas, à 2 ou 3 heures du matin on discute encore, même si presque tout le monde dort. J’étais mal parti mais finalement je gagne grâce à la province. Si j’avais perdu, serais-je parti tout de suite ? Je ne crois pas, parce qu’en agissant à titre personnel, mon adhésion au PS n’aurait eu aucun poids. Il fallait que l’on garde une cohésion militante, avec l’autogestion comme ciment. Ainsi, avec bon nombre de camarades, on crée une solidarité forte et active pour résister à l’ultra gauchisme conduit par Alain Badiou (1937…) [16]. De quoi parle-t-on dans les instances dirigeantes du PSU ? Essentiellement et à perte de vue du pourquoi Mai 68 a échoué. Et invariablement l’analyse de Badiou est « on n’est pas allé jusqu’au bout de la violence ouvrière ! » Le genre de théorie qui a conduit aux brigades rouges en Italie.

Le PSU, historiquement, ce n’est pas cette pensée de la haine de la démocratie portée par Badiou (« La démocratie n’est rien d’autre qu’un outil de propagande du capitalisme », Libération, “Mao en chaire”, 10 janv. 2007), complètement à côté de la réalité. On a un réel projet politique, solidement ancré dans la vie quotidienne, projet qui peut redonner du sens à la gauche. Mais on ne sait pas le faire valoir électoralement, le parti étant sans doute trop identifié dans l’opinion à sa tendance gauchiste. Donc, en toute logique, si l’on assises socialisme_1974veut effectivement participer au pouvoir, on doit aller au PS, les Assises du socialisme [17] en 1974 sont l’occasion de le faire savoir, mais cela faisait déjà quelques mois que l’on s’y préparait.  On part à 2 000 à peu près et on entre au PS par la grande porte. On l’irrigue rapidement en bouleversant des habitudes, des pensées… Et J’ai l’impression d’avoir fait avancer des choses importantes sur la décentralisation, la Nouvelle Calédonie, le RMI…

L’exercice du pouvoir

« Après 1981, on ne peut pas dire que le socialisme autogestionnaire n’ait pas produit de résultats. Par exemple :

  • les lois “Auroux (Jean Auroux 1942-…, Ministre du travail de mai 1981 à marsAuroux 1983), premières lois reconnaissant aux travailleurs, dans l’entreprise et sur leur temps de travail, le droit de s’exprimer sur leurs conditions de travail sans nécessairement passer par les syndicats, c’est une approche issue de l’autogestion ;
  • les premières lois de décentralisation, viennent du « décoloniser la province« , expression chère au PSU et dont je suis à l’origine (Rencontre socialiste Grenoble, 1966). On dénonce par là les excès du centralisme ; on prône un autre fonctionnement du pouvoir avec vérification de sa légitimité à chaque étage et une autre efficacité économique. Au moment de la décentralisation je suis ministre du plan et j’invente la notion de Contrat de plan, ce qui donnait une dimension collective à la décentralisation.
  • j’ajoute le mouvement féministe, l’urbanisme social …

Tout cela vient de la pensée autogestionnaire. Ce n’est pas parfait, loin de là mais en politique tout est question de dosage. Avec François Mitterrand j’ai rencontré la difficulté rocard_mitterrandde se comprendre, et ce bien avant son élection comme Président. Mais je lui ai quand même arraché « 15 thèses pour l’autogestion » (Convention nationale du PS juin 1975). En politique, à partir du moment où l’on a renoncé à la révolution, on avance pas à pas, et dans le pas à pas il y a ce que l’on peut bousculer,  par exemple au moment de la mise en place du RMI (loi 88-1088 du et ce que l’on ne peut pas. Le Revenu Minimum d’Insertion vient d’une éthique sociale sur le refus de la pauvreté, d’une réflexion sur la puissance publique comme responsable des arbitrages budgétaires et avec l’idée qu’un revenu minimum doit être assuré à tous. Le point central du RMI, c’est l’Insertion et c’était la première fois que l’on décidait d’affecter de l’argent public et des agents pour aider des gens pendant deux ans dans une démarche de réinsertion sociale. L’accroissement du chômage de longue durée fait que le RMI est devenu permanent. Le passage au RSA (Revenu de Solidarité Active), c’est-à-dire à un début de travail qui ne fait pas tomber l’allocation, est une sage décision qui devenait une nécessité absolue. J’aurais souhaité que la Formation professionnelle soit plus partie prenante du dispositif, mais je n’ai pas pu obtenir que certaines procédures d’aide à la formation professionnelle et au choix du premier métier soient changées.

L’autogestion a-t-elle un avenir ?

Aujourd’hui, le gouvernement recentralise la France parce que c’est plus commode à diriger et la revendication d’autogestion redevient d’actualité : « Une société autogestionnaire c’est une société où les hommes sont capables de prendre en main leurs propres affaires, de prendre eux-mêmes les décisions qui concernent leur travail, leur cadre de vie, leur formation, leurs relations et toute leur vie quotidienne ». Cette définition est celle du Manifeste pour l’autogestion du PSU (1972). Je pense qu’elle est encore valable.

Le prix Nobel des sciences économiques 2009 a été attribué pour la première fois à une ostrom_2_webfemme, Elinor Ostrom (1933-2012) [18]. J’ai titré un papier paru dans Libération (20 oct. 2009) le Prix Nobel pour l’autogestion” ! Je ne connais pas Madame Ostrom mais quand elle dit que ce qu’il y a de moins mauvais dans l’économie ce sont les coopératives, les associations, etc., c’est formidable ! Le PS aurait dû s’emparer de cela immédiatement. La liaison entre le PS et les structures de l’économie sociale se fait mal ; c’est du travail de terrain et ça le PS… Le socialisme a peu à peu perdu contact avec sa niche d’origine, les coopérateurs, les mutuelles ouvrières …, c’est regrettable.

Aujourd’hui ce que l’on doit investir prioritairement c’est la lutte contre l’effet de serre, la lutte contre le sida, c’est le partage de l’eau… Dans tous les cas, il faut donner une dimension internationale à tous ces graves problèmes, avec des représentants élus ayant le droit de se mêler aux affaires internes d’États pour casser des logiques de pseudo souveraineté nationaliste, de corruption… Si dans les quelques années qui me restent, je pouvais assister, en y participant avec mes moyens, à ce que les Nations Unies décident vraiment des régulations mondiales dont on a absolument besoin, pour moi ce serait bien, il n’y a pas d’autre espoir [19]. Je pense aussi que dans les années à venir il va se produire des montées de colère contre les institutions responsables mondialement ; c’est la société civile qui peut faire bouger le monde, par exemple la Convention internationale concernant l’interdiction de l’usage des mines terrestres (Ottawa 1997), est un document signé par presque tous les gouvernements du monde sous pression de la société civile.

m_rocard_3Avec André Gorz [20], je revendique aussi mon autonomie créatrice ! Je ne sais s’il a été membre du PSU, mais on l’invitait de partout. Il était dans la mouvance intellectuelle qui a produit toute la pensée autogestionnaire et je suis l’un de ses disciples. Je pense que l’on peut encore largement s’en inspirer. »


Notes

  • [1] Michel Winock, « La Deuxième gauche dans l’histoire du Socialisme » | Le Débat N° 203 / 2019
  • [2] Thomas Ducres, A voté ? Trentenaire, votant blanc, cherche opinion pour présidentielle, 2012, éd. rue Fromentin
  • [3] Éric Duhamel, « L’UDSR, un parti charnière » | Pouvoirs N° 76 / 1996
  • [4] Serge Berstein, « Léon Blum, un intellectuel en politique » | Centre d’histoire de Sciences Po-Histoire@Politique N° 5 / 2008
  • [5] Denis Rolland, « Jacques Soustelle, de l’ethnologie à la politique » | Revue d’histoire moderne et contemporaine, tome 43 N°1 / Janvier-mars 1996
  • [6] Marceau Pivert, « Tout est possible » | Le Populaire / 27 mai 1936
  • [7]  Victor Fay, L’Autogestion, une utopie réaliste, 1996, éd. Syllepse
  • [8] Marion Labeÿ, « Le monde communiste vu par un “ex” |La contemporaine-Matériaux pour l’histoire de notre temps N° 125-126 /  2017
  • [9] Maurice Andreu, « Boukharine sur les intellectuels et le communisme » | Fond. Gabriel Péri N° 3-4 / 2006
  • [10] Seloua Luste Boulbina, « 1954, Pierre Mendès-France et les indépendances : Indochine, Tunisie, Algérie » | Sens Public / 2006
  • [11] Michel Rocard, « Le Drame algérien » | Rapport / 1957. Publié dans Rapport sur les camps de regroupement, éd. Mille et Une Nuits, 2003
  • [12] François Furet, Penser la Révolution française, 1978, éd. Gallimard
  • [13] Milojko Drulovic, L’autogestion à l’épreuve« , préface de M. Rocard, 1973, éd. Fayard
  • [14] Serge Mallet, La Nouvelle classe ouvrière, 1963, éd. du Seuil
  • [15] Association pour la démocratie et l’éducation locale et sociale : « Aujourd’hui, on en appelle à la société civile, afin qu’elle participe au renouvèlement de la démocratie, et faire en sorte que les citoyens aient vraiment une place dans la gouvernance ». A été dissoute en janvier 2012, publiait la revue Territoires.
  • [16] Alain Badiou et autres, Contribution au problème de la construction d’un parti marxiste-léniniste de type nouveau, 1969, éd. Maspero
  • [17] René Dumont, « Quand le feu est à la maison, la grange peut attendre » | Tribune socialiste / 22 octobre 1974
  • [18] Juan Camilo Cardenas et Rajiv Sethi, « Elinor Ostrom : par-delà la tragédie des communs » | La Vie des idées / 11 oct. 2016
  • [19] Michel Rocard, quelques titres d’ouvrages :
    • le PSU et l’avenir socialiste de la France, 1969, éd. du Seuil
    • Si la gauche savait, 2005, éd. Robert Laffont
    • Suicide de l’Occident, suicide de l’humanité ? 2015, éd. Flammarion
    • Que reste-t-il du socialisme ? 2017, éd. Flammarion
  • [20] André Gorz, quelques titres d’ouvrages :
    • Le socialisme difficile, éd. du Seuil, 1967
    • Écologie et politique, éd. Galilée, 1975
    • Capitalisme Socialisme Écologie, éd. Galilée, 1991

Autres références

  • Association Michel Rocard.org
  • « Michel Rocard et le rocardisme », Alain Bergounioux | Revue politique et parlementaire / 22 mas 2017
  • « Michel Rocard, le choix du possible », Joël Roman | Alternatives économiques /  juil. 2016
  • « Michel Rocard, l’homme de la Deuxième gauche », Denis Sieffert | Politis / 2 juil. 2016
  • (Biens) communs, quel avenir ? Un en jeu stratégique pour l’économie sociale et solidaire, Pierre Thomé, Michel Huet | 2016, éd. Yves Michel
  • « De Rocard à Julliard, vie et mort de la Deuxième gauche », Michaël Foessel [ Libération / 25 janv. 2011
  • « Quand la gauche de gouvernement raconte son histoire », Serge Halimi | Le Monde diplomatique / avril 2007
  • Gouvernance des biens communs. Pour une nouvelle approche des ressources naturelles, Elinor Ostrom, 1990 | éd. française De Boeck / 2010
  • PSU, Charte communale 1997
  • Socialisme et autogestion : l’expérience Yougoslave, Albert Meister | 1964, éd. du Seuil

Rédaction Pierre Thomé août 2014, complété en déc. 2019 (document en libre accès, citer la source)

Voir également :


Vers une nouvelle révolution agricole ?

téléchargement du texte (pdf)

Cf. également : “Autosuffisance alimentaire : les défis de l’agriculture urbaine et rurale


Quelles relations peut-on envisager entre : surface agricole utile, artificialisation des sols, croissance de la population, autosuffisance alimentaire coopérative ? État des lieux et prospective.

Telle est la problématique que je souhaite aborder avec l’intention de tenter d’articuler ses différents paramètres pour démontrer avec des données chiffrées qu’il est encore possible de projeter une politique agricole d’envergure dont la finalité serait la production d’une alimentation ne mettant pas en péril le monde vivant de la planète Terre, l’humanité devant pouvoir être en mesure de satisfaire le besoin vital de se nourrir en veillant d’une part, au maintien de l’équilibre de la biodiversité et des écosystèmes [cf. Observatoire National de la Biodiversité : bilan 2018], d’autre part à la maîtrise du réchauffement climatique depuis que Homo sapiens  a découvert l’usage énergétique de certaines ressources naturelles pour en faire industrie ; mais nous éprouvons beaucoup de difficultés à l’enrayer peut-être par manque de moyens, mais aussi par indécision politique, et alors que nous entrons sans doute dans la sixième extinction massive.

Recentrer la vie sur l’agriculture, c’est-à-dire la culture du “champ” (agros en grec) en pleine terre, et non hors sol, pour produire de quoi s’alimenter, n’est-ce pas l’essence même de l’existence ? J’ai en mémoire le propos d’un agriculteur de Terre de liens : “paysan…, paysage…, pays… sont des mots ayant la même racine, n’oublions pas notre responsabilité paysanne !”

  1. Sixième extinction massive ?

Pour le biologiste naturaliste Benoît Fontaine [2018] « les vertébrés reculent de façon massive et la sixième extinction ne fait plus de doute pour personne » [1] ; ce qui n’est pas tout à fait exact puisque Stewart Brand, écologiste américain très écouté mais aussi contesté car partisan de l’énergie nucléaire et des cultures transgéniques, ne partage pas cette unanimité : « L’idée que nous nous dirigeons vers une extinction massive n’est pas seulement fausse, c’est une recette pour la panique et la paralysie », la question n’étant pas la disparition d’espèces entières mais « le déclin des populations animales sauvages » [2015, [2], déclin que l’on parviendrait à enrayer en mettant en œuvre une écologie pragmatique d’envergure [3].

Gardons l’hypothèse de la sixième extinction, pour faire le constat avec de nombreux chercheurs qu’elle se différencie très nettement des précédentes puisque Homo sapiens en serait le principal responsable par son activité agricole et industrielle perturbatrice de la biodiversité et des écosystèmes, et ce sur une durée relativement courte d’environ deux siècles ; alors que les précédentes extinctions s’étalaient sur deux à trois millions d’années ; ainsi lors de la cinquième il y a 66 millions d’années, les dinosaures et autres espèces n’ont pas disparu massivement du jour au lendemain, puisque, en dehors de l’impact de l’imposant astéroïde (10 km de diamètre), ce serait un lent et net refroidissement de la planète qui en serait la cause principale, sans pour autant entraîner l’élimination de toute vie sinon nous n’en serions pas à nous interroger sur l’avenir de la Terre !

Ces périodes d’extinction massive ont de quoi inquiéter, mais il est quelque peu rassurant d’observer que la vie continue malgré des chutes considérables dans les différentes espèces ; la faune et la flore s’adaptent lentement sur des millions d’années et « la biodiversité reprend le dessus avec une diversité plus importante » [Fontaine B. 2018] ; ainsi les dinosaures volants, sans doute les seuls survivants de l’espèce, sont devenus les oiseaux d’aujourd’hui, qui à leur tour sont menacés par le manque d’insectes pour se nourrir ; ce déclin, imagé par le “syndrome du pare-brise”, concerne actuellement 40% des espèces d’insectes dont les pollinisateurs [cf. Grandcolas P. 2019 [4]

Une extinction, massive ou non, est en cours c’est indéniable et les constats  établis par les très officiels “Observatoire National de la Biodiversité” et “Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité” (IPBES) sont sévères :

À l’heure actuelle, le taux d’extinction des espèces est environ 100 à 1.000 fois supérieur au taux moyen d’extinction mesuré au cours des temps géologiques :

  • De 1970 à 2012, les populations d’espèces sauvages de vertébrés ont diminué de 38 % dans les habitats terrestres et de 81 % dans les habitats d’eau douce.
  • Les zones humides, écosystèmes particulièrement riches en biodiversité, figurent parmi les écosystèmes les plus dégradés du fait de leur transformation (drainage et conversion) en zones agricoles plus ou moins intensives ou en zones urbaines. Ainsi, 87 % d’entre elles ont disparu au cours des trois derniers siècles et 54 % depuis 1900. Or, la perte de biodiversité affecte le bon fonctionnement des écosystèmes et leur résilience : c’est une forme de dégradation des terres.
  • La capacité des écosystèmes et de l’agriculture à produire de la matière organique (végétale) à partir du CO2 et de l’énergie du soleil (productivité primaire nette de biomasse) est globalement inférieure de 23 % au niveau qu’elle aurait en contexte non dégradé.
  • Au cours des deux derniers siècles, les activités humaines ont causé la perte moyenne de 8 % de la teneur des sols en carbone organique, un indicateur de leur état et de leur fertilité. Dans les pays tempérés, on atteint des pertes de 25 % à 50 % dans les couches supérieures du sol après 30 à 70 ans de culture. Une des causes est l’exportation de la matière organique lors des récoltes au lieu d’en laisser une partie se dégrader au sol, sur place.

En Europe de l’Ouest, L’empreinte écologique (consommation) est de 5,1 hectares (ha) par habitant, elle est nettement plus élevée que la biocapacité naturelle de renouvellement, 2,2 ha par habitant, « autrement dit, la consommation d’un européen entraîne l’importation de ressources naturelles occupant 2,9 ha de terres hors des frontières.

Il devient donc urgent que ce déficit chronique soit nettement réduit par, entre autres, une politique agricole permettant que nos besoins alimentaires basiques puissent être satisfaits en grande partie en productions locales. Est-ce que cela paraît possible ? C’est ce que nous allons tenter d’évaluer pour le territoire de la France entière (métropole et TOM)

C’est une nouvelle révolution agricole qui est projetée, révolution dans le sens d’un apport culturel, technique, politique… de grande ampleur entraînant d’importants changements dans le monde du vivant. Cet imaginaire est d’ailleurs amorcé par de multiples innovations riches d’enseignements mais qui demeurent trop en marge, faute sans doute de relais politiques et médiatiques suffisamment connus et puissants pour en faire un récit convaincant.

Cette intention révolutionnaire est sans aucun doute fort utopique, mais il s’agit déjà de prendre la mesure chiffrée de ce qui serait envisageable en partant des données actuelles sur la manière dont est utilisée la superficie du territoire français ; puis en projetant ces données jusqu’à la fin de ce siècle, avec l’hypothèse qu’une quasi-autosuffisance alimentaire bio pourrait s’envisager pour tous les habitants et sur la superficie utilisée aujourd’hui par l’agriculture. Si cette hypothèse se vérifie, elle conduira à l’idée que l’agriculture (re)devienne le principal pivot social et environnemental pour réduire en partie le réchauffement climatique, redonner à la biodiversité son rôle régulateur du vivant, proposer une alimentation saine produite le plus localement possible et créer des emplois. Projet qui serait à construire de façon concertée entre producteurs, consommateurs et services publics avec une gouvernance en communs très décentralisée.

  1. Utilisation 2017 de la superficie de la France entière

Définitions [Agreste, ministère de l’agriculture et de l’alimentation, 2017] :

  • Surface non utilisable : montagnes, bords de mer, espaces aquatiques, maquis, garrigues, zones naturelles protégées non productives
  • Surface agricole utilisée (SAU), avec deux principaux volets : terres arables (labourables) destinées aux cultures céréalières, fruitières, florales, et légumes frais ou secs (SAU arable) | terres en prairies permanentes (fauchées ou non) et pâturages, destinés à l’élevage animal (SAU élevage)
  • Surface artificialisée : sols bâtis | sols revêtus et stabilisés (routes, voies ferrées, parkings, chemins…). | espaces verts publics non producteurs de consommables.
  • Surface boisée: forêts, peupleraies, bosquets, haies

Population recensée en 2016 : 67.200.000 personnes demeurent sur le territoire français. Le taux annuel moyen de croissance de la population française est de 0,5% depuis 2009.

Observations 2 :

  • dans l’absolu chaque personne pourrait actuellement disposer de presque un demi-hectare pour se nourrir et se loger (4.300 m²+240 m²) dans l’hypothèse d’une répartition de l’occupation du sol totalement égalitaire. Donc l’option (développée dans un prochain article) envisagée par la collapsologie et le survivalisme “chacun chez soi en cultivant son jardin” pour une autosuffisance maximale, pourrait s’envisager ; raisonnement quelque peu absurde et irréaliste. En effet tout le monde n’a ni l’envie, ni les moyens, ni le temps de cultiver son jardin, et la multiplication de l’habitat individuel avec potager, déjà problématique à ce jour, amplifierait grandement les déplacements, donc les tracés de route et les véhicules motorisés, et que deviendraient les agriculteurs, les entreprises et commerces de l’agroalimentaire ? Aussi pour la suite je conserverai l’hypothèse d’une possible autosuffisance alimentaire avec une approche beaucoup plus collective ou communautaire ou bien encore communale dans le sens premier du mot : au Moyen-âge, bourg ou ville affranchie du joug féodal et administrée par ses habitants les bourgeois : par exemple Villefranche-sur-Saône (charte de franchise en 1260), Sienne en Italie…
  • Dans la SAU, les surfaces consacrées aux monocultures céréalières et vinicoles sont importantes : par exemple près de trois millions d’hectares pour le maïs dont la culture utilise beaucoup d’eau, de produits phytosanitaires et pesticides pouvant affecter gravement les écosystèmes. Dans les prochains calculs cette superficie ne vient pas en déduction de la SAU, avec le souhait que le principe même de la monoculture soit réexaminé très attentivement.
  • en surfaces boisées la forêt en Guyane occupe à elle seule huit millions d’hectares (32% du total surface boisée) auxquels s’ajoutent quelques milliers dans les autres TOM. En métropole la forêt seule progresse de 0,7% par an au détriment des terres agricoles, [IGN 2019], mais aurait une légère tendance à diminuer dans les TOM ; aussi notre estimation du taux moyen annuel de croissance pour l’ensemble des surfaces boisées est de 0,15% venant en déduction de la SAU. La réimplantation de haies en surfaces agricoles dans plusieurs régions provoque certes une légère perte en SAU, mais permet de limiter l’érosion des sols, de favoriser la biodiversité et d’apporter de l’ombre aux troupeaux ; ainsi par exemple, La ferme bio de la Fournachère (Rhône) va prochainement implanter sur un kilomètre 2.000 plants d’arbustes, en partenariat avec le Parc Naturel Régional du Pilat (Loire)
  • en surfaces artificialisées les routes et autoroutes représentent à elles seules 79% du réseau transport [Actu environnement, 2014] alors que l’emprise des voies ferrées est de 13%, bâtis compris |Certu, 2012] ; cet important écart indique clairement les modes de transport actuellement privilégiés. Les 8% restants sont consacrés aux rives des voies fluviales aménagées. Le taux moyen annuel de croissance des surfaces artificialisées est de 0,8%, constant depuis 2010 (il était de 1,3% entre 1992 et 2009). dont 90% impacte la surface agricole [gouvernement.fr 2016].

3. Estimation de la SAU jusqu’en 2100

Pourquoi 2100 ? La fin d’un siècle sert souvent de référence pour parfois prédire le pire, genre “En 2100, les trois quarts de l’humanité risquent de mourir de chaud”, ou imaginer qu’une toute petite partie de l’humanité sera devenue extraterrestre, installée sur Mars ou sur des planètes artificielles ! En attendant je garde l’idée d’une solide résilience humaine permettant, à certaines conditions, de maintenir le monde vivant en bon état ! « Il est possible que dans quelques centaines d’années, nous aurons établi des colonies humaines dans le cosmos ou sur d’autres planètes. Mais pour le moment, nous n’avons qu’une seule et même planète et nous devons nous serrer les coudes pour la préserver » [Hawking S. 2016 [5]

Observations 3 :

  • Si les actuels taux moyens annuels de croissance en population (0,5%), surface boisée (0,15%) et surface artificialisé (0,8%), restent constants jusqu’à la fin du XXIe siècle, la perte en SAU sera de l’ordre de 29%.
  • La croissance exponentielle de la population va de pair avec celle de l’artificialisation des sols, en effet les besoins en logements, bâtiments publics, parkings, grandes surfaces commerciales… augmentent en toute logique et de nombreux hectares de terres arables seront donc utilisés. Est-ce que la superficie du territoire français, non extensible, et peut-être même quelque peu réduite par la montée du niveau des mers, peut supporter une population de plus de 100 millions de personnes ? Dans l’absolu oui, puisque par habitant, la surface pour l’habitat resterait autour de 250 m², et que la SAU, bien que réduite de plus de la moitié, resterait de l’ordre de 2.000 m² par personne. Cependant les estimations qui vont suivre révèlent un possible manque en surface agricole à partir de 2075
  • La situation de l’ensemble de la planète est tout autant problématique, puisque, d’après l’ONU, sa population est estimée pour 2100 à environ 11,2 milliards personnes (7,55 milliards en 2017). Cette explosion suscite bien des questions dont celle du contrôle des naissances, et Thomas Malthus n’est pas loin pour nous rappeler que le problème est vaste et fort complexe car tout à la fois : économique, social, géopolitique, éthique… sans pour autant partager ses options politiques !
  1. Autosuffisance alimentaire

Pour l’Organisation des Nations-Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) l’autosuffisance alimentaire est “la satisfaction de tous les besoins alimentaires d’un pays par la production nationale”. La France en serait à 83%. Dans cette définition le “tous” peut faire question, puisqu’un pays comme la France n’est pas actuellement en mesure de produire certaines denrées en quantités suffisantes : café, cacao, épices, oranges… On peut estimer qu’elles ne sont pas basiques et qu’il est possible de s’en passer, mais est-ce vraiment possible et souhaitable ? Donc l’autosuffisance a des limites et ne peut raisonnablement s’envisager comme un tout. Cependant mon hypothèse est basée sur une production alimentaire localisée au maximum, disons à un niveau communal ou intercommunal. Déjà plusieurs villes importantes l’ont inscrite dans leurs objectifs :

  • Albi (49.100 habitants) : « En 2014, la Ville d’Albi s’est fixée l’objectif d’atteindre l’autosuffisance alimentaire à l’horizon 2020. La finalité de ce projet est l’approvisionnement des ressources alimentaires pour l’ensemble des albigeois dans un rayon de 60 km » [Albi site officiel]
  • Rennes (214.000 habitants) « Tout a commencé le 27 juin 2016. Le conseil municipal de Rennes décidait d’entamer la route vers l’autosuffisance alimentaire de la ville. Labellisée “Ville comestible de France” » [Rennes métropole]

Ces deux projets s’appuient en partie sur le concept de “l’agriculture urbaine” dont l’intérêt est avant tout de l’ordre du plaisir de faire avec ses mains et de la pédagogie pour découvrir comment pousse une plante, je doute en effet que les surfaces agricoles disponibles en milieu urbain permettent une production au-delà de l’épiphénomène.

Quelle serait aujourd’hui la surface en terre cultivable nécessaire pour une production alimentaire bio en pleine terre et variée pendant un an, à raison d’une moyenne d’un bon kilo par jour de nourriture par personne en tenant compte des déchets ? Dans les actuelles et nombreuses approches de l’autosuffisante alimentaire les évaluations en surface cultivable vont de 250 (Vivre demain) à 2.000 m² (Le Sens de l’Humus) en fonction de ce qui est pris en compte et de la manière de produire. J’ai retenu la proposition sans alimentation carnée de “Fermes d’avenir” avec une surface de ≈1.500 m², elle me semble en effet la plus réaliste ; et, n’ayant pas l’option végane, je lui ajoute ≈1.000 m² pour l’élevage, en supposant que la baisse en cours de la consommation en viande se maintienne. Pour les produits laitiers la source est “La filière laitière française et pour les produits carnés une publication du Centre de Recherche pour l’Étude et l’Observation des Conditions de Vie [CRÉDOC sept.2018]

Observations 4 :

  • Ces données représentent une moyenne générale ne prenant pas en compte certains paramètres : climat, qualité du sol, eau, habitudes alimentaires, coutumes…, elles seraient donc à ajuster en fonction des réalités locales.
  • Dans l’immédiat, ces résultats vont permettre une évaluation théorique de la surface agricole nécessaire pour une quasi-autosuffisance alimentaire sur l’ensemble du territoire français d’aujourd’hui à 2100, les actuels taux de croissance de la population et de la surface artificialisée servant de références statistiques et en supposant qu’ils restent constants.
  • Suivra une estimation pour une commune d’un peu plus de mille habitants et pour une communauté de dix-huit communes comptant 73.150 habitants, l’une et l’autre dans le département du Rhône.
  1. Estimation des pertes en SAU d’ici 2100 et conséquences

croissance_2

Observations 5 :

Compte tenu de la croissance de la population (taux annuel 0,5 %) entraînant pratiquement un doublement de l’artificialisation des sols (taux annuel 0,8 %), la courbe ascendante de la surface pour autosuffisance alimentaire (sur une base estimée à 2.500 m.² par habitant) croiserait vers 2080 celle descendante de la surface agricole utilisée, pour ensuite nettement s’en écarter ; la surface agricole nécessaire deviendrait ainsi insuffisante pour répondre aux besoins alimentaires d’une population grandissante et de plus en plus attentive à la qualité de la production agricole.

Une hypothèse végétarienne (ou végane), avec 1.500 m.² de surface cultivable éviterait cette jonction du moins jusqu’en 2100, mais il semble impossible de faire de cette hypothèse un projet commun, ce qui n’empêche pas d’envisager une réduction de la consommation de viande.

  1. Deux exemples locaux pour illustrer l’hypothèse de l’autosuffisance alimentaire

J’ai retenu deux territoires dans le départements du Rhône :

  • Rontalon”, commune de ≈1200 habitants dans les monts du lyonnais à 30 km. du centre de Lyon, avec une production agricole polyvalente : céréales, élevage, maraichage et fruits
  • Agglo Villefranche Beaujolais” (CAVBS), 73 300 habitants, institution intercommunale rassemblant dix-sept communes rurales (dont une dans l’Ain) et la ville de Villefranche-sur-Saône (37 300 habitants) à 36 km. de Lyon, et dont la grande caractéristique est la production de plusieurs crus des vins du Beaujolais, c’est la principale activité agricole pour douze communes du CAVBS ; la commune la plus éloignée du centre de Villefranche est à 14,5 km.

Il sera également fait allusion à la métropole de Lyon

En recensement agricole Agreste-INSEE n’a pas encore produit de statistiques postérieures à 2010. Ces données comparées à celles de 2000, permettent d’observer une nette évolution dans des territoires à dominante rurale et proche d’une grande métropole, les transformations qui en résultent ont de quoi interroger surtout si elles se sont poursuivies au même rythme au-delà de 2010. Ces statistiques distinguent : terres labourables (céréales, légumes…) / cultures permanentes (fruits, vignes…) / surface toujours en herbe (élevage ou friche provisoire).

Entre 2000 et 2010 comment a évolué l’agriculture sur les sites retenus ?

Observations 6 :

  • dans les deux cas les flux habitants sont positifs, mais négatifs pour les exploitations agricoles, ce qui signifie moins d’agriculteurs et plus de néo-ruraux non cultivateurs sinon de leur jardin potager s’ils en ont un. Toutes les communes rurales du CAVBS sont concernées par cette évolution.
  • une baisse importante de la surface agricole utilisée surtout pour la CAVBS avec une chute des surfaces consacrées au vignoble, mais qui ne profite pas ou très peu aux autres types d’utilisation. Je n’ai aucun renseignement pouvant expliquer cette baisse de production du Beaujolais.
  • L’autosuffisance alimentaire ne pourrait pas s’envisager globalement pour le CAVBS faute d’une SAU par habitant nettement insuffisante, 868 m² sur les 2.500 envisagés ; de plus la vigne occupe plus de 50% du SAU et la production agricole locale semble fort loin de pouvoir assurer l’alimentation de la ville de Villefranche qui, pour ses 37.200 habitants, aurait besoin de 9 300 ha alors que la SAU actuelle de l’Agglo est de 6.348 ha, à supposer que cette surface n’ait pas diminué depuis 2010. la population urbaine doit donc trouver des fournisseurs dans un environnement plus large.
  • La situation de Rontalon semble nettement plus satisfaisante dans la mesure où cette commune, bien qu’ayant perdu en dix ans 9% en SAU, pourrait largement être autosuffisante avec une surface agricole par habitant de 5.600 m² (plus de deux fois l’hypothèse 2.500 m²), soit un total de 294 ha en SAU alors qu’elle est de 664 ha (2010). La production agricole excédentaire peut donc être proposée à la vente sur d’autres territoires, la métropole lyonnaise par exemple.
  • Avec la Métropole (59 communes) on change complètement d’échelle et l’autosuffisance alimentaire devient un concept inopérant pour un tel territoire. En effet, la population de 1.381 million d’habitants nécessiterait à elle-seule ≈345.000 ha en SAU ! Sur ce territoire fortement urbanisé (densité : 2.590 hab/km²), la SAU était en 2010 de 4.400 ha, soit 8% de la superficie totale de la Métropole, qui comprend également 2.830 ha de parcs publics classés en zone naturelle protégée, poumons verts d’une cité qui en a bien besoin. Pour se fournir en produits alimentaires la Métropole n’a pas d’autre choix que de se rendre bien au-delà de ses limites territoriales.

Terre de liens Normandie a créé un convertisseur qui permet d’estimer pour chaque commune, quelle que soit sa taille, d’une part, la surface agricole utile pour l’alimentation des habitants résidents, d’autre part, le nombre d’agriculteurs nécessaires pour le travail agricole. Les résultats obtenus pour les exemples ci-dessus sont proches de nos estimations. Cet outil utile est d’un maniement aisé.

  1. Des question à approfondir

  • Au regard de cette évaluation chiffrée, il ne semble pas possible de faire de l’autosuffisance alimentaire un absolu ; en effet, dès que l’on entre dans des densités de population élevées, les surfaces agricoles utiles se réduisent logiquement beaucoup. Donc villes, et encore plus métropoles, doivent dépasser leurs limites territoriales pour se fournir en produits alimentaires ; reste à savoir quel en serait le rayon en tenant compte de la nécessité de réduire les trajets pour le transport : celui de 60 km envisagé par la ville d’Albi ou bien celui de 150 km proposé par le Groupement Régional Alimentaire de Proximité (cf. dernière partie), sont-ils suffisants ? Seraient également à définir les types de relations commerciales inter-territoires souhaitables ou souhaités, sous forme de conventions ? Qui en discute ? Dans quelles instances ?
  • La piste agriculture urbaine, dont on parle beaucoup [cf. Atelier Parisien d’Urbanisme, 2017], si elle est intéressante pour créer des liens, produire à petite échelle fruits et légumes…, et à condition toutefois que cette production demeure en pleine terre, ne peut que petitement subvenir aux besoins d’une nombreuse population urbaine (résidents ou passagers). Aussi tout doit être entrepris pour que la ruralité et ses principaux acteurs que sont les paysans, (re)trouvent tout son sens territorial de production d’une alimentation saine, respectant la biodiversité et les écosystèmes. La loi “Agriculture et Alimentation” approuvée définitivement le 1er nov.2018, bien que voulant aller dans ce sens, a déçu tous les syndicats agricoles [cf. La France agricole, 2018]
  • Considérer la terre comme un bien commun relève encore de l’utopie et suppose d’aborder la grande et grave question de l’enclosure du foncier agricole, donc des droits de propriété et d’usage, ce qui relève de décisions politiques rendant impossible la spéculation foncière agricole. Si l’on admet, non seulement comme hypothèse mais comme réalité, que l’alimentation relève de l’intérêt général dans sa définition et dans sa réalisation, on ne peut qu’envisager à terme une approche beaucoup plus en communs de la gouvernance étroitement liée de l’agriculture et de l’alimentation, c’est ce qui est suggéré dans deux exemples rapidement présentés ci-après.
  1. Deux exemples de gouvernance

La Foncière Terre de liens (fondée en 2003)

« L’avenir de nos territoires ruraux passe par la reconstruction d’un maillage d’activités et de liens sociaux qui redonnent vie aux campagnes. L’agriculture de proximité, par son ancrage local, est au cœur de cette dynamique : elle repose sur des fermes à taille humaine et permet de tisser des relations entre les citoyens et les agriculteurs qui produisent notre alimentation. Mais en amont de tout projet agricole, il y a la terre… et c’est pourquoi Terre de Liens a inventé des solutions pour libérer les terres agricoles, réhabiliter leur statut de bien commun et en faire des lieux ouverts à la création de nouvelles activités économiques et écologiques. […]

La mobilisation citoyenne permet l’acquisition de terres. Elles sont confiées à des agriculteurs qui respectent les sols et la biodiversité. Définitivement sorties de la spéculation foncière, ces terres sont assurées d’une vocation agricole à long terme. La transmission intergénérationnelle y devient possible. Pour susciter un changement en profondeur, Terre de Liens mobilise la société civile et les collectivités publiques ».

Groupement Régional Alimentaire de Proximité (fondée en 2010)

« GRAP est une coopérative réunissant des activités de transformation et de distribution dans l’alimentation bio-locale, avec le statut de Société coopérative d’intérêt collectif (SCIC). Il promeut une gouvernance coopérative comprenant quatre collèges :

  • activités intégrées, non juridiquement autonomes (40% des voix)
  • activités associées, autonomie juridique, participation au capital (25% des voix)
  • équipe interne, dix salariés (25% des voix)
  • partenaires locaux, investisseurs… (10% des voix)

C’est également une Coopérative d’Activité et d’Emploi qui héberge des entrepreneurs qui entrent dans les champs d’activités et dans la localisation géographique

Les activités (une quarantaine à ce jour) présentes dans GRAP vendent en majorité des produits biologiques ou issus de l’agriculture paysanne, de l’agroécologie…. L’objectif est de favoriser les circuits courts et locaux. Le périmètre de GRAP est régional (150 kilomètres autour de Lyon) afin de garder une forte synergie entre les différentes activités de la coopérative. »


L’Organisation des Nations-Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) dans son dernier rapport du 22 février 2019 alerte sur les menaces qui pèsent sur la biodiversité avec risque de pénurie alimentaire. Ce rapport « présente des preuves toujours plus nombreuses que la biodiversité qui est à la base de nos systèmes d’alimentation, à tous les niveaux, est en baisse à travers le monde. » [“La FAO met en garde…” Le Monde.fr |22 février 2019]

Alors, “il est trop tard” ? Je ne le pense pas vraiment, à condition que l’on agisse rapidement ! Les deux expériences qui viennent d’être présentées sont animées par des équipes jeunes, et ce sont loin d’être les seules sur le territoire français et mondial. Ces innovations dans leurs pratiques prennent en compte les enjeux de l’agriculture et de l’alimentation : de quelle nourriture avons-nous besoin et dans quelles conditions la produire ? Mais qu’est-ce qui pourrait bien leur manquer pour qu’elles aillent au-delà du laboratoire dans lequel on cherche à les maintenir et qu’elles fassent révolution en devenant modèle politique (économique, sociale, environnementale) et institutionnel (coopération, démocratie) ? Pourquoi pas un “grand débat” public prenant en compte les alertes de la FAO et de toutes les ONG qui se préoccupent de la planète Terre, avec l’intention d’un réel débouché politique.

mars 2019

 

Notes

  1. Fontaine Benoît, “Alerte à la 6e extinction des espèces”, Matières à penser, Dominique Rousset. France Culture|4 août 2018
  2. Brand Stewart, cité par Olivier Postel-Vinay dans “Le bluff de la sixième extinction”, Libération|1er sept. 2015
  3. Brand Stewart, Discipline pour la planète Terre, vers une écologie des solutions, 2014, éd. Tristram
  4. Grandcolas Philippe, “Qu’est-ce qui tue les insectes ?”, The Conversation.com|14 fév. 2019
  5. Hawking Stephen, “Nous sommes au moment le plus dangereux de l’histoire de l’humanité”, RT-France.com|2 déc. 2016

Documents complémentaires

Communs et ESS peuvent-ils faire système ?

Les communs vont-ils soulever le monde ?

le monde_1

texte téléchargeable

Des chercheurs en sciences humaines font remarquer que les périodes de grande incertitude, d’insécurité – et à l’évidence nous sommes dans une telle période – peuvent générer un recours intensif à l’hédonisme, ou à une demande accrue de politique autoritaire, voire tyrannique, hédonisme et pouvoir autoritaire pouvant d’ailleurs très bien être associés. Les grands médias en parlent abondamment, mais oublient le plus souvent l’existence d’une troisième voie, celle de la créativité sociale, dont nous regardons avec beaucoup de curiosité et d’intérêt les nombreuses réalisations. Toutefois, celles-ci conduisent-elles à un monde plus serein, paisible, équitable, pour ne pas dire enchanteur, en pensant que nécessairement “Demain il fera beau”[1] ? Rien n’est moins sûr… En effet, si ces “révolutions tranquilles”[2] démontrent empiriquement l’existence d’autres possibles dans de nombreux domaines dont ceux de la propriété foncière, de l’alimentation…, elles n’ont pas encore vraiment pu ou su suffisamment conceptualiser un récit politique mobilisateur et compréhensible par un large public. À l’évidence passer du local au global est complexe et la transition dont on parle beaucoup, gagnerait à être plus précise sur “le vers quoi” on veut aller. Ainsi, nous nous retrouvons dans une situation on ne peut plus paradoxale :

D’un côté le système néolibéral regroupant des intérêts particuliers considérés comme intérêt général, en s’appuyant sur une économie et une finance mondialisées définies de plus en plus par traités hors tout contrôle d’instances démocratiques. L’enclosure maximale des ressources en est l’une des conséquences, allant, par exemple, jusqu’à privatiser l’eau, ainsi envisagé par Peter Brabeck, ancien PDG de Nestlé, et réalisé à grande échelle par cette multinationale de l’alimentation : « Les ONG ont un avis extrême quant au problème de l’accès à l’eau. Elles souhaitent que l’accès à l’eau soit nationalisé, c’est-à-dire que tout le monde puisse avoir accès à l’eau. Mon point de vue n’est pas celui-ci. Il faut que l’eau soit considérée comme une denrée, et comme toute denrée alimentaire, qu’elle ait une valeur, un coût.[3] » Cette logique conduit, en fait, au maintien des grandes inégalités mondiales et locales et depuis au moins deux siècles si de nombreux mouvements sociaux ont permis la conquête de droits fondamentaux, en revanche ils n’ont pas ébranlé les fondements de ce système. Devons-nous alors reconnaître à cet ordre-là une telle capacité de résilience qu’il est en mesure de surmonter tous les désordres, y compris les guerres, et que l’on doit l’admettre de facto tout en le dénonçant et en cultivant notre jardin tel Candide ?

Mais d’un autre côté, dans le réel de la société civile, de nombreuses expérimentations de coopération, de solidarité, de fabrique de communs, révèlent d’autres modes de vie, d’autres manières de faire, sources d’un possible imaginaire social. Est-ce pour autant, même à l’état embryonnaire, l’amorce d’un autre système en mesure de vraiment s’opposer à l’actuel système dominant dont l’un des porte-parole, Warren Buffet, déclarait il y a dix ans : « Il y a une lutte des classes, évidemment, mais c’est ma classe, la classe des riches qui mène la lutte. Et nous sommes en train de gagner[4]. »

Les conditions d’un affrontement apparaissent alors tellement disproportionnées, qu’il y a de quoi douter de tout changement institutionnel important. En 1986 Cornélius Castoriadis écrivait : « La population s’enfonce dans la privatisation, abandonnant le domaine public aux oligarchies bureaucratiques, managériales et financières. […] Les gens croient fermement (et ne peuvent que croire) que la loi, les institutions de leur société, leur ont été données une fois pour toutes par quelqu’un d’autre : les esprits, les ancêtres, les dieux ou n’importe quoi d’autre, et qu’elles ne sont pas (et ne pouvaient pas) être leur propre œuvre.[5] », constat qui demeure terriblement d’actualité. Et si, comme il le suggère, la première chose à faire est bien de « s’interroger sur les fondements des lois et des institutions », on ne peut cependant pas, poursuit-il, « rester fascinés par ces interrogations, mais faire et instituer[6] » ; autrement dit, se réapproprier du pouvoir pour libérer de la créativité sociale dans « des espaces d’autonomie, d’auto-organisation et de coopération volontaire[7] » [André Gorz], là où apparaissent des communs.

Définition d’un commun :

En dissociant commun et bien, c’est déjà écarter l’idée qu’un bien commun serait une chose préexistante à considérer comme naturelle, par exemple l’eau définie comme un bien commun universel ; on peut certes le revendiquer mais sans pour autant admettre que cela va de soi, l’histoire et l’actualité sociale et politique se chargeant largement de le démontrer. C’est ensuite en faire un concept ainsi défini :

Un COMMUN est une construction sociale générée par un processus reliant :

  • un collectif agissant (avec pour règle de base le volontariat)
  • une ressource (matérielle ou immatérielle), statutairement en bien public ou privé
  • un ensemble de droits d’accès et de règles de bon usage et de gouvernance, co-définis par le collectif, éventuellement en partenariat avec les acteurs publics concernés.

Il peut être :

  • éphémère (actions d’alerte, de témoignage…), ces membres cherchant à le faire entrer le moins possible dans un cadre contraignant. “Nuit debout” et les Zones à défendre (ZAD) sont, me semble-t-il, des exemples-type de ces communs investissant un espace public ou privé (squat…) pour mettre en œuvre des pratiques alternatives qui provoquent les institutions gouvernantes et sensibilisent l’opinion sur des problématiques sociétales importantes[8];
  • ou institué par inscription dans un cadre économique, social, écologique avec un objectif de production de biens consommables ou de services. C’est cette deuxième approche que je privilégie dans le schéma qui suit :

schema_systeme_communs

Ce système complexe doit être considéré comme un tout, ce qui engage par exemple à ne pas isoler l’économie du social, de l’écologie, et par extension du logement, de la santé, de la formation, de la propriété, etc. La nature de ses éléments constitutifs est à situer dans : 1. le champ d’action : les ressources, 2. l’action dans un processus instituant, 3. la dimension statutaire, l’institué, 4. les interactions avec et entre les différents acteurs concernés répartis ici en trois sphères :

  • Les acteurs autonomes: citoyens qui s’interrogent et veulent interroger, non seulement par le dire mais aussi par le faire, les façons dont sont gouvernées, voire accaparées, les ressources. Autonomie par opposition à hétéronomie, C. Castoriadis la définit ainsi : « tension/contradiction entre d’un côté, la libération de la créativité sociale (cette libération étant une caractéristique centrale d’une démocratie véritable) et de l’autre, les dispositifs institutionnels et les dispositions anthropologiques “raisonnables” chargées de prévenir l’hubris, la démesure. »[9]

Le processus débute généralement avec ces acteurs réunis en collectifs qui, “conspirant” (dans son sens étymologique : respirer avec ou aspirer à), envisagent d’emprunter le chemin du FAIRE ensemble. C’est ainsi que naît un COMMUN, auquel peuvent parfois s’associer des acteurs publics (généralement des collectivités territoriales) concernés par la nature même de la ressource objet du commun (gestion de l’eau et de son assainissement, énergie renouvelable, agriculture périurbaine, forêts et pâturages communaux, espaces publics, etc.)

  • Les acteurs publics, en charge de la mise en œuvre de l’intérêt général (ou supposé tel) en réglementant (trop parfois ?) l’usage des ressources. L’approche quelque peu idéalisée de Pierre Rosanvallon d’un “bon gouvernement”[10], permet de se représenter ce que pourraient être des politiques publiques favorisant le développement d’espaces d’autonomie dans tous les domaines, multipliant ainsi les communs dans la gouvernance des ressources.
  • Les acteurs économiques privés: il semble nécessaire de distinguer ceux du grand Marché mondial recherchant surtout le développement de leur richesse en accaparant le maximum de ressources, et ceux de l’économie réelle, celle de bon nombre de PME (de 10 à 250 salariés) et TPE (moins de 10 salariés) sensibles au développement local et qui génèrent actuellement le plus d’emplois. Certaines de ces PME ou TPE peuvent se rapprocher de l’ESS (économie sociale et solidaire) si elles respectent les critères définis par la loi de juillet 2014[11], et intégrer des communs. Enfin les entreprises d’origine de l’ESS (associations, coopératives, mutuelles…), partie intégrante de ces acteurs économiques tout en étant positionnées légèrement en marge car pouvant avoir un rôle d’interpellation dans cette sphère du privé.

Les ressources, avec en premier lieu celles dont la vie dépend : l’eau, la terre (arable, forêts…), l’air, le soleil, sont ou devraient être au centre du système. Si les humains n’ont aucune influence directe sur l’astre solaire, sinon d’en modifier les effets par la pollution, en revanche leur rôle est prépondérant dans le bon ou mauvais usage de ces ressources. Se pose alors la question de leur gouvernance : qui en est détenteur, qui décide des règles de leur usage ?

Les ressources de la connaissance relèvent du même processus. On peut également l’élargir à des domaines, tels que le logement, la santé, l’éducation, la culture…, pouvant être à l’origine de nombreux communs : habitat coopératif, maison de santé, média, école alternative, etc. Ces ressources sont en droit :

  • Soit des biens publics, tels des pâturages communaux, nombreux dans les Alpes, avec droit d’usage (bail, convention, charte) concédé à des éleveurs rassemblés dans un commun (groupement pastoral par exemple) à charge pour eux de ne pas surexploiter l’herbage, de l’entretenir et éventuellement de payer une redevance.
  • Soit des biens privés : par exemple les actuels 11 000 sociétaires constitutifs du commun “Terre de liens” sont, de fait, copropriétaires du foncier agricole acquis par la Foncière Terre de liens, celui-ci étant loué (baux de carrière) en fermage à des agriculteurs produisant en bio ; toute spéculation foncière est exclue statutairement.

Ces communs, surtout si une production de biens marchands est prévue, s’inscrivent dans un cadre législatif adapté à leur objet, le cadre de l’ESS étant le plus souvent utilisé avec ses différentes possibilités : association, coopérative, dont la Société coopérative d’intérêt collectif (SCIC) qui favorise un multi sociétariat avec un fonctionnement collégial. Cette proximité institutionnelle avec l’ESS va bien au-delà de sa dimension statutaire, en effet les acteurs des communs en partagent volontiers les fondements essentiels : but poursuivi autre que la seule distribution de bénéfices ; gouvernance démocratique ; développement de l’activité et création d’emplois ; circuits courts rapprochant producteurs et consommateurs ; juste prix ; protection de l’environnement…

Enfin, le fruit commun est le résultat de la production et de sa vente ; sa répartition, outre les charges habituelles d’une entreprise, pose généralement la question de l’échelle des salaires et de l’utilisation des bénéfices hors réserve impartageable. Il est amené à entrer en concurrence avec d’autres producteurs, ainsi les neuf Scic “Enercoop”, fournisseurs d’énergie renouvelable, sont des concurrents directs d’EDF…

La jonction communs/ESS laisse entrevoir un ensemble qui pourrait faire système ; c’est une ébauche car de nombreux paramètres restent à approfondir et à vérifier, en particulier à propos des interactions entre les différents éléments constitutifs. Cependant, si l’on valide l’hypothèse que ce système existe à l’état embryonnaire, serait-il à terme en mesure de faire de l’ombre au système néolibéral aux conséquences bien connues ? Pour ”Demain” (film de Cyril Dion et Mélanie Laurent), le chemin, à supposer qu’il y en ait un, risque d’être encore très long et accidenté. Plusieurs indicateurs invitent à une relative prudence. En effet, que représentent les actuels 3 000 hectares de terre arable propriétés de Terre de liens (sur 29 millions d’hectares de surface agricole utile en France) ? Les actuels 35 000 clients Enercoop (sur 28 millions d’abonnés EDF) ? Le chiffre d’affaires 2015 de la chaîne des magasins Biocoop ou du GRAP (Groupement régional alimentaire de proximité) en région lyonnaise…, comparativement à celui de la grande distribution alimentaire avec ses rayons bio de plus en plus importants (Biocoop = 768 millions d’euros, avec une progression de 16% ; Carrefour = 86 milliards d’euros, avec une progression de 5%) ? Pas grand-chose en statistiques, mais beaucoup par la démonstration empirique d’autres possibles.

Par ailleurs, l’existence de communs, tels que définis ici, dépend de l’initiative de collectifs de citoyens volontaires et d’élus locaux. Malgré leur multiplication, les personnes impliquées constituent de très petites minorités dans le monde, peut-être 1 % de la population mondiale, avec un poids économique, politique et médiatique insignifiant par rapport à celui du 1 % des plus riches. Il est donc difficile que demain, qui sera peut-être un après-demain, devienne réalité, et ce d’autant plus si l’on se réfère aux enseignements de l’histoire sociale des deux siècles qui nous précédent : les libertaires du XIXe à l’origine de la multiplication des mutuelles, associations ouvrières, banques populaires, mais la “révolution à petits feux” prônée par Pierre-Joseph Proudhon n’a pas provoqué l’embrasement souhaité, sinon la Commune de Paris mais vite réprimée ; en 1918, les Conseils ouvriers allemands (Rosa Luxemburg) ont été rapidement interdits et l’on sait ce qu’il est advenu des soviets de l’ex URSS. Plus loin dans le temps, le courant du socialisme autogestionnaire, apparu après mai-68 et actif dans de nombreux mouvements sociaux de grande envergure, a été confronté en 1981 à la réalité de la gouvernance du pays soumise, déjà, aux injonctions de la mondialisation financière et a disparu peu à peu de la scène politique… Et chaque fois l’ordre dominant l’a emporté, non sans violence. Le XXIe siècle fera-t-il mieux ? Comment pourrait-il se libérer de lois économiques édictées par les dominants et décidées hors tout contrôle démocratique (traité transatlantique et autres) ? Est-il en mesure d’orienter l’Histoire autrement vers un “nouveau monde” ?

Malgré la situation paradoxale dans laquelle on se trouve, il y a matière à espérer tant les pratiques alternatives sont florissantes…, mais il se peut que l’on cherche encore les bons mots pour le dire : « On ne changera pas le monde avec des mots, mais on peut au moins choisir ceux qui diront et accompagneront les changements nécessaires » [Alain Rey[12]].


Notes

  1. Kaporal Wisdom. Demain il fera beau. 2015 YouTube www.youtube.com/watch?v=Thmkx9UPetI
  2. Manier Bénédicte. Un million de révolutions tranquilles. Paris : 2012, Les Liens qui Libèrent
  3. Brabeck Peter. Interview dans “We Feed the World” (‘’Le marché de la faim’’). 2005, documentaire d’Erwin Wagenhofer et Jean Ziegler
  4. Buffet Warren. Interview dans le New York Times le 26/11/2006
  5. Castoriadis Cornélius. Domaines de l’homme. Les carrefours du labyrinthe II. Paris : 1986, Seuil
  6. Castoriadis Cornélius. Fait et à faire. Les carrefours du labyrinthe V. Paris : 1997, Seuil
  7. Gorz André. Adieux au prolétariat : au-delà du socialisme. Paris : 1980, éd. Galilée
  8. Thomé Pierre, « Quand le Gouvernement et le Parti socialiste s’embourbent à Notre-Dame-des-Landes » nov. 2012.
  9. Castoriadis Cornélius. Fait et à faire. Les carrefours du labyrinthe V. Paris : 1997, Seuil
  10. Rosanvallon Pierre. Le Bon gouvernement. Paris : 2015, Seuil. « Des aspirations et des réflexions s’expriment aujourd’hui dans de nombreux secteurs de la société civile et dans le monde militant […] en distinguant les qualités requises des gouvernants et les règles organisatrices de la relation entre gouvernés et gouvernants. Réunies, celles-ci forment les principes d’une démocratie d’exercice comme bon gouvernement »
  11. Loi sur l’Économie Sociale et Solidaire du 31 juillet 2014 : « la loi économie sociale et solidaire encourage un changement d’échelle de l’économie sociale et solidaire, fonde une stratégie de croissance plus robuste, donne aux salariés le pouvoir d’agir et soutient le développement durable local. »
  12. Rey Alain. La Guerre des communs. Dans Libres savoirs. Les biens communs de la connaissance. Association Vecam, 2011, G&F éditions

Bibliographie téléchargeable

Cliquer pour accéder à bibliographie_communs-ess-1.pdf

COMMUNS, quel avenir ?

YM•communsDEF.indd

Contribution de Jean Huet

Préface de Christian Laval

Éditions Yves Michel, collection Société civile

ISBN : 978 2 36429 074 7

Format : 12 x 22 cm     128 pages

Prix : 13 €

 Domaines : droit, économie, histoire, philosophie, politique

 

 

___________________________________________________

Ce livre cherche à clarifier  le concept de COMMUN défini, non comme un bien, mais comme un processus, le plus souvent à l’initiative de citoyens associés, mais aussi d’élus locaux ; processus débouchant sur une construction sociale solidement ancrée à un territoire et dont la gouvernance peut rassembler autour de la même table : collectifs de citoyens, acteurs publics et acteurs institutionnels privés. En France, il semblerait que le modèle récent de Société Coopérative d’Intérêt Collectif (SCIC) soit bien adapté à ce type de co-gouvernance, plusieurs exemples sont présentés.
Cet essai fait principalement état de COMMUNS se rapportant aux ressources naturelles les plus vitales (eau, terre arable, énergie…), il est donc beaucoup question de ruralité, d’alimentation, d’environnement
Ce livre devrait intéresser
les acteurs d’initiatives citoyennes : associations, coopératives, élus locaux, mais aussi des parlementaires attentifs à développer l’identification de ce vaste mouvement en veillant à ce que les législations s’adaptent à cette réalité des communs en plein développement.
Sa concision et de nombreux exemples le rendent accessible à un large public.

__________________________________________________

« On ne changera pas le monde avec des mots, mais on peut au moins choisir ceux qui diront et accompagneront les changements nécessaires » [Alain Rey]

 Résumé : Qu’y-a-t-il de commun entre les comités de l’eau à Cochabamba (Bolivie) et les coopératives à l’origine du savoureux fromage de Beaufort en Tarentaise ? Des communs tout simplement ! construits par des hommes et des femmes agissant pour améliorer leur environnement social, économique, écologique.

Cet essai explore le concept de commun(s) en limitant son champ d’étude aux ressources naturelles les plus vitales (eau, terre arable, air) ; c’est un choix méthodologique, mais aussi politique puisque l’avenir de la Planète Terre est dans le bon ou le mauvais usage que l’humanité entend faire de ces ressources.

Un mot n’est peut-être qu’un mot, mais il est, ce qui a son importance, puisqu’il sous-tend des idées et des pratiques, ainsi en est-il pour commun, et ce mot devient concept quand il est associé à d’autres mots, dont ceux de l’Économie sociale et solidaire (ESS)

Un simple mot pour de grandes choses ? Déjà, un commun n’est pas une chose dans le sens d’un objet matériel préexistant dans la nature ; ce qui conduit à le dissocier de l’idée de ‘’bien’’ utilisée pour déclarer une ressource vitale, l’eau par exemple, bien commun universel ; belle intention réaffirmée régulièrement dans de nombreux Sommets mondiaux, mais qui se heurte à la réalité du droit d’accès, droit qui n’est pas intangible par nature, loin s’en faut. Ce qui nécessite qu’il soit en permanence conquis, reconquis, tant il peut être mis à mal par la ‘’Tragédie des communs’’, celle de ‘’l’enclosure’’ des ressources naturelles vitales par une petite minorité au nom du sacro-saint droit de propriété foncière.

Ainsi, des populations entières se trouvent privées d’un accès direct à l’eau potable et à son assainissement, perdent des droits coutumiers d’usage de terres arables, de pâturages… Et le réchauffement climatique, même s’il est freiné, va amplifier ces grandes inégalités. Des hommes et des femmes n’admettent pas d’être ainsi méprisés et s’organisent pour prendre ou reprendre l’usage et le contrôle de ces ressources participant, par leur action collective, au changement d’une histoire locale à la fois sociale, économique, écologique, et pourquoi pas aussi d’une histoire globale, celle qui évoque les communs depuis Aristote et Platon !

Cet essai met en évidence un « FAIRE EN COMMUNS » inspiré par « lo publico » bolivien, le « consortage » du Valais suisse, les « albergements » moyenâgeux de la Tarentaise. De nombreuses pratiques sont mises en lumière à propos de l’eau (Paris, Cochabamba), de l’agriculture (Groupement pastoral de Plan Pichu, Foncière Terre de liens…),  de l’alimentation en circuits courts (Scic la Galerie Paysanne…) , de l’énergie renouvelable (Scic Enercoop...), de la finance éthique (coopérative la Nef), de la santé (Scic Viv’ la Vie), de l’information (Scic Altermondes)… Et de multiples autres expériences pourraient à juste titre figurer dans cet ouvrage…

C’est ainsi que naissent des communs ; en voici une définition possible : un commun est la construction collective d’un Tout social, économique et environnemental indissociable. Il permet à des acteurs de la société civile, associés éventuellement à des acteurs institutionnels publics ou privés, de gouverner ensemble : des territoires plus ou moins importants de ressources naturelles vitales / les productions qui en sont issues / la destination des bénéfices collectifs, non seulement financiers, mais aussi culturels, environnementaux, politiques… Une telle réalisation doit, non seulement définir ses propres règles de gouvernance démocratique, polycentrique, en réseau… mais aussi s’instituer dans des cadres administratifs, juridiques (titres de propriété…), les cadres institutionnels proposés par l’ESS : associations, coopératives…, paraissant tout à fait adaptés.

L’ESS est donc le deuxième volet de cette étude. Plusieurs exemples montrent les liens étroits qu’elle peut établir avec le processus du faire commun, cependant elle n’en a pas l’exclusivité puisque plusieurs situations évoquées font référence à des types d’organisations qui n’appartiennent pas habituellement à l’ESS (par exemple GAEC, Société en commandite par actions), mais une loi récente (juillet 2014) introduit un élargissement de la définition du champ d’action de l’ESS vers l’entreprenariat qualifié de social.

Enfin les communs ont souvent besoin de partenariats avec des acteurs institutionnels privés et publics, les plus fréquents étant des collectivités territoriales. Comment ces différents acteurs peuvent se rencontrer et co-gouverner des ressources ? Là encore l’ESS peut le favoriser avec une forme de coopérative récente : la Société coopérative d’intérêt collectif (Scic), plusieurs expériences sont présentées dans le domaine de l’alimentation, de l’énergie renouvelable…

Reste une question importante : ce concept de COMMUN peut-il participer à la reconstruction d’ un récit politique fort appauvri et à la recherche de sens ? Pour Pierre Dardot et Christian Laval un tel projet « ne peut se concevoir qu’articulé à de pratiques de nature très diverses, économiques, sociales, politiques, culturelles.. À la condition que des lignes de forces communes finissent par se dégager suffisamment à la faveur de liens entre les acteurs de ces pratiques; une « signification imaginaire » peut finir par cristalliser et donner sens à ce qui semblait jusqu’alors n’être que des actions ou des prises de position dispersées, disparates, voire marginales » .

______________________________________

Sommaire

L’introduction évoque le passage tourmenté d’un siècle à l’autre…, mais avec une ouverture possible vers les communs

Quatre chapitres

  1. Économie sociale et solidaire et communs : fondements de l’ESS ; un commun défini comme une construction sociale plutôt que comme un bien
  2. Communs dans la gouvernance de l’eau, de terres arables et de l’alimentation
  3. Pastoralisme en communs dans les montagnes de Tarentaise
  4. Sociétés coopératives d’intérêt collectif (Scic) : un modèle d’organisation pour les communs

La conclusion émet l’hypothèse que cette stratégie des communs pourrait participer au renouvellement d’un récit politique qui, polarisé sur les taux de croissance, les marchés financiers et la sécurité, n’arrive plus à mobiliser des citoyens en manque de perspectives. Et elle propose, nouvelle utopie peut-être, la création de ‘’l’impôt mondial alternatif des communs’’ prélevé à la source des revenus et destiné au développement partout dans le monde de communs territoriaux consacrés aux ressources naturelles vitales, ce serait aussi l’un des moyens pour agir localement contre le réchauffement climatique.

_________________________________________

Les auteurs :

  • Pierre Thomé a travaillé dans l’action sociale.  A déjà écrit : Créateurs d’utopies. Démocratie, autogestion, économie sociale et solidaire (2012, éd. Yves Michel)
  • Jean Huet (chap.4)  A écrit : Vers une gestion coopérative de l’eau (2014, éd. Fondation Gabriel Péri)
  • Christian Laval (préface) est professeur de sociologie à l’université Paris Ouest Nanterre-la Défense. Dernier ouvrage paru (avec Pierre Dardot) : COMMUN. Essai sur la révolution au XXIe siècle (2014, éd. La Découverte)

________________________________________________

Où se procurer le livre ?

Le bien commun ou les biens communs ?

J’introduis avec une image de la construction d’un important parc éolien citoyen réalisé à Béganne en Bretagne. Cette réalisation présente en effet toutes les caractéristiques essentielles d’un bien commun lié à une ressource naturelle : localisation, nombreux associés (85), cofinancement (1000 souscripteurs et banques coopératives), expertise militante et professionnelle, implication des collectivités territoriales, démocratie directe…)

Téléchargement du texte ‘pdf)

Quelle définition pour le concept de biens communs ?

En préalable, il me semble nécessaire de bien distinguer deux notions : LE bien commun et LES biens communs, ce pluriel a une grande importance, nous verrons pourquoi ; elles ne se contredisent pas mais ne recouvrent pas les mêmes champs d’analyse.

Le bien commun, parfois écrit avec un B majuscule pour marquer sa dimension universelle, est une représentation philosophique du bonheur et du bien-être universelle dans un monde paisible. On trouve cette approche dans plusieurs courants de pensée, en particulier chrétiens, avec par exemple  le philosophe Thomas d’Aquin (1224-1274) : « Au bien d’un seul on ne doit pas sacrifier celui de la communauté : le bien commun est toujours plus divin que celui de l’individu. » Sur un tout autre registre le bien commun était également la finalité suprême du monde soviétique : « Nous voyions l’avenir comme un bien nous appartenant et que personne ne contestait […] La guerre (étant) comme une préparation tumultueuse au bonheur, et le bonheur lui-même comme un trait de notre caractère » [Isaac Babel[1]]. On connaît les conséquences historiques et actuelles de l’une et l’autre de ces orientations voulant imposer coûte que coûte leur conception du bien commun : croisades, religion imposée, stalinisme, maoïsme, massacres…

Beaucoup plus proche de nous dans la pensée et l’action, on peut évoquer « Vers une déclaration universelle du bien commun de l’humanité«  texte élaboré au Sommet des peuples de Rio de Janeiro en juin 2012 : « Le paradigme du ‘’Bien commun de l’humanité’’ ou ‘’Bien vivre’’, comme possibilité, capacité et responsabilité de produire et de reproduire la vie de la planète et l’existence physique, culturelle et spirituelle de tous les êtres humains à travers le monde ». Cette déclaration demeure pour l’instant à l’état de projet, faute semble-t-il d’instances clairement définies permettant sa validation. Pierre Rabhi, promoteur de la “La Sobriété heureuse[2], est l’un des chantres les plus connus en France de cet appel au Bien vivre.

Le concept de biens communs peut avoir lui aussi un sens universel quand on évoque les biens communs de l’humanité. Ainsi en mars 2014 plusieurs parlementaires européens y font référence dans une proposition de Manifeste : « Les biens communs sont universels, ils appartiennent à tous et ne doivent en aucun cas être accaparés par des autorités et/ou des intérêts privés. […] Par définition, les biens communs appartiennent à la collectivité. L’eau, bien commun emblématique, ne doit pas être privatisée ou considérée comme une marchandise. » Ce qui est loin d’être le cas tant l’accès à l’eau potable et à l’irrigation demeure encore très problématique dans bon nombre de régions du monde, et à écouter Peter Brabeck, président du groupe Nestlé, il est évident que l’on ne va pas dans le bon sens du changement : « Les ONG ont un avis extrême quant au problème de l’accès à l’eau. Elles souhaitent que l’accès à l’eau soit nationalisé, c’est-à-dire que tout le monde puisse avoir accès à l’eau. Mon point de vue n’est pas celui-ci. Il faut que l’eau soit considérée comme une denrée, et comme toute denrée alimentaire, qu’elle ait une valeur, un coût »[3], ce que Nestlé s’empresse de mettre eu œuvre un peu partout dans le monde. Par ailleurs, si ces parlementaires considèrent l’eau comme bien commun universel “emblématique”, en revanche ils se gardent bien d’évoquer les terres cultivables pourtant les plus sujettes à spéculation foncière et à “l’enclosure”, pratique consistant à ce que les ‘’princes de ce monde’’ accaparent des terres à leur seul profit, quitte à en exclure ceux qui la cultivaient jusqu’alors en vertu de droits d’usage ou coutumiers.

S’il est affirmé régulièrement par de hautes instances internationales que les ressources naturelles indispensables à la vie devraient être considérées comme biens communs de l’humanité accessibles sans exclusions possibles, à protéger de toute forme de spéculation, de pollution, de surexploitation, il est clair qu’il s’agit là de déclarations d’intention sans beaucoup d’effets tant l’actuel système de gouvernance de la planète paraît en être à l’opposé même. Mais en revanche, si l’on territorialise très localement (du global au local) les communs avec une approche empirique d’un faire ensemble ayant pour objet les ressources naturelles vitales, on se rend compte que des hommes et des femmes sont en capacité de s’auto-organiser pour gouverner en commun des parties de ces ressources sans les surexploiter, c’est ce que Elinor Ostrom (prix Nobel d’économie en 2009) a longuement étudié pour constater que ces hommes et ces femmes « peuvent conclure des accords contraignants en vue de s’engager dans une stratégie coopérative qu’ils élaborent eux-mêmes. »[4] [1990]

M’inspirant des recherches d’E. Ostrom et du sociologue américain David Bollier, je propose :

*une définitionUn commun est issu :

  • d’une ressource du domaine de la nécessité, c’est-à-dire les ressources matérielles les plus vitales (air, eau, croûte terrestre) et celles qui en découlent : énergie, logement, santé, connaissance et culture…
  • d’ un collectif (ou communauté) s’intéressant à cette ressource et voulant agir dessus
  • d’un ensemble de règles de gouvernance de cette ressource co-définies par le collectif,

ces trois éléments formant un tout social, économique et démocratique, intégré dans un environnement territorial bien délimité, ce tout étant constitutif d’un commun.

*une grille de présentation et d’analyse d’un commun :

1.      principes fondateurs d’un commun

  • 1.1.    confrontation à une réalité problématique et désir de la transformer
  • 1.2.    leadership affirmé d’une ou deux personnes rassemblant autour d’un faire ensemble
  • 1.3.    création d’un collectif s’inscrivant dans un mouvement autonome de recherche d’une solution et de création coopérative

2.      variables d’un commun

  • 2.1.    territorialisation : comment et par qui les limites géographiques de compétence d’un commun sont-elles définies ?
  • 2.2.    cadre juridique : propriété privée ou publique ? Droit d’usage, droit coutumier ?
  • 2.3.    auto-organisation et autogouvernance : modalités de la prise de décision ?
  • 2.4.    polycentrisme : décentralisation maximale des lieux de décision
  • 2.5.    surveillance : quand des “passagers clandestins” apparaissent dans un dispositif commun, comment cela est-il traité ?
  • 2.6.    conflits : gestion en interne du dispositif commun ou avec l’extérieur
  • 2.7.    engagement des acteurs publics (soutiens officiels, subventions…) et partenariats avec acteurs privés (entreprises, fondations d’entreprises…) ?
  • 2.8.    réseaux : imbrications avec des unités proches géographiquement et (ou) par la pratique

Ressources et biens communs

Le point d’ancrage d’un commun, son objet, est donc d’abord une ressource, dont la gouvernance engage nécessairement de nombreux acteurs qui, bien qu’ayant des intentions et des projets pouvant être divergents, ne peuvent généralement pas se passer les uns des autres ; schématiquement présenté cela donne :

Ces trois sphères interagissent et s’influencent, on peut cependant observer de nombreuses dérives chez :

  • les acteurs publics : tendance à la bureaucratie, au centralisme qui n’a rien de démocratique, à l’oligarchie… Remise en cause de l’universalisme de la solidarité nationale ; impuissance devant les lobbies des marchés financiers ; obsession de la dette ; délégations de services publics à des entreprises privées contraires à l’esprit même des biens communs universels (gestion de l’eau par exemple[9] : cf. Franck Poupeau, « La guerre de l’eau. Cochabamba, Bolivie, 1999-2001 ». Revue AGONE, N°26-27, 2002, p.133-140 | Lionel Goujon et Gwenaël Prié, «Les voyageurs de l’eau. Les comités d’eau de Cochabamba ». 2008 | Collectif. L’eau, patrimoine commun de l’humanité. 2002, éd. de L’Harmattan | conflits d’intérêts, par exemple le projet de retenue d’eau à Sivens
  • les acteurs privés : “religion” du marché ; fétichisme de la finance ; enclosure des ressources ; détérioration de l’environnement ; apologie de la spéculation ; fraude fiscale à grande échelle ; asymétrie des pouvoirs…

En réaction à cette réalité, les acteurs “autonomes (dans le sens défini par Cornélius Castoriadis : “l’histoire humaine est création […], œuvre de l’imaginaire collectif””). Leur action est déjà d’alerter l’opinion sur de nombreux dysfonctionnements, puis de développer leur autonomie créatrice à la fois individuelle et collective. Ce qui débouche le plus souvent sur des créations d’entreprises associatives, coopératives et autres statuts, pratiquant : une économie de l’échange non spéculative, le plus souvent une symétrie des pouvoirs (une personne = une voix) avec polycentrisme des lieux de décision et d’action. Il se peut là aussi que des dérives apparaissent mais sans aucune mesure avec celles des autres acteurs, le risque principal étant peut-être celui de l’isolement de l’entre soi.

Il paraît évident que l’actuel part du marché attribuable aux communs, représente quantitativement peu de chose. Cependant, qualitativement on peut observer que des actions collectives dans la société civile font évoluer, certes bien lentement, les marqueurs des acteurs publics et privés. Ainsi l’habitat commun en coopérative est devenu légalement possible (loi ARUR chap.VI art. 47, 2014) grâce à plusieurs réalisations préfiguratrices et à l’action d’associations telle Habicoop. Il est aussi beaucoup question des responsabilités sociales et environnementales des entreprises et une association comme le MOUVES cherche à établir des ponts entre les entreprises de l’économie sociale et celles plus classiques.

Alors que la gouvernance en biens communs révèle aussi plusieurs façons de concevoir le rôle de l’État et du marché, tout particulièrement à propos de la propriété foncière et financière, il y aurait matière à évaluer de façon moins dispersée la portée de ce vaste mouvement social alternatif et créatif des communs, dont la crainte, semble-t-il parfois justifiée, est de se faire instrumentaliser par les multinationales et leurs fondations : « Pour éviter le pillage de notre richesse commune, il faudrait sortir du débat entre “privatisation” et “propriété publique” et privilégier les formes démocratiques [des communs] car souvent, “l’État s’empresse de conspirer avec les industriels pour les aider à accaparer les ressources en vue d’une exploitation privée, c’est-à-dire commerciale[David Bollier]”. »[5] [Serge Audier, 2014].

Aujourd’hui dans un faire commun, tous les cas de figures juridiques sont utilisés, mais la question de l’évolution du droit de propriété patrimoniale foncier et financier se pose de plus en plus et les communs sont loin d’être étrangers à ces interrogations : « Comment régler les droits d’accès et la protection de certains biens que l’on considère comme essentiels pour la survie de l’espèce ? Quels mécanismes juridiques utiliser pour en protéger et en partager l’accès ? Si penser les biens communs est une absolue nécessité, c’est aussi une impasse intellectuelle de notre droit, qui ne dispose pas de réponses satisfaisantes dans ses catégories classiques. Le droit doit donc, de toute urgence, se réinventer. »[6] [Jacques de Saint-Victor et Béatrice Parance, 2014]. Et relayés par les grands médias, des économistes s’interrogent eux aussi :“La propriété c’est dépassé !” s’exclame Jeremy Rifkin[7] et Thomas Piketty[8] n’est pas loin de le suivre…

L’une des caractéristiques principales des communs mises en évidence par E. Ostrom, est celle de la gouvernance “polycentrique”, c’est-à-dire en multipliant les espaces de décisions au plus près des réalités locales ; tout le contraire en quelque sorte du centralisme jacobin tel qu’il se pratique en France non seulement au niveau de l’État mais aussi bien souvent dans les régions, les départements, voire les grandes agglomérations ; institutions qui ne font que reproduire un système excluant les citoyens de la délibération.

Maintenant imaginons un court instant ce que pourrait être un projet politique de généralisation d’un système polycentrique. Des gens, localement très concernés par la gestion directe d’une ressource, se réunissant pour se poser la question : « qu’est-ce qu’on peut faire ensemble à propos de tel cours d’eau, de telle terre cultivable, de telle forêt, de nos déchets organiques, de l’énergie, etc. ? » En discutant, ils repéreraient leurs points d’accord et surtout de désaccord, cherchant à les éclaircir, faisant appel si nécessaire à des experts, à des médiateurs, avançant pas à pas vers un projet commun, puis arrivant à la phase de co-construction avec les acteurs publics et privés… Il a fallu plus de dix ans de travaux préparatoires pour que le parc éolien de Béganne soit fonctionnel en juillet 2014. Les élus locaux ont toute leur place dans une telle démarche : mettre à disposition des moyens, rôle de facilitateurs, voire même d’initiateurs…, à condition toutefois qu’ils ne viennent pas avec des projets complètement ficelés, voire même pratiquement décidés sous la pression de quelque lobbying confidentiel de la part d’acteurs privés avec des intentions d’accaparement. J’entends bien les arguments que l’on peut opposer à ce mode de gouvernance polycentrique : entrisme, manipulation, prise de pouvoir par des groupes très minoritaires, communautarisme, remise en cause de la démocratie représentative… Ces risques existent mais les identifier permet déjà de s’y confronter et de les relativiser dans la mesure où l’on considère vraiment que les communs peuvent constituer « la nouvelle raison politique qu’il faut substituer à la raison néolibérale. […] Un tel projet révolutionnaire ne peut se concevoir qu’articulé à des pratiques de nature très diverses, économiques, sociales, politiques, culturelles. À la condition que des lignes de forces communes finissent par se dégager suffisamment à la faveur de liens entre les acteurs de ces pratiques, une “signification imaginaire” peut finir par cristalliser et donner sens à ce qui semblait jusqu’alors n’être que des actions ou des prises de position dispersées, disparates, voire marginales[9]« . [Pierre Dardot et Christian Laval, 2014]

Cette révolution à petits pas envisagée par P. Dardot et C. Laval, à “petit feu” disait Pierre-Joseph Proudhon[10], débouchera-t-elle au cours de ce siècle sur une société de la post-croissance, plus juste, plus équitable ? L’adversaire est de taille, et si parfois il vacille, il s’en remet vite, avec le soutien sans faille des grandes institutions mondiales, FMI, Banque mondiale… Celles-ci acceptent des prêts à des pays en grande difficulté économique à condition qu’ils privatisent leurs ressources naturelles. Ce genre de chantage ne devrait pas être, d’autant plus quand les gouvernants de la France s’en mêlent [cf. Basta! « Quand F. Hollande encourage la privatisation de l’eau en Grèce« , mars 2013] Depuis quelques années, jamais, hors période de colonisation, il n’y a eu dans le monde autant de privatisations de la terre [cf. Basta! « Accaparement des terres« , oct. 2012] et de l’eau par des grands groupes financiers internationaux… La marche sera donc encore longue pour les “lanceurs d’avenir de la post-croissance, du post-capitalisme… »[11] [Marie-Monique Robin, 2014]

« Le printemps est venu, la terre a reçu l’étreinte du soleil et nous verrons bientôt les fruits de cet amour ! Chaque graine s’éveille et de même chaque animal prend vie. C’est à ce mystérieux pouvoir que nous devons nous aussi notre existence. C’est pourquoi nous admettons pour nos voisins le même droit qu’à nous d’habiter sur terre. Pourtant nous avons maintenant à faire à une autre race chez qui l’amour de posséder est une maladie ! […] Ces gens-là revendiquent notre mère à tous, la terre, pour leur seul usage et se barricadent contre leurs voisins ; ils la défigurent avec leurs constructions et leurs ordures. Ils sont pareils à un torrent de neige fondue qui sort de son lit et détruit tout sur son passage. Nous ne pouvons vivre côte à côte. »[12] [Sitting Bull]

________________________________

Suite conseilléeprésentation d’une étude de cas, le Fruit commun du Versant du soleil


NOTES

[1] Isaac Babel (1894-1940) est un écrivain russe de religion juive, fervent défenseur de la Révolution soviétique, et fusillé pour avoir critiqué Staline. Il est cité par Olivier Rolin dans Le Météorologue. 2014, éd. du Seuil

[2] Rabhi P. Vers la sobriété heureuse. 2010, éd. Actes Sud

[3] Brabeck P. dans “We Feed the World” (“Le marché de la faim”, France). 2005, documentaire d’Erwin Wagenhofer et Jean Ziegler

[4] Ostrom E. Gouvernance des biens communs. Pour une nouvelle approche des ressources naturelles. Cambridge University Press, 1990. Et pour la traduction française : Bruxelles, 2010, éd. De Boeck

[5] Audier S. “Les biens communs sont parmi nous”. Le Monde.fr 16 mai 2014

[6] De Saint-Victor J. et Parance B. Repenser les biens communs. 2014, CNRS éditions

[7] Rifkin J. interview, Télérama N°3375 / 20 au 26 sept. 2014. Cf. également : La nouvelle société du coût marginal zéro : l’internet des objets, l’émergence des communaux collaboratifs et l’éclipse du capitalisme. 2014, éd. Les Liens qui libèrent

[8] Piketty T., Le Capital au XXIe siècle, 2013, éd. du Seuil

[9] Dardot P., Laval C. COMMUN. Essai sur la révolution au XXIe siècle. 2014, éd. La Découverte

[10] Proudhon P-J. Manifeste électoral du Peuple. 1849, éd. Garnier Frères. Numérisé par Gallica (BNF)

[11] Robin M-M. Sacrée croissance. 2014, éd. La Découverte

[12] Jouvrat O-J. et A-C. Lincoln, Indian Tonic. 2003, éd. Paquet


Bibliographie téléchargeable

Cliquer pour accéder à bibliographie_communs-ess-1.pdf

Cliquer pour accéder à bibliographie-communs-ess-1.pdf