Climat, réchauffement… changer la vie ?

haikus

téléchargement du document

Les préoccupations liées au climat — “Ensemble des circonstances atmosphériques et météorologiques d’une région, d’un lieu du globe” [2021 Le Grand Robert de la langue française] — ne datent pas d’aujourd’hui. Homo depuis qu’il est sapiens se représente la menace de changements climatiques d’envergure pouvant mettre en péril ses moyens de subsistance. Aussi regarde-t-il souvent le ciel avec inquiétude, allant parfois jusqu’à l’implorer d’être clément en le sacralisant. Il va mettre longtemps à comprendre ce qu’est le climat, et encore plus à saisir quelle est sa part dans les bouleversements climatiques que nous vivons actuellement soit avec beaucoup d’inquiétude, soit avec fatalisme…

Turnerlire également : “Quand les œuvres d’art nous aident à comprendre le changement climatique” [Pauline Petit, France Culture | 9 mars 2020]

Au début du XIXe siècle, William Turner réalise “Coucher de soleil écarlate” (vue partielle) après avoir observé à Londres des couchers de soleil aux couleurs inhabituelles : rouge très vif et jaune Sahara. Comme tout le monde, il ignore les causes de l’évènement. Elles seront connues bien plus tard grâce aux découvertes de la volcanologie : la gigantesque éruption du Tambora en Indonésie projette très haut dans l’atmosphère des tonnes de particules volcaniques et de gaz constituant tout autour de la terre un voile filtrant pendant de longs mois les rayons du soleil. Si la seule conséquence en avait été des couchers de soleil plus colorés permettant à Turner de peindre de superbes tableaux, on pourrait s’en réjouir, mais en fait ce fut la grande catastrophe mondiale d’une année sans été en 1816, à l’origine de famines, de maladies, de soulèvements populaires et de millions de morts. Homo sapiens eut bien du mal à s’en remettre. [cf. L’Année sans été. Tambora 1816, le volcan qui a changé l’histoire, Gillen d’Arcy Wood | 2016 | éd. La Découverte]. À ces mêmes dates, la révolution industrielle prend son essor avec un recours massif au charbon et au pétrole, nouvelles sources d’énergies glorifiées. Mais Homo sapiens ne s’en représente pas les méfaits, ni les limites quantitatives, ou ne veut pas les admettre, et ce n’est guère avant les années 1970 que les alertes vont débuter.

Le rapport “Les Limites de la croissance” ou “Rapport Meadows” aura 50 ans en mars 2022 ! Il serait surprenant que cet anniversaire symbolique donne lieu à commémoration officielle. Il semble en effet que les enseignements de ce rapport sur les risques d’épuisement de la planète Terre aient mis du temps pour commencer à être entendus par les sphères internationales qui décident de la vie politique et économique du monde, et dont le premier référentiel, pour ne pas dire le seul est la croissance se déclinant en PIB [cf. Le PIB nous trompe énormément, Céline Mouzon | Alternatives économiques N°405 | octobre 2020]

Pourtant dès 1970, à la demande du select “Club de Rome” “quatre jeunes mousquetaires” rassemblés autour de Jay Forrester, les mousquetaires_1972professeur à l’Institut des Technologies du Massachusetts et spécialiste des systèmes dynamiques complexes, ont pour mission « d’analyser les causes et les conséquences à long terme de la croissance sur la démographie et sur l’économie matérielle mondiale » et d’évaluer si les politiques actuelles conduisent vers un avenir soutenable.

Pendant près de deux ans, ils amassent des données sur l’économie, la démographie, la pollution, l’état des ressources non renouvelables, les croisent (les ordinateurs de l’époque sont très loin de l’efficience des actuels !) les juxtaposent… et démontrent que la croissance exponentielle, telle qu’elle est et telle qu’ils la projettent en probabilités, conduit à une catastrophe climatique et écologique dans les 50 années à venir. Le rapport, sous forme d’un livre de 125 pages, est remis en mars 1972 aux dignitaires du Club de Rome. Il a l’effet d’une bombe médiatique et politique ; traduit en de nombreuses langues, son tirage atteindra dix millions d’exemplaires, y compris la nouvelle édition en 2004 actualisée et complétée sans que les conclusions en soient changées. Pour en savoir plus :

  • Comprendre le rapport Meadows sans l’avoir lu ! Commentaires de Jean-Marc Jancovici | 2003
  • Les limites de la croissance ( un monde fini). Le rapport Meadows, 30 ans après, Dennis Meadows et al. | 2004 | 2012 pour la traduction en français | éd. rue de l’Échiquier
  • Développement économique et contraintes environnementales : le rapport Meadows 36 ans après sa parution, Emmanuel Risler (INSA Lyon) | Planet Terre | octobre 2008
  • Sécuriser un nouveau pacte pour les personnes, la nature et le climat | Club de Rome | 2021

Doit-on cependant admettre que rien n’a été fait depuis 1972, tel que le laisse entendre Olivier Pascal-Moussellard dans Télérama (N°3711, 24 février 2021) : « Avec enthousiasme, ils (les quatre chercheurs) arpentent le monde pour convaincre les décideurs d’agir. Lesquels décident de ne rien faire ! […] “Bravo, vous nous avez convaincus. Maintenant, expliquez-nous par quel miracle nous pourrons être réélus si nous faisons ce que vous dites ?” Un dirigeant européen. »

Tout dépend du sens que l’on entend donner au FAIRE. S’il s’agit de conférences, colloques, alertes, rapports de toutes sortes, alors beaucoup a été fait, en revanche s’il s’agit de décisions, ce serait plutôt le registre de l’indécision internationale et nationale qui semble déterminant, la réaction du député européen pouvant en être un symbole !

Mais entre 1972, avec : “Limites de la croissance” et la “Conférence des Nations-Unies sur l’environnement” (16 juin à Stockholm), et 2021 avec : la “Convention citoyenne pour le climat” et le projet de “loi portant lutte contre le dérèglement climatique et renforcement de la résilience face à ses effets”, que s’est-il passé ? Beaucoup de louables intentions ont été exprimées à tous les niveaux politiques mais sans vraiment de décisions contraignantes ; sauf peut-être à Paris en 2015 lors de la COP 21, l’accord qui en a résulté se voulant historique, mais la suite l’est sans doute moins ! Je propose de découvrir ou redécouvrir en partie cette histoire avec un recensement légèrement commenté de livres, conférences, rapports, articles, la plupart téléchargeables, dans une présentation où lecteurs et lectrices pourront puiser ce que bon leur semble. Ces documents sont classés ainsi : Changement climatique et biodiversité / le PNUE des Nations-Unies : Conventions, protocoles, sommets…,  COP, GIEC, autres expertises /  Europe, France et changement climatique /  Jeunesse pour le climat / Climat et économie : croissance, décroissance ? / changement climatique et agriculture, alimentation, eau, forêts… /  L’Affaire du siècle ou le recours en justice / Convention Citoyenne pour le Climat et projets de lois /  Et maintenant ? 


Changement climatique

“Désigne l’ensemble des variations des caractéristiques climatiques en un endroit donné, au cours du temps : réchauffement ou refroidissement.” [Actu-environnement]     Qu’en est-il des changements climatiques dans l’histoire et aujourd’hui ? Rôles des glaciers et des courants marins dans l’évolution du climat ; menaces pesant sur la biodiversité.

  • bandeau_1Les Révoltes du ciel. Une histoire du changement climatique (XVe– XXe siècle), Jean Baptiste Fressoz, Fabien Locher | éd. du Seuil | 2020
  • Planète blanche. Les glaces, le climat et l’environnement, Jean Jouzel, et al. | éd. Odile Jacob | 2004
  • Quel climat pour demain ? Quinze questions-réponses pour ne pas finir sous l’eau, Jean Jouzel | éd. Dunod | 2015
  • Les enjeux géopolitiques du réchauffement climatique, cartographie | Major Prépa | 28 oct. 2019
  • Climat, parlons vrai, Baptiste Denis, Jean Jouzel | éd. François Bourin | 2020
  • Inégalités mondiales et changement climatique | Céline Guivarch, Nicolas Taconet, revue de l’OFCE | janvier 2020
  • Inégalités sociales et écologiques. Une perspective historique, philosophique et politique | Dominique Bourg, revue de l’OFCE | janvier 2020
  • Quelle justice climatique pour la France ? | Jean Jouzel, Agnès Michelot, revue de l’OFCE | janvier 2020
  • Pollution de l’air : coût économique et financier | Sénat | 2015
  • Dérèglement climatique à l’horizon 2050 | Sénat | rapport-2019
  • Pollution plastique : une bombe à retardement ? | Sénat | 2020
  • La colossale empreinte carbone des banques : une affaire d’État | Les Amis de la terre et Oxfam | novembre 2019
  • Droit dans le mur ! L’industrie automobile, moteur du dérèglement climatique | Greenpeace | 2019
  • Qui sera le pire boulet du climat ? | Greenpeace | 2020
  • Changements climatiques : causes, conséquences et solutions | Oxfam France | 2021
  • Déclaration sur l’état du climat mondial | OMM | 2019
  • Unis dans la science. Compilation multi-organisationnelle d’informations sur la science du climat | OMM | 2020
  • Stratégie d’adaptation aux changements climatiques : étude juridique comparative des villes de Lyon et Montréal | Emma Novel, mémoire master 2-université Jean Moulin Lyon |2020
  • Notre avenir sur terre. Perspectives Scientifiques sur la Planète et la Société | Future Earth | rapport-2020
  • Nouvelles projections climatiques de référence | DRIAS-Météo-France | 2020
  • Un sommet mondial pour remettre le climat à l’agenda politique | Actu-Environnement | 14 décembre 2020
  • 2020 est l’une des trois années les plus chaudes jamais enregistrées | Organisation Météorologique Mondiale – ONU | 15 janvier 2021
  • Le Gulf Stream ralentit, vers un refroidissement brutal de l’Europe de l’ouest ? | Christophe Magdelaine, Notre Planète | 26 février 2021
  • Changement climatique: à quoi ressembleront les hivers parisiens ? | Météo France | 2 mars 2021
  • Sibérie, futur grenier à grains du monde? | Jean-Jacques Hervé, Hervé Le Stum, club Demeter | 2021
  • Défendre les sols pour nourrir le monde | Christian Valentin | club Demeter | 2021
  • Chiffres clés du climat, France, Europe et Monde | SDES-ministère de la transition écologique | édition 2021
  • Éclairer le climat en France jusqu’en 2100 | Météo France | février 2021
  • Pourquoi une vague de froid ne remet pas en question le réchauffement climatique | Gary Dagorn, Olivier Modez, Le Monde | 10 février 2021
  • Analyse du plan de vigilance climatique de 27 multinationales françaises | Notre affaire à tous | 8 mars 2021
  • La calotte glaciaire du Groenland a déjà fondu au moins une fois au cours du dernier million d’années | Audrey Garric, Le Monde | 15 mars 2021 | rapport PNAS en anglais
  • Changement climatique : ralentissement sans précédent du Gulf Stream | David Salas y Melia, Météo France | 22 mars 2021

Biodiversité : “Espèces (micro-organismes, espèces végétales et animales) présentes dans un milieu” [2021 Dictionnaire Le Robert]

  • Écosystèmes et bien-être humain : la désertification | ONU-Évaluation des écosystème pour le millénaire | 2005
  • Méthodologie des scénarios de la biodiversité et des écosystèmes | IPBES | 2016
  • Rapport de l’évaluation mondiale de la biodiversité et des services écosystémiques | IPBES |2019
  • Biodiversité : bilans annuels de l’ONB | 2019 | 2018 | 2017 | 2016 | 2015 | 2014
  • Six questions sur la biodiversité en France | rapport ONB | 2020
  • Les extinctions massives de la biodiversité | Christophe Magdelaine, Notre-Planète.info | 2020
  • Sur Terre, la masse de l’artificiel égale désormais la masse du vivant | Joël Chevrier, The Conversation | 26 janvier 2021

Nations-Unies, action climat : PNUE

“Paix, dignité et égalité sur une Planète saine : Le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE) est l’entité du système des Nations Unies désignée pour répondre aux problèmes environnementaux aux niveaux régional et national. Le PNUE promeut la mise en œuvre cohérente de la dimension environnementale du développement durable; il assure la défense de l’environnement mondial.” [ONU] Pour quels résultats ?

bandeau_2Conventions, protocoles, sommets…

Conférences des parties, COP

Ces conférences annuelles s’inscrivent dans la Convention cadre sur les changements climatiques de 1992, pour l’actualiser et décider des actions à mener pour atteindre les objectifs fixés par la Convention

  • COP-21 : L’Accord de Paris | décisions adoptées | 2015
    • Notre analyse de l’accord de Paris | France Nature Environnement | 2015
    • L’accord obtenu à la COP21 est-il vraiment juridiquement contraignant ? “Si ce texte, à valeur de traité international, ne prévoit pas de mécanisme de sanction, il comporte bien de nombreuses obligations juridiques de résultats ou de moyens” | Audrey Garric, Le Monde | 14 décembre 2015
  • COP 22 : Conférence de Marrakech. “Le climat se réchauffe à un rythme alarmant ”| 2016
    • 22 mots pour comprendre la COP 22 de Marrakech | Audrey Garric et Pierre Le Hir, Le Monde | 2016
  • COP-23 : Conférence de Fidji-Bonn. Rechercher des résultats | novembre 2017
    • Ce qu’il faut retenir de la COP23 | Marie Adélaïde Scigacz, FranceInfo | 18 nov. 2017
    • Fin de la COP 23 : la planète brûle, les diplomates tournent en rond | Marie Astier, Reporterre | 18 nov. 2017
  • COP-24 : Conférence de Katowice. Évaluer la réalisation de l’Accord de Paris | 2018
    • La COP 24 sauve l’Accord de Paris, mais pas plus ! | Dorothée Moisan, Reporterre | 17 déc. 2018
  • COP-25 : Conférence de Madrid. Faire le point sur l’application de l’Accord de Paris | 2019
    • la douche froide | Lola Vallejo, Alternatives économiques | 16 déc. 2019
    • Les négociations internationales sur le climat s’enlisent | Alexandre Reza Kokabi et Baptiste Langlois, Reporterre | 7 déc. 2019
  • COP-26 : prévue en 2020 à Glasgow, a été reportée en novembre 2021 .dans la même ville | ONU
  • Climat : un sommet de l’ONU pour agir, et après ? | Claudio Forner, ONU info | 15 octobre 2019
  • Comment osez-vous ?” Greta Thunberg à l’ONU | France Inter | 24 septembre 2019
  • L’ONU réclame des solutions concrètes dès maintenant pour mettre fin à la crise de l’eau dans le monde | ONU info | 18 mars 2021

Groupe d’Experts Intergouvernemental sur l’Évolution du Climat

Le GIEC a été créé en 1988 “en vue de fournir des évaluations détaillées de l’état des connaissances scientifiques, techniques et socio-économiques sur les changements climatiques, leurs causes, leurs répercussions potentielles et les stratégies de parade”. Il dépend de l’Organisation Météorologique Mondiale (OMM) et du Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE) organes de l’ONU.

  • bandeau_3Une expertise collective sur le climat : le fonctionnement du GIEC | Jean Jouzel, revue Études | juin 2015
  • Changements climatiques, aperçu général| rapport-1990
  • Changement de climat, seconde évaluation | rapport-1995
  • Changements climatiques, bilan| rapport-2001
  • Préservation de la couche d’ozone et du système climatique planétaire | rapport-2005
  • Changements climatiques, bilan | rapport-2007
  • Sources d’énergie renouvelable et atténuation du changement climatique | rapport-2011
  • Gestion des risques de catastrophes et de phénomènes extrêmes pour les besoins de l’adaptation au changement climatique | rapport spécial-2012
  • Changements climatiques, les éléments scientifiques| contribution2013
  • Changements climatiques, incidences, adaptation et vulnérabilité | rapport-2014
  • Scénarios d’émissions | rapport spécial-2018
  • Changements climatiques, réchauffement planétaire de 1,5°C | rapport-2019
  • Changement climatique et terres émergées | rapport spécial-2020

Autres expertises

  • Déclaration Universelle des Droits de la Terre Mère | Conférence Mondiale des Peuples contre le Changement climatique | Cochabamba, 22 avril 2010
  • Conséquences géostratégiques du dérèglement climatique. Rapport d’information | Sénat | octobre 2015
  • Changement climatique, l’enjeu géopolitique majeur de l’anthropocène | Bastien Alex, IRIS | nov. 2015
  • Le changement climatique c’est aussi de la géopolitique | Jean-Michel Valantin, France Culture | 25 avril 2018
  • Le cadre international de l’adaptation au changement climatique | Vie publique | mars 2019
  • Total, la stratégie du chaos climatique | Les Amis de la Terre | mai 2019
  • Les éco-intellectuels : 100 penseurs pour comprendre l’écologie | France culture | 29 novembre 2019
  • Impact du changement climatique sur l’extension géographique des risques sanitaires | ODC – IRIS | septembre 2020
  • Projections climatiques pour l’adaptation de nos sociétés| DRIAS ministère de la transition écologique | 2021
  • Stress-tests climatiques par scénarios : de l’analyse des risques à la modélisation | Florian Jacquetin, Ademe | 2021
  • Transition écologique et transition sociale | Ademe | janvier 2021
  • Pourquoi parle-t-on de transition écologique ? | Catherine Larrère, The Conversation | 14 février 2021
  • Quatre domaines prioritaires d’action pour la sécurité climatique | ONU. Conseil de sécurité | 23 fév. 2021
  • “À propos de nous” Alliance des petits États insulaires défendant les intérêts climatiques de 44 pays. | Aosis | 2021
  • Faire la paix avec la nature | PNUE | 2021

Europe, France et changement climatique

L’European Green Deal est un ensemble d’initiatives politiques proposées par la Commission européenne dans le but primordial de rendre l’Europe climatiquement neutre en 2050.

“Jeunesse pour le climat”

  • Le rap peut-il faire le lien entre le climat et les quartiers nord de Marseille ? | Barnabé Binctin, Reporterre | 12 novembre 2015
  • Greta Thunberg exhorte les eurodéputés à passer à l’action | Parlement européen / discours | 16 avril 2019
  • Youth for Climate France : Valeurs et objectifs du mouvement | Charte de Grenoble | 2019
  • Charte d’engagement des associations étudiantes en faveur de l’organisation d’événements écoresponsables | REFEDD | 2019
  • Lettre aux professeurs et au personnel des établissements d’enseignement de France | Youth for climate | février 2020
  • Une nouvelle initiative pour la justice climatique : L’Accord de Glasgow | Youth for Climate France | 3 novembre 2020
  • Les étudiants face aux enjeux environnementaux | REFEDD | 2020

Climat et économie. Croissance, décroissance ?

“Sans effort volontariste, les changements du climat provoqués par les émissions de gaz à effet de serre pourraient modifier de manière inédite le cadre de la vie humaine. Les effets économiques de l’inaction climatique sont difficiles à prévoir avec précision mais le consensus scientifique conclut à un fort impact négatif, avec un risque d’effets aggravants non anticipés et de fortes inégalités par régions et secteurs”. [Ministère de l’économie et des finances, Trésor-éco N°262, juillet 2020]

  • bandeau_5Conséquences économiques à long-terme du changement climatique, Joffrey Célestin Urbain | Économie et prévision N°185 | 2008
  • Planète vivante : Soyons ambitieux | WWF | rapport-2018
  • Résilience et changement climatique | CARE | 2018
  • Réconcilier l’industrie et la nature | Jean Gadrey, Le Monde diplomatique | juillet 2019
  • Climat et inégalités : Plaidoyer pour un budget vert et juste | Réseau-Action-Climat | 2019
  • Appel pour la Nature | WWF | 2019
  • Faire sa part ? Pouvoir et responsabilité des individus, des entreprises et de l’État face à l’urgence climatique | Carbone 4 | juin 2019
  • Agir en cohérence avec les ambitions. Rapport annuel “neutralité carbone” | Haut conseil pour le climat | 25 juin 2019
  • Rapport du Gouvernement au Parlement et au CESE, suite au premier rapport du Haut conseil pour le climat | gouvernement | 10 janvier 2020
  • Communes, intercommunalités et action climatique | La Fabrique Écologique | novembre 2019
  • Sortie de crise et climat : que doivent faire les Régions françaises ? | Réseau-Action-Climat | 2020
  • La fabrique des inégalités environnementales en France. Approche sociologiques qualitatives | Valérie Deldrève, revue de l’OFCE | janvier 2020
  • Climat l’argent du chaos. Pour une interdiction des dividendes climaticides | Greenpeace | 2020
  • Quelle place pour l’environnement au sein de la discipline économique ? | Fondation N.Hulot | 2020
  • Publicité : pour une loi Évin climat | Greenpeace | 2020
  • La France ne se prépare pas assez au changement climatique | Alternatives économiques | 6 août 2020
  • Le changement climatique : une apocalypse budgétaire pour les pays pauvres | Martin Anota, blog Alternatives économiques | 19 décembre 2020
  • Le récit de la décroissance ne dit pas qui se prive et qui disparaît | Xavier Timbeau, Alternatives économiques | 2020
  • Mirages de la décroissance : Produire moins sans appauvrir la population mondiale ? | Leigh Phillips, Le Monde diplomatique | février 2021
  • Transition écologique et solidaire, vers la neutralité carbone. Stratégie bas-carbone | ministère de la transition écologique | rapport / résumé | mars 2020
  • Climate adaptation finance : fact or fiction ? | CARE | 2021
  • Peut-on échapper à la société de consommation ? | Alternatives économiques | mars 2021
  • Climat, CAC degrés de trop : le modèle insoutenable des grandes entreprises françaises | Oxfam | mars 2021

« Au fond de la nuit

s’éteignent l’une après l’autre

les lucioles pour toujours »  Hosomi Ayako

Agriculture, alimentation, eau, forêts…

« Il est avéré que l’accélération de l’évolution climatique est due aux émissions de gaz à effet de serre (GES) générées par les activités humaines. Les principaux secteurs responsables de cette accélération sont l’énergie, l’industrie et les transports. Mais le secteur des terres peut jouer un rôle majeur et pourrait contribuer de 20 à 60% au potentiel bandeau_6d’atténuation des émissions de GES d’ici 2030. Comment ? Grâce au rôle de l’agriculture et de la forêt en tant que pompe à carbone, permettant de stocker le carbone et de compenser les émissions des autres secteurs par une évolution des modes de production. » [ministère de l’agriculture et de l’alimentation | février 2020]

L’avenir passe par l’agriculture

  • Agenda 21 : programme local d’actions en faveur du développement durable | ONU | 1992
  • Adaptation de l’agriculture aux changements climatiques | Réseau-Action-Climat | 2014
  • Solutions fondées sur la nature pour lutter contre les changements climatiques | UICN | 2016
  • Le scénario Afterres 2050 | Solagro | projet / résumé | 2016
  • Préserver et partager la terre | Terre de liens | rapport-novembre 2018
  • Pour une alimentation bénéfique à la santé de tous et au climat | Réseau Action Climat, Solagro | octobre 2019
  • Pesticides et biodiversité | Générations futures | 2019
  • Aires protégées | Office français de la biodiversité | rapport 2019
  • Solutions fondées sur la nature pour les risques liés à l’eau en France | UICN | 2019
  • Séquestration du carbone dans les sols agricoles en France | Cyrielle Denhartigh, Réseau Action Climat | novembre 2019
  • Planète vivante : infléchir la courbe de la perte de la biodiversité | WWF | rapport-2020
  • Eau et milieux aquatiques | Office français de la biodiversité | rapport 2020
  • Une commune bretonne impose l’agriculture bio et paysanne à des propriétaires de terres en friche Reporterre | 27 janvier 2020
  • Plan de relance. Transition agricole, alimentation et forêt | ministère de l’agriculture et de l’alimentation | septembre 2020
  • Comment l’agriculture peut devenir une partie de la solution au changement climatique | Green European Journal | 14 décembre 2020
  • Des jeunes en première ligne pour le climat ! Recueil d’initiatives menées dans l’agriculture par des jeunes afin de lutter contre les effets du changement climatique | FAO | 2020
  • Élevage et consommation de produits animaux respectueux de la planète | Réseau-Action-Climat | 2021
  • La chasse cœur de biodiversité… Vraiment ? | Matthieu Jublin, Alternatives économiques | février 2021
  • Pour le développement des semences paysannes en Bretagne | KaolKozh | 2021
  • L’agriculture intelligente face au climat | FAO | 2021
  • Pour une autre PAC (Politique Agricole Commune) | FNAB | 2021
  • La réforme de la PAC ne répond pas aux objectifs du Pacte vert | étude INRAE | 2021
  • Pour une PAC plus juste, verte et tournée vers l’avenir, un millier de propositions citoyennes | Mathilde Gérard, Le Monde | 11 janvier 2021
  • Plan stratégique national de la politique agricole commune. Propositions | compte-rendu de la Commission nationale du débat public | janvier 2021
  • Contre l’apocalypse climatique, les soulèvements de la Terre | Reporterre | 10 mars 2021

Importance de la forêt

« Les forêts ont quatre rôles principaux dans le changement climatique: elles produisent actuellement un sixième des émissions mondiales de carbone lorsqu’elles sont déboisées, surexploitées ou dégradées ; elles réagissent avec sensibilité au changement climatique; lorsqu’elles sont gérées de façon durable, elles produisent du combustible ligneux qui remplace favorablement les combustibles fossiles ; et enfin, elles ont le potentiel d’absorber un dixième des émissions de carbones mondiales prévues pour la première moitié de ce siècle dans leur biomasse, sols et produits et de les emmagasiner – en principe à perpétuité. » [ FAO]

bandeau_7

« Les pieds dans la cendre

Je pleure

Les arbres disparus ». Yves Gerbal

  • Gestion et exploitation écologique de tous les types de forêts | ONU | Rio, 1992
  • Le changement climatique et la forêt : une réalité | Forêts de France N° 509 | décembre 2007
  • Préparer les forêts françaises au changement climatique | Bernard Roman Amat, rapport aux ministres de l’agriculture et de l’écologie | 2008
  • L’arbre, allié de taille | Frédéric Joignot, Le Monde | 20 novembre 2011
  • Programme national de la forêt et du bois, 2016-2026 | ministère de l’agriculture et de l’alimentation
  • Notre avenir s’appelle forêt. Pérenniser les services écosystémiques des forêts françaises au XXIe siècle | ReforestAction | novembre 2018
  • Quel rôle pour la forêt dans la transition écologique en France ? | La Fabrique Écologique | 2019
  • Situation des forêts du monde. Forêts, biodiversité et activité humaine | FAO | 2020
  • Gestion forestière et changement climatique. Une nouvelle approche de la stratégie nationale d’atténuation | Gaëtan du Bus de Warnaffe, Sylvain Angerand, Fern / Canopée | janvier 2020
  • Adapter la forêt au changement climatique : une urgence | Hortense Chauvin, Actu Environnement | 18 mars 2020
  • Gestion durable des forêts, un levier pour lutter contre le changement climatique | ONF | 2020
  • Réchauffement climatique : quels enjeux pour la forêt ? | Manuel Nicolas, ONF | 2020
  • Feux de forêt : un risque accru par le réchauffement climatique | Météo France | 19 juin 2020
  • Face aux changements climatiques, la menace des feux de forêt de plus en plus forte | Oxfam | 23 septembre 2020
  • Les fronts de déforestation : moteurs et réponses dans un monde en mutation | WWF | 2020
  • La déforestation : définition, données, causes et conséquences | Notre Planète | mise à jour décembre 2020
  • La restauration des forêts peut aider le monde à se relever de la pandémie et à s’orienter vers un avenir plus vert | ONU info | 16 mars 2021

« Je suis désolé que nous ayons utilisé la planète comme une carte de crédit illimitée

Je suis navré qu’on est mis le profit au-dessus de l’humanité

Une erreur devient une faute que si on refuse de la corriger

Le climat c’est l’affaire de tous ».  Prince Ea,Sorry la Planète”, 2015

L’Affaire du siècle ou le recours en justice

« Le climat, ce n’est pas une petite affaire. C’est l’Affaire du Siècle. Mais au-delà des discours, l’État n’agit toujours pas assez, toujours pas à temps. Le dérèglement climatique, lui, n’attend pas. […] Dans le monde, le mouvement pour la justice climatique remporte des victoires et une nouvelle jurisprudence est en train de voir le jour. […] Le juge peut bandeau_8reconnaître la responsabilité de l’État français et enjoindre au Premier ministre et aux ministres compétents d’adopter toutes les mesures nécessaires pour mettre un terme à l’ensemble des manquements de l’État et réparer les préjudices subis. » Recours à l’initiative de : Greenpeace, Fondation N. Hulot, Notre Affaire à tous, Oxfam. [“Pourquoi attaquer l’État ?”]

  • Climat : stop à l’inaction, demandons justice ! | Affaire du siècle |
  • Demande préalable indemnitaire | Affaire du siècle | 2018
  • Consultation des signataires, résultats | Affaire du siècle | 2019
  • Mémoire complémentaire en trois points | Affaire du siècle | 2019
  • Requêtes, mémoires en intervention | FNAB | Fondation Abbé Pierre |2020
  • Argumentaire du mémoire en réplique | Affaire du siècle | 2020
  • l’État reconnu responsable de manquements dans la lutte contre le réchauffement climatique | communiqué de presse Tribunal administratif de Paris | 3 février 2021
  • Affaire du siècle. “Au nom du peuple français”, le jugement | 3 février 2021
  • Une victoire historique pour le climat ! Tout comprendre sur l’audience au tribunal | Affaire du siècle | 3 février 2021
  • « L’Affaire du siècle » : première « historique » ou jugement symbolique ? | Romain Brunet, France 24 | 3 février 2021
  • Jugement dans l’Affaire du siècle : une bonne et une mauvaise nouvelle | Frédéric Says, France culture | 4 février 2021
  • Décryptage juridique de l’Affaire du siècle | Marta Torre-Schaub, The Conversation | 10 févier 2021

« Le monde se meurt y’a plus d’logique

Mais ils disent que nous restons stables

C’est la Macron économie

Donald Trump et Manuel mentent dans les manuels :

« Le réchauffement climatique est une invention des chinois »

Mais l’on consomme nos réserves terrestres annuelles en six mois

Dis-moi qui les évite

Il s’agit de cesser la reproduction des élites ». Lord Esperanza et Idriss Aberkane,Reste à ta place2018

Convention Citoyenne pour le Climat (CCC) et projets de lois

Cette convention a largement été présentée comme une avant-première et une grande innovation démocratique, ce qui n’est pas tout à fait le cas comme le soulignent Jacques Testart [Les Possibles ATTAC | 29 septembre 2020] et le juriste Arnaud Gossement qui estime que « la convention citoyenne pour le climat est profondément monarchique » [Reporterre | 5 février 2020]. En déclarant « je prendrai les propositions de la Convention sans filtre », le président de la République a pris le risque de provoquer nombre d’insatisfactions, puisque filtres il y eut de sa part et filtres il y aura de la part de l’Assemblée nationale et du Sénat. « Mais nous étions dans un contexte d’expérimentation. », note Thierry Pech, l’un des garants de la CCC [France culture | 8 décembre 2020]. Est-ce suffisant pour rassurer les membres de la CCC et les nombreuses associations et ONG qui les soutiennent ?

CCC : juillet 2019-février 2021

  • bandeau_9Lettre de mission pour la Convention citoyenne pour le climat | gouvernement | 2 juillet 2019
  • Association des Citoyens de la Convention climat | Les 150
  • La Convention Citoyenne pour le Climat, c’est quoi ? | CCC | 2020
  • Convention Citoyenne pour le Climat, qu’en pensent les Français ? | Réseau Action Climat | juin 2020
  • Lobbys contre citoyens : qui veut la peau de la Convention climat ? | Observatoire des multinationales | 2021
  • Les lobbies ont saboté la Convention citoyenne pour le climat | Gaspard d’Allens, Reporterre | 8 février 2021
  • Propositions de la Convention Citoyenne pour le Climat | rapport final / synthèse | 28 janvier 2021
  • Suivi de la Convention citoyenne pour le climat | gouvernement | 2021
  • L’heure de vérité pour la Convention citoyenne pour le climat : le bilan est très amer | Célia Quilleret, France Inter | 28 février 2021
  • Avis de la CCC aux réponses apportées par le gouvernement à ses propositions | CCC | 2 mars 2021

Projet de loi constitutionnelle et projet de loi climat – résilience

  • Projet de loi constitutionnelle : “rehausser la place de l’environnement dans la Constitution” | Assemblée nationale | 20 janvier 2021
  • Projet de loi constitutionnelle complétant l’article 1er de la Constitution et relatif à la préservation de l’environnement, votée en première lecture par l’Assemblée national : résultat du vote | 17 mars 2021
  • L’inscription de l’environnement dans la Constitution approuvée par l’Assemblée nationale | Le Monde | 17 mars 2021
  • Projet de loi portant lutte contre le dérèglement climatique et renforcement de la résilience face à ses effets | exposé des motifs / contenu de la loi | 8 janvier 2021
  • Le projet de loi réduit à néant les propositions de la Convention citoyenne pour le climat | Gaspard d’Allens, Reporterre | 9 janvier 2021
  • Projet de loi portant lutte contre le dérèglement climatique, avis du Conseil national de la transition écologique (CNTE) | 26 janvier 2021
  • Projet de loi portant lutte contre le dérèglement climatique et ses effets. Extrait du registre des délibérations | avis du Conseil d’État | 4 février 2021
  • Lettre ouverte à l’attention d’Emmanuel Macron sur le manque d’ambition du Projet de loi Climat | Réseau Action Climat | 8 février 2021
  • Loi climat et résilience : l’écologie dans nos vies | ministère de la transition écologique | 10 février 2020
  • Projet de loi climat et résilience, avis du Haut Conseil pour le climat | 22 février 2021
  • Le Haut Conseil pour le climat appelle le Parlement à renforcer le projet de loi | Coralie Schaub, Libération | 23 février 2021
  • Loi Climat : “je n’accepterai aucune baisse d’ambition à l’Assemblée nationale”, Barbara Pompili | Reporterre | 25 février 2021
  • Analyse juridique du projet de loi climat | CCC | 28 février 2021
  • projet loi climat-résilience | audition des membres de la Convention citoyenne pour le climat par commission spéciale | Assemblée nationale | 17 février 2021 | autres comptes-rendus de la commission
  • projet loi climat-résilience | approbation par commission spéciale du projet amandé | Assemblée nationale | 18 mars 2021

Et maintenant ?

Rimbaud


Sites consultés : institutions publiques, associations, ONG

Les haïkus cités sont issus de : « Le petit livre des haïkus », Muriel Détrie | First éditions, 2018


Bibliographie : agriculture, alimentation

téléchargement pdf
  • Académie de Villefranche et du Beaujolais, « Villefranche-sur-Saône, charte de 1260 : à la recherche des libertés communales »| note / déc. 2010
  • Agreste Auvergne-Rhône-Alpes, « Panorama des productions alimentaires« / 2016
  • Agreste Île-de-France, « Mémento de la statistique agricole« / déc. 2017
  • AGter, « Forum mondial sur l’accès à la terre et aux ressources naturelles« / av. 2016
  • APUR « Une agriculture urbaine à Paris »| Note N°113 / fév. 2017
  • Assemblée nationale, « Le foncier agricole”| Rapport d’information N°1460 / déc.2018
  • Barbut Monique, « Les Sols, un enjeu climatique majeur »| Alternatives économiques N°345 / Avr. 2015
  • Barles Sabine, « L’idée de nourrir les métropoles grâce aux ceintures vertes est une illusion ! »| Colibris le Mag / juin 2017
  • Barrier Marie-France, “ Le champ des possibles : la Tournerie, ferme Terre de Liens”| France 5 (extrait) / 2017
  • Baury Jacqueline, « Développement local durable et coopération internationale »| Horizons solidaires  / sept. 2012
  • Beyerbach Cornélia, “Alpages et agropastoralisme en Tarentaise et Pays du Mont-Blanc”| Fondation Facim / 2011
  • Blanchard Raoul, « La vie pastorale dans les Alpes françaises »| Revue de géographie alpine N° 3 / 1922
  • Bolis Angéla, “Des collectivités locales en quête de résilience alimentaire”| Le Monde / 20 juillet 2020
  • Bolze Sophie, “Marinaleda, un village en utopie”| documentaire produit par Tarmak-films / 2009 (DVD)
  • Bourgeois Jules, “La belle histoire de l’installation de onze jeunes paysans sur une ferme du Limousin”| Reporterre / 2016
  • Bové José, Luneau Gilles, L’Alimentation en otage | éd. Autrement / 2015
  • Brand Stewart, Discipline pour la planète Terre, vers une écologie des solutions | éd. Tristram /2014
  • Carrier Nicolas, Mouthon Fabrice, Paysans des Alpes, les communautés montagnardes au Moyen-Âge | PUR / 2010
  • Carrier Nicolas, Laffont Pierre-Yves, L’estivage en Savoie du nord au Moyen-Âge. Essai de chronologie et typologie | PUM / 2006
  • Carrier Nicolas, « Les communautés montagnardes et la justice dans les Alpes nord-occidentales à la fin du Moyen-Âge »| Cahiers de recherches médiévales / oct.2003
  • Chapelle Sophie, « Loin de l’agrobusiness, une coopérative favorise l’alimentation solidaire et l’économie locale »| Bastamag / janv. 2015
  • Chiffoleau Yuna, Paturel Dominique, « Les circuits courts alimentaires pour tous, outils d’analyse de l’innovation sociale »| Innovations N° 50 / 2016)
  • Choplin Antoine, Cour Nord | éd. La Brume Rouergue / 2010
  • Collectif, “Le pastoralisme collectif dans le massif des Alpes »| Territoire N°186 / fév.2012
  • CNDC (Commission nationale du débat public), “Compte rendu d’étape du débat public sur le plan stratégique national de la politique agricole commune (PAC)”| rapport / avril 2020
  • Conseil économique et social, « La maîtrise foncière, clé du développement rural : pour une nouvelle politique foncière »| Rapport Jean-Pierre Boisson / 2005
  • CREDOC « Les nouvelles générations transforment la consommation de viande »| rapport / sept.2018
    • « La perception du prix juste par les Français »| rapport / déc. 2008
  • Deguara Samuel, « Conditions d’émergence de la Confédération paysanne et conditions de production d’une nouvelle idéologie paysanne : éléments pour une socio-histoire du mouvement progressiste paysan »| Quaderni N°56 / 2004
  • Derville Grégory, Réussir la transition écologique | éd. Terre Vivante / 2019
  • De Serres Olivier, Théâtre d’Agriculture et mesnage des champs. Du devoir du mesnager, ou l’art de bien cognoistre et choisir les terres / 1600 (Gallica-BNF)
  • Dufumier Marc, L’agroécologie peut nous sauver | éd. Actes Sud / 2019
    • 50 idées reçues sur l’agriculture et l’alimentation | Allary édition / 2014
  • Duparc Pierre, “Les tenures en hébergement et en abergement”| Bibliothèque de l’école des chartres / 1964
  • FAO « Biodiversité pour l’alimentation et l’agriculture »| Rapport (anglais) / fév. 2019
    • « Biodiversité pour l’alimentation et l’agriculture »| résumé (français) / fév. 2019
    • « L’état de la sécurité alimentaire et de la nutrition dans le monde »| rapport / 2017
    • « Sécurité alimentaire et développement agricole en Afrique subsaharienne »| rapport / 2006
  • Fondation pour la recherche sur la biodiversité, « Dégradation et restauration des terres« / 2016
  • FranceAgriMer, « Observatoire de la formation des prix et des marges des produits alimentaires »| rapport au Parlement / 2017
  • France stratégie, « Faire de la politique agricole commune un levier de la transition agroécologique »| rapport / 2019
  • Gaborit Elie et al. « Agriculture et démocratie »| note / 2011
  • Garde Laurent et al. « Permanence et mutations de l’élevage pastoral dans les Alpes du Sud »| Revue de géographie alpine | 2014
  • Grancolas Philippe, « Qu’est-ce qui tue les insectes ? »| The Conversation / fév. 2019
  • Grémillet Alice, Fosse Julien, “Améliorer les performances économiques et environnementales de l’agriculture : les coûts et bénéfices de l’agroécologie”| France Stratégie / 13 août 2020
  • Groupement Régional Alimentaire de Proximité, « Semer, nourrir et cultiver »| GRAP / 2020
  • Greniers (les) d’Abondance, « Vers la résilience alimentaire »| projet / 2020
  • Harvois France, Lynch Édouard, Le Beaufort, réinventer le fruit commun | éd. Libel / 2016
  • Hermelin Jules, « 10.000 Amérindiens ont lancé une vaste opération d’occupation des terres »| Bastamag.fr / 29 avr. 2015
  • Huet Jean, Vers une gestion coopérative de l’eau. L’utilisation des SCIC | éd. Fondation Gabriel Péri / 2014
  • IGN éducation, « La forêt en France métropolitaine« / janv. 2019
  • Initiative Charte de la Terre, « Charte de la Terre« / 2000
  • Inter Régions, Convention massif Alpin 2015-2020
  • Israël Dan, « Accaparement des terres : nouvelle action contre Bolloré »| Médiapart / 25 avr. 2015
  • Koné Massa, « L’accaparement des terres sévit au Mali »| Reporterre / 5-déc. 2013
  • Le Boursicot Jérôme, « Une commune bretonne impose l’agriculture bio et paysanne à des propriétaires de terres en friche »| Reporterre / 27 janvier 2020
  • Lemonde Anne, « De la révolte à la liberté. L’intégration politique modèle d’un bailliage montagnard : le Briançonnais au XIVe siècle »| 34° congrès de la SHMESP / mai 2003
  • Lévêque Aurélien, Vink Luba, Changement de propriétaire | documentaire produit par Cellulo Prod / 2015 (DVD)
  • Linou Stéphane, Résilience alimentaire et sécurité nationale | BookEdition / 2019
  • Locher Fabien, (dir.) La Nature en commun. Ressources, environnement et communautés | éd. Champ Vallon / 2020
  • Maréchal Gilles et al. « Les projets alimentaires territoriaux, entre rupture, transition et immobilisme ? »| GREP / 2019
  • Mariétan Ignace, « Le consortage de Zinal »| Bulletin du Murithienne Sion / 1953
  • Ministère de l’Agriculture et de l’alimentation, « Utilisation du territoire en France métropolitaine »| Agreste primeur N°313 / Juin 2014
    • « La demande alimentaire en 2050 : chiffres, incertitudes et marges de manœuvre »| Centre d’études et de prospective / fév. 2011
    • « Comment construire un Projet Alimentaire Territorial »| P.A.T. / 2017
  • Ministère de l’écologie, « Atlas régional de l’occupation des sols en France« / oct. 2016
  • Mouthon Fabrice, « Les communautés alpines et L’État (milieu XIIIe siècle début XVIe siècle) »| Actes du 34e congrès de la SHMESP / mai 2003
    • « Le règlement des conflits d’alpage dans les Alpes occidentales » (XIIIe XIVe siècles) »| 31e congrès de la SHMESP / 2000
    • « Moines et paysans sur les alpages de Savoie (XIe-XIIIe siècles) : mythes et réalité » Cahiers d’histoire / 2001
    • La naissance des communs. Eaux, forêts, alpages dans les montagnes de Savoie | éd. Société Savoisienne d’Histoire et d’Archéologie / 2016
    • Le sourire de Prométhée. L’homme et la nature au Moyen-Âge | La Découverte / 2017
    • « Aménagements de la montagne et gestion de l’eau dans les hautes vallée savoyardes. ( Maurienne et Tarentaise XIIIe-XIVe siècles) »| Histoire et Sociétés Rurales / 2019
  • Nougarèdes Brigitte, Perrin Coline, Le foncier agricole dans une société urbaine Innovations et enjeux de justice | éd. Cardère / 2020. Extraits
  • Nutrition mondiale, « Agir en faveur de l’égalité pour mettre fin à la malnutrition »| rapport / 2020
  • ONB « Menace sur le vivant : quand la nature ne peut plus suivre« / 2018
  • Ostrom Elinor, Gouvernance des biens communs. Pour une nouvelle approche des ressources naturelles | 1990 (éd. française De Boeck / 2010)
  • Parlement européen, « Méga tendances dans l’agro-alimentaire : aperçu mondial et réponse politique de l’U.E »| rapport (en anglais) / sept. 2019
  • Pays d’Aubagne et de l’Étoile, « Charte pour une agriculture durable« / 1992
  • Pégeault Nelly et al. « L’accaparement des terres »| Nature et Progrès  N° 127 / avr.-mai 2020
  • Perrier Marion, “À la reconquête des friches agricoles”| Alternatives économiques N°408 / janvier 2021
  • Pisani Edgard, Un vieil homme et la terre | éd. du Seuil / 2004
  • Plate-forme citoyenne, « États généraux de l’alimentation » / 2017
  • Pouch Thierry, « L’appropriation des terres agricoles, nouvelle étape de la mondialisation »| Alternatives économiques / 1er mai 2018
  • Rn-PAT « Réseau national des Projets alimentaires Territoriaux »| site
  • Saramago José, Relevé de terre | éd. du Seuil / 2012
  • Solagro, « Le scénario Afterres 2050« / 2016
  • Terre de Liens, « Agir sur le foncier agricole, un rôle essentiel pour les collectivités locales »| guide / 2018
      • « Communes, intercommunalités, comment préserver les terres agricoles? »| rapport / 2014
  • Terres’Fertîle, « Projet Alimentaire Territorial de l’Île d’Yeu »| projet / juil. 2019
  • Thomé Pierre, « Vers une nouvelle révolution agricole ? »| blog / 2019
    • « Biovallée et autosuffisance alimentaire »| blog / 2020
    • « Autosuffisance alimentaire : les défis de l’agriculture urbaine et rurale »| blog
    • « Le Fruit commun du Versant du soleil, un goût de Beaufort »| blog / 2014
  • Vaillant Pierre, « Les origines d’une libre confédération de vallées : les habitants des communautés briançonnaises au XIIIe siècle »| École des chartes / 1967
  • Via Campesina et GRAIN « Les lois semencières qui criminalisent les paysannes et les paysans »| rapport / 2015
  • Viallet Hélène, Les alpages et la vie d’une communauté montagnarde, Beaufort du Moyen-Âge au XVIIe siècle | éd. Académie salésienne, 1993
  • Vidal Roland, Fleury André, « L’autosuffisance agricole des villes, une vaine utopie ? »| La Vie des Idées / 4 juin 2010
  • Vivier Nadine, « Les biens communaux du Briançonnais aux XVIIIe et XIXe siècles »| Études rurales N°117 / 1990
  • Vogel Jean, L’Appel de Saâles. Le combat d’un maire pour réveiller la France rurale | éd. La Nuée bleue / 2019
  • WWF et Solagro, « Pour une transition agricole et alimentaire durable »| rapport / oct.2019

parcourir

Autres bibliographies

proposer

Autosuffisance alimentaire : les défis de l’agriculture urbaine et rurale …

Université du Bien commun 23 novembre 2019

“Paris en autosuffisance alimentaire, est-ce possible ?”
téléchargement du texte

Avec le réchauffement climatique en cours, l’agriculture et l’alimentation deviennent ou redeviennent de grandes priorités : comment l’humanité va-t-elle pouvoir arriver à satisfaire ce besoin vital de nourriture végétale et éventuellement carnée — les humains sont originellement chasseurs-cueilleurs ! — alors que la population mondiale ne cesse de progresser et que la surface des terres arables va continuer à diminuer avec la montée du niveau des mers et la progression de l’artificialisation des sols, et ceci même dans le cas où l’on parviendrait à maintenir à +1,5 °C le réchauffement. L’hypothèse de l’autosuffisance alimentaire de proximité est de plus en plus souvent avancée comme une solution tenable car permettant une plus grande maîtrise de la satisfaction des besoins alimentaires par une production localisée et sécurisée, mais à quelle échelle ?

L’autosuffisance alimentaire est ainsi définie par la FAO (Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture) : « satisfaction de tous les besoins alimentaires d’un pays par la production nationale » (la France entière en serait à 83 %) Ce qui suppose : des terres cultivables, de l’eau, des agriculteurs, des semences, le maintien de la biodiversité, conditions loin d’être acquises dans de nombreux pays.

Si cette définition est appliquée à une échelle territoriale plus réduite, par exemple une commune, une région, des restrictions apparaissent rapidement et nécessitent de ne pas s’en tenir à des déclarations d’intentions, aussi vertueuses soient-elles, si l’on veut clarifier la faisabilité de projets d’autosuffisante alimentaire et d’agriculture urbaine.

Après quelques données générales, Paris, puis l’Île-de-France et enfin le Bassin de la Seine-Normandie vont servir de territoires de démonstration ; cela n’ira pas à l’encontre de nombreuses expériences en cours ou projetées (jardins partagés, végétalisation des toits en terrasse, fermes urbaines…) intéressantes pour leurs fonctions sociales et culturelles, mais qui ne peuvent que demeurer économiquement marginales dans une métropole, sauf à vouloir refaire la ville de fond en comble !

Sommaire

  1. occupation des sols en France
  2. évolution de la SAU d’ici 2100 en rapport avec le taux estimé de croissance de la population
  3. Quelle serait la surface agricole à envisager pour l’alimentation d’une personne?
  4. distances moyennes parcourues par les produits alimentaires pour parvenir à Rungis
  5. évaluation quantitative des denrées alimentaires et de la SAU pour Paris
  6. évaluation pour l’Île-de-France
  7. Le bassin de la Seine-Normandie

1. occupation des sols en France

occupation solEn 2016 (dernier recensement national officiel) la population française est de 67.200.000 habitants

La surface agricole utilisée (SAU) représente ≈49% de la surface utilisable du territoire français, elle était de 51% en 2000.

Dans l’absolu, chaque personne vivant en permanence sur le territoire français disposerait de ≈4.300 m.² de terre cultivable, nous verrons plus loin que c’est largement suffisant pour assurer sa subsistance, et de ≈240 m.² pour se loger.

La surface boisée (en progression) représente ≈42% dont 32% occupés par la forêt guyanaise (8 millions d’hectares).

La surface artificialisée représente ≈9 %. Le réseau transport (28% des 9%) se répartit en : voies routières, 79% ; voies ferrées, 13% ; autres (aéroports…), 8%. Cette indication est importante à noter, elle traduit en effet les choix qui ont été faits jusqu’à présent dans les modes de transport, en particulier des marchandises, en privilégiant nettement la route.

2. évolution de la SAU d’ici 2100 en rapport avec le taux estimé de croissance de la population

croissance_2Sur la base de 2.500 m.² par habitant pour une autosuffisance alimentaire (voir point 3) et si les taux actuels restaient identiques, c’est-à-dire :

  • croissance de la population +0,5%/an, constant depuis 2009, source INSEE
  • artificialisation des sols +0,8%/an, constant depuis 2010, avec une emprise à 90% sur des terres agricoles (source : gouvernement.fr)

la population serait de ≈100 millions d’habitants à la fin de ce siècle, l’artificialisation des sols doublerait au détriment de la surface agricole, alors que l’autosuffisance alimentaire nécessiterait ≈9 millions hectares de terres supplémentaires, ces terres deviendraient insuffisantes vers 2080.

Il ne s’agit bien entendu que d’une hypothèse et d’autres paramètres, le réchauffement climatique par exemple, pourraient sérieusement modifier ces indications qui permettent toutefois d’attirer l’attention sur des évolutions possibles — désertification, manque d’eau, importants mouvements de population… — aux conséquences imprévisibles.

3. Quelle serait la surface agricole à envisager pour l’alimentation d’une personne ?

autosuffisanceAvec cette estimation inspirée par une proposition sans alimentation d’origine animale de “Fermes d’avenir”, la SAU nécessaire serait de ≈1.500 m.² (1.160 m.²+330 m.² jachère et cheminement). Pour compléter ce résultat j’ajoute ≈1.000 m.² pour l’alimentation d’origine animale (source CREDOC) en supposant que la baisse en cours de la consommation en viande se confirme, elle est actuellement de 69 kg/an par personne et je propose d’envisager de l’abaisser à 40 kg.

On parvient ainsi à une SAU moyenne de 2.500 m.² par personne, ce que l’actuelle SAU en France permettrait largement de couvrir (cf. point 1).

Il s’agit bien entendu d’une moyenne générale ne prenant pas en compte certains paramètres : climat, qualité du sol, eau, habitudes alimentaires, coutumes…, elle peut être valablement affinée en utilisant le très bon outil proposé par Terre de liens, la FNAB et BASIC : PARCEL, « Et si l’alimentation de votre territoire devenait locale et durable ? ». Mais quand est-il pour Paris et l’Île-de-France ?

4. distances moyennes parcourues par les produits alimentaires pour parvenir à Rungis

Paris_0Source : Colibris-leMag, entretien avec Sabine Barles, 7 juin 2017.

Il n’est pas fait mention des transports aériens et par voie maritime (Amériques, Afrique…), ce qui ne pourrait qu’amplifier ces distances déjà importantes. Est-il possible de les réduire avec des projets d’autosuffisance ?

5. évaluation quantitative des denrées alimentaires et de la SAU pour Paris

C’est à partir des données du point 3 que l’on obtient les résultats suivants :

Paris_5Avec une population de plus de 2 millions d’habitants (sans compter les millions de visiteurs tous les ans), il est évident qu’il est illusoire d’envisager vouloir « faire de Paris une capitale agricole » ainsi proposé par deux adjointes à la Mairie [le Monde.fr | 28 oct. 2019], sinon de façon tout à fait marginale ; il y a actuellement une dizaine d’hectares de surface agricole dans Paris intramuros, dont 102 jardins partagés et en 2020 une ferme urbaine pilote de 1,4 ha installée sur les toits du Parc des expositions et bien entendu hors-sol !

L’Atelier parisien d’urbanisme (APUR) propose à ce sujet une étude [2017 Note N° 113] sur ce que pourrait être une agriculture urbaine à Paris : en végétalisant les toits en terrasse (80 ha), en transformant en terre agricole une partie des parcs publics (580 ha) et des espaces privés non bâtis (3.300 ha) ; on parviendrait au mieux à ≈3.500 ha cultivables uniquement pour une production de fruits et de légumes. Chercher à réaliser ces projets est certainement souhaitable, parce que ces expériences d’agriculture urbaine ont une fonction sociale et culturelle importante pour les quartiers, les écoles…, mais sans aucune illusion sur une possible autosuffisance alimentaire même limitée aux fruits et légumes, qui à eux seuls nécessitent une surface estimée à 63.500 ha pour satisfaire la demande uniquement de la population parisienne. L’extension de cette évaluation à l’Île-de-France change-t-elle la donne ?

6. évaluation pour l’Île-de-France

Paris_7Cette nouvelle échelle fait passer aux millions de tonnes de denrées alimentaires et aux millions d’hectares de surface agricole.

La SAU sur ce territoire est actuellement de ≈593.100 ha (avec une perte de 13.000 ha en dix ans), ce qui représente ≈49 % de la superficie totale (1,2 million ha), résultat équivalent à celui de l’ensemble de la France.

Si cette évaluation est plus significative que celle de Paris, la SAU actuelle demeure cependant encore très loin des estimations ci-jointes, y compris pour une option uniquement végétale.

On doit donc étendre le périmètre SAU tout en cherchant à réduire les distances entre Paris et les lieux des productions alimentaires.

 7. Le bassin de la Seine-Normandie

Sabine Barles (professeure en urbanisme et génie civil) écrit dans le document déjà cité (p. 3) : « à la fin du XVIIIe siècle que nous avons étudié de près, le bassin de la Seine plus la Normandie couvraient une grande partie des besoins alimentaires des Parisiens de l’époque (700 000 habitants) […]. Avec l’industrialisation de l’agriculture dans la deuxième partie du XXe siècle, on a vu disparaître la polyculture-élevage (puis l’élevage tout court, pour le cœur du bassin) au profit des monocultures en céréales, oléagineux, etc. Or, ces productions ne sont plus destinées à nourrir les Parisiens ou les Franciliens, mais avant tout aux marchés de l’export et de la transformation industrielle.

L’approvisionnement alimentaire des Franciliens […] s’effectue non plus par des agriculteurs en direct, sinon à la marge, ni vraiment par une planification de l’État ou des villes elles-mêmes, mais par de grands opérateurs comme les industriels de la transformation et de la grande distribution, les grossistes, les marchés d’intérêt national. […] Aucune ceinture verte actuelle, lorsqu’elle existe encore, n’a la capacité d’alimenter les habitants des métropoles qu’elle entoure. »

Sans pour autant revenir au XVIIIe siècle, quels résultats obtient-on si le Bassin de la Seine-Normandie était retenu comme territoire tendant à l’autosuffisance alimentaire ? Riche en eau et en terres cultivables, il entoure l’Île-de-France et les distances pour le transport se réduiraient.

Situation actuelle de l’agriculture dans le Bassin hydrographique Seine-Normandie

bassin seine normandie

bassin_s-n_tableauPopulation : ≈17 millions d’habitants dont 71% demeurent en Île-de-France.

SAU actuelle : ≈5.700.000 ha, soit 60% de la superficie totale de ce territoire : 9.490.000 ha

Cette surface agricole utilisée [résultats 2010] est donc assez proche de l’estimation moyenne de 5.950.000 ha. (les recensements agricoles par communes effectués par Agreste/ministère de l’agriculture et de l’alimentation pour l’ensemble du territoire français ont lieu à peu près tous les 10 ans, le dernier date de 2010 et il n’y a donc pas de résultats globaux plus récents.)

Elle se caractérise par :

* une tendance majoritaire à la monoculture en céréales = 2.583.000 ha (majorité blé) et oléagineux =680.000 ha (majorité colza). Le total représente 57% de la SAU, avec une nette surproduction céréalière comparativement aux besoins estimés. Notons l’équivalence de résultats pour les oléagineux, mais la production actuelle est majoritairement colza.

* une surface en production légume frais de 25.100 ha, donc nettement insuffisante.

* une surface consacrée à l’élevage de 1.654.000 ha, là aussi insuffisante, sauf en éliminant complètement la viande.

Le Bassin de la Seine-Normandie, retenu comme hypothèse d’un territoire qui choisirait de tendre vers l’autosuffisance alimentaire, pourrait permettre, en surface agricole, de satisfaire à peu près les besoins de la population de ce territoire entourant l’Île-de-France, et de réduire d’une bonne moitié le kilométrage du transport routier. Cependant, des reconversions importantes dans les types de productions seraient inévitables avec nécessairement un retour marqué à la polyculture et au polyélevage, l’une et l’autre nettement insuffisants à l’heure actuelle. Il s’agirait là d’un vaste programme qui, s’il était envisagé et décidé, demanderait certainement du temps et de nombreuses concertations pour se réaliser.


Beaucoup de chiffres pour parvenir à une quasi-évidence : une métropole telle Paris, mais aussi Lyon, Rennes…, ne peut envisager l’autosuffisance et la sécurité alimentaire sans aller au-delà de ses limites territoriales administratives, voire même de sa ceinture verte. On ne peut donc aborder cette question de l’autosuffisance sans définir en même temps un espace économique, social et politique. Le choix historique du Bassin hydrographique Seine-Normandie a été fait pour une démonstration, ce qui ne dit pas pour autant que ce soit nécessairement la meilleure solution ! La définition de tels espaces appartient aux élus mais aussi aux habitants — dont les agriculteurs, les entreprises de transformation, les commerçants, les associations de consommateurs… — tous et toutes ayant certainement leur mot à dire à propos des questions liées à ce besoin vital de la nourriture : comment se nourrir, comment produire, comment distribuer, comment sécuriser… La première condition serait déjà de réunir l’ensemble de ces institutions et de ces personnes autour d’une même table ; les Sociétés Coopératives d’Intérêt Collectif (SCIC) – répartition en collèges des sociétaires suivant leur fonction – “au service des territoires et nouvelle manière de faire en commun” [Jean Huet, co-auteur de (Biens) communs, quel avenir ? 2016, éd. Yves Michel], peuvent être un excellent instrument pour cela. Le “Projet Alimentaire Territorial” (loi d’avenir pour l’agriculture, l’alimentation et la forêt” 13 oct. 2014) peut être également un outil intéressant pour définir des stratégies communes localisées.

Le réchauffement climatique, même s’il est maintenu à -1,5 °C, rend incontournable le traitement de ces questions, sans pour autant imaginer qu’Homo sapiens va s’effondrer ou redevienne “chasseur-cueilleur” !


en complément


Consulter bibliographie agriculture, alimentation

Commenter

Vers une nouvelle révolution agricole ?

téléchargement du texte (pdf)

Cf. également : “Autosuffisance alimentaire : les défis de l’agriculture urbaine et rurale


Quelles relations peut-on envisager entre : surface agricole utile, artificialisation des sols, croissance de la population, autosuffisance alimentaire coopérative ? État des lieux et prospective.

Telle est la problématique que je souhaite aborder avec l’intention de tenter d’articuler ses différents paramètres pour démontrer avec des données chiffrées qu’il est encore possible de projeter une politique agricole d’envergure dont la finalité serait la production d’une alimentation ne mettant pas en péril le monde vivant de la planète Terre, l’humanité devant pouvoir être en mesure de satisfaire le besoin vital de se nourrir en veillant d’une part, au maintien de l’équilibre de la biodiversité et des écosystèmes [cf. Observatoire National de la Biodiversité : bilan 2018], d’autre part à la maîtrise du réchauffement climatique depuis que Homo sapiens  a découvert l’usage énergétique de certaines ressources naturelles pour en faire industrie ; mais nous éprouvons beaucoup de difficultés à l’enrayer peut-être par manque de moyens, mais aussi par indécision politique, et alors que nous entrons sans doute dans la sixième extinction massive.

Recentrer la vie sur l’agriculture, c’est-à-dire la culture du “champ” (agros en grec) en pleine terre, et non hors sol, pour produire de quoi s’alimenter, n’est-ce pas l’essence même de l’existence ? J’ai en mémoire le propos d’un agriculteur de Terre de liens : “paysan…, paysage…, pays… sont des mots ayant la même racine, n’oublions pas notre responsabilité paysanne !”

  1. Sixième extinction massive ?

Pour le biologiste naturaliste Benoît Fontaine [2018] « les vertébrés reculent de façon massive et la sixième extinction ne fait plus de doute pour personne » [1] ; ce qui n’est pas tout à fait exact puisque Stewart Brand, écologiste américain très écouté mais aussi contesté car partisan de l’énergie nucléaire et des cultures transgéniques, ne partage pas cette unanimité : « L’idée que nous nous dirigeons vers une extinction massive n’est pas seulement fausse, c’est une recette pour la panique et la paralysie », la question n’étant pas la disparition d’espèces entières mais « le déclin des populations animales sauvages » [2015, [2], déclin que l’on parviendrait à enrayer en mettant en œuvre une écologie pragmatique d’envergure [3].

Gardons l’hypothèse de la sixième extinction, pour faire le constat avec de nombreux chercheurs qu’elle se différencie très nettement des précédentes puisque Homo sapiens en serait le principal responsable par son activité agricole et industrielle perturbatrice de la biodiversité et des écosystèmes, et ce sur une durée relativement courte d’environ deux siècles ; alors que les précédentes extinctions s’étalaient sur deux à trois millions d’années ; ainsi lors de la cinquième il y a 66 millions d’années, les dinosaures et autres espèces n’ont pas disparu massivement du jour au lendemain, puisque, en dehors de l’impact de l’imposant astéroïde (10 km de diamètre), ce serait un lent et net refroidissement de la planète qui en serait la cause principale, sans pour autant entraîner l’élimination de toute vie sinon nous n’en serions pas à nous interroger sur l’avenir de la Terre !

Ces périodes d’extinction massive ont de quoi inquiéter, mais il est quelque peu rassurant d’observer que la vie continue malgré des chutes considérables dans les différentes espèces ; la faune et la flore s’adaptent lentement sur des millions d’années et « la biodiversité reprend le dessus avec une diversité plus importante » [Fontaine B. 2018] ; ainsi les dinosaures volants, sans doute les seuls survivants de l’espèce, sont devenus les oiseaux d’aujourd’hui, qui à leur tour sont menacés par le manque d’insectes pour se nourrir ; ce déclin, imagé par le “syndrome du pare-brise”, concerne actuellement 40% des espèces d’insectes dont les pollinisateurs [cf. Grandcolas P. 2019 [4]

Une extinction, massive ou non, est en cours c’est indéniable et les constats  établis par les très officiels “Observatoire National de la Biodiversité” et “Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité” (IPBES) sont sévères :

À l’heure actuelle, le taux d’extinction des espèces est environ 100 à 1.000 fois supérieur au taux moyen d’extinction mesuré au cours des temps géologiques :

  • De 1970 à 2012, les populations d’espèces sauvages de vertébrés ont diminué de 38 % dans les habitats terrestres et de 81 % dans les habitats d’eau douce.
  • Les zones humides, écosystèmes particulièrement riches en biodiversité, figurent parmi les écosystèmes les plus dégradés du fait de leur transformation (drainage et conversion) en zones agricoles plus ou moins intensives ou en zones urbaines. Ainsi, 87 % d’entre elles ont disparu au cours des trois derniers siècles et 54 % depuis 1900. Or, la perte de biodiversité affecte le bon fonctionnement des écosystèmes et leur résilience : c’est une forme de dégradation des terres.
  • La capacité des écosystèmes et de l’agriculture à produire de la matière organique (végétale) à partir du CO2 et de l’énergie du soleil (productivité primaire nette de biomasse) est globalement inférieure de 23 % au niveau qu’elle aurait en contexte non dégradé.
  • Au cours des deux derniers siècles, les activités humaines ont causé la perte moyenne de 8 % de la teneur des sols en carbone organique, un indicateur de leur état et de leur fertilité. Dans les pays tempérés, on atteint des pertes de 25 % à 50 % dans les couches supérieures du sol après 30 à 70 ans de culture. Une des causes est l’exportation de la matière organique lors des récoltes au lieu d’en laisser une partie se dégrader au sol, sur place.

biodiversite en europeEn Europe de l’Ouest, L’empreinte écologique (consommation) est de 5,1 hectares (ha) par habitant, elle est nettement plus élevée que la biocapacité naturelle de renouvellement, 2,2 ha par habitant, « autrement dit, la consommation d’un européen entraîne l’importation de ressources naturelles occupant 2,9 ha de terres hors des frontières.

Il devient donc urgent que ce déficit chronique soit nettement réduit par, entre autres, une politique agricole permettant que nos besoins alimentaires basiques puissent être satisfaits en grande partie en productions locales. Est-ce que cela paraît possible ? C’est ce que nous allons tenter d’évaluer pour le territoire de la France entière (métropole et TOM)

C’est une nouvelle révolution agricole qui est projetée, révolution dans le sens d’un apport culturel, technique, politique… de grande ampleur entraînant d’importants changements dans le monde du vivant. Cet imaginaire est d’ailleurs amorcé par de multiples innovations riches d’enseignements mais qui demeurent trop en marge, faute sans doute de relais politiques et médiatiques suffisamment connus et puissants pour en faire un récit convaincant.

Cette intention révolutionnaire est sans aucun doute fort utopique, mais il s’agit déjà de prendre la mesure chiffrée de ce qui serait envisageable en partant des données actuelles sur la manière dont est utilisée la superficie du territoire français ; puis en projetant ces données jusqu’à la fin de ce siècle, avec l’hypothèse qu’une quasi-autosuffisance alimentaire bio pourrait s’envisager pour tous les habitants et sur la superficie utilisée aujourd’hui par l’agriculture. Si cette hypothèse se vérifie, elle conduira à l’idée que l’agriculture (re)devienne le principal pivot social et environnemental pour réduire en partie le réchauffement climatique, redonner à la biodiversité son rôle régulateur du vivant, proposer une alimentation saine produite le plus localement possible et créer des emplois. Projet qui serait à construire de façon concertée entre producteurs, consommateurs et services publics avec une gouvernance en communs très décentralisée.

  1. Utilisation 2017 de la superficie de la France entière

Définitions [Agreste, ministère de l’agriculture et de l’alimentation, 2017] :

  • Surface non utilisable : montagnes, bords de mer, espaces aquatiques, maquis, garrigues, zones naturelles protégées non productives
  • Surface agricole utilisée (SAU), avec deux principaux volets : terres arables (labourables) destinées aux cultures céréalières, fruitières, florales, et légumes frais ou secs (SAU arable) | terres en prairies permanentes (fauchées ou non) et pâturages, destinés à l’élevage animal (SAU élevage)
  • Surface artificialisée : sols bâtis | sols revêtus et stabilisés (routes, voies ferrées, parkings, chemins…). | espaces verts publics non producteurs de consommables.
  • Surface boisée: forêts, peupleraies, bosquets, haies

Population recensée en 2016 : 67.200.000 personnes demeurent sur le territoire français. Le taux annuel moyen de croissance de la population française est de 0,5% depuis 2009.

Observations 2 :

  • dans l’absolu chaque personne pourrait actuellement disposer de presque un demi-hectare pour se nourrir et se loger (4.300 m²+240 m²) dans l’hypothèse d’une répartition de l’occupation du sol totalement égalitaire. Donc l’option (développée dans un prochain article) envisagée par la collapsologie et le survivalisme “chacun chez soi en cultivant son jardin” pour une autosuffisance maximale, pourrait s’envisager ; raisonnement quelque peu absurde et irréaliste. En effet tout le monde n’a ni l’envie, ni les moyens, ni le temps de cultiver son jardin, et la multiplication de l’habitat individuel avec potager, déjà problématique à ce jour, amplifierait grandement les déplacements, donc les tracés de route et les véhicules motorisés, et que deviendraient les agriculteurs, les entreprises et commerces de l’agroalimentaire ? Aussi pour la suite je conserverai l’hypothèse d’une possible autosuffisance alimentaire avec une approche beaucoup plus collective ou communautaire ou bien encore communale dans le sens premier du mot : au Moyen-âge, bourg ou ville affranchie du joug féodal et administrée par ses habitants les bourgeois : par exemple Villefranche-sur-Saône (charte de franchise en 1260), Sienne en Italie…
  • Dans la SAU, les surfaces consacrées aux monocultures céréalières et vinicoles sont importantes : par exemple près de trois millions d’hectares pour le maïs dont la culture utilise beaucoup d’eau, de produits phytosanitaires et pesticides pouvant affecter gravement les écosystèmes. Dans les prochains calculs cette superficie ne vient pas en déduction de la SAU, avec le souhait que le principe même de la monoculture soit réexaminé très attentivement.
  • en surfaces boisées la forêt en Guyane occupe à elle seule huit millions d’hectares (32% du total surface boisée) auxquels s’ajoutent quelques milliers dans les autres TOM. En métropole la forêt seule progresse de 0,7% par an au détriment des terres agricoles, [IGN 2019], mais aurait une légère tendance à diminuer dans les TOM ; aussi notre estimation du taux moyen annuel de croissance pour l’ensemble des surfaces boisées est de 0,15% venant en déduction de la SAU. La réimplantation de haies en surfaces agricoles dans plusieurs régions provoque certes une légère perte en SAU, mais permet de limiter l’érosion des sols, de favoriser la biodiversité et d’apporter de l’ombre aux troupeaux ; ainsi par exemple, La ferme bio de la Fournachère (Rhône) va prochainement implanter sur un kilomètre 2.000 plants d’arbustes, en partenariat avec le Parc Naturel Régional du Pilat (Loire)
  • en surfaces artificialisées les routes et autoroutes représentent à elles seules 79% du réseau transport [Actu environnement, 2014] alors que l’emprise des voies ferrées est de 13%, bâtis compris |Certu, 2012] ; cet important écart indique clairement les modes de transport actuellement privilégiés. Les 8% restants sont consacrés aux rives des voies fluviales aménagées. Le taux moyen annuel de croissance des surfaces artificialisées est de 0,8%, constant depuis 2010 (il était de 1,3% entre 1992 et 2009). dont 90% impacte la surface agricole [gouvernement.fr 2016].

3. Estimation de la SAU jusqu’en 2100

Pourquoi 2100 ? La fin d’un siècle sert souvent de référence pour parfois prédire le pire, genre “En 2100, les trois quarts de l’humanité risquent de mourir de chaud”, ou imaginer qu’une toute petite partie de l’humanité sera devenue extraterrestre, installée sur Mars ou sur des planètes artificielles ! En attendant je garde l’idée d’une solide résilience humaine permettant, à certaines conditions, de maintenir le monde vivant en bon état ! « Il est possible que dans quelques centaines d’années, nous aurons établi des colonies humaines dans le cosmos ou sur d’autres planètes. Mais pour le moment, nous n’avons qu’une seule et même planète et nous devons nous serrer les coudes pour la préserver » [Hawking S. 2016 [5]

croissance pop_2010-2100
pop et sau

Observations 3 :

  • Si les actuels taux moyens annuels de croissance en population (0,5%), surface boisée (0,15%) et surface artificialisé (0,8%), restent constants jusqu’à la fin du XXIe siècle, la perte en SAU sera de l’ordre de 29%.
  • La croissance exponentielle de la population va de pair avec celle de l’artificialisation des sols, en effet les besoins en logements, bâtiments publics, parkings, grandes surfaces commerciales… augmentent en toute logique et de nombreux hectares de terres arables seront donc utilisés. Est-ce que la superficie du territoire français, non extensible, et peut-être même quelque peu réduite par la montée du niveau des mers, peut supporter une population de plus de 100 millions de personnes ? Dans l’absolu oui, puisque par habitant, la surface pour l’habitat resterait autour de 250 m², et que la SAU, bien que réduite de plus de la moitié, resterait de l’ordre de 2.000 m² par personne. Cependant les estimations qui vont suivre révèlent un possible manque en surface agricole à partir de 2075
  • La situation de l’ensemble de la planète est tout autant problématique, puisque, d’après l’ONU, sa population est estimée pour 2100 à environ 11,2 milliards personnes (7,55 milliards en 2017). Cette explosion suscite bien des questions dont celle du contrôle des naissances, et Thomas Malthus n’est pas loin pour nous rappeler que le problème est vaste et fort complexe car tout à la fois : économique, social, géopolitique, éthique… sans pour autant partager ses options politiques !
  1. Autosuffisance alimentaire

Pour l’Organisation des Nations-Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) l’autosuffisance alimentaire est “la satisfaction de tous les besoins alimentaires d’un pays par la production nationale”. La France en serait à 83%. Dans cette définition le “tous” peut faire question, puisqu’un pays comme la France n’est pas actuellement en mesure de produire certaines denrées en quantités suffisantes : café, cacao, épices, oranges… On peut estimer qu’elles ne sont pas basiques et qu’il est possible de s’en passer, mais est-ce vraiment possible et souhaitable ? Donc l’autosuffisance a des limites et ne peut raisonnablement s’envisager comme un tout. Cependant mon hypothèse est basée sur une production alimentaire localisée au maximum, disons à un niveau communal ou intercommunal. Déjà plusieurs villes importantes l’ont inscrite dans leurs objectifs :

  • Albi (49.100 habitants) : « En 2014, la Ville d’Albi s’est fixée l’objectif d’atteindre l’autosuffisance alimentaire à l’horizon 2020. La finalité de ce projet est l’approvisionnement des ressources alimentaires pour l’ensemble des albigeois dans un rayon de 60 km » [Albi site officiel]
  • Rennes (214.000 habitants) « Tout a commencé le 27 juin 2016. Le conseil municipal de Rennes décidait d’entamer la route vers l’autosuffisance alimentaire de la ville. Labellisée “Ville comestible de France” » [Rennes métropole]

Ces deux projets s’appuient en partie sur le concept de “l’agriculture urbaine” dont l’intérêt est avant tout de l’ordre du plaisir de faire avec ses mains et de la pédagogie pour découvrir comment pousse une plante, je doute en effet que les surfaces agricoles disponibles en milieu urbain permettent une production au-delà de l’épiphénomène.

Quelle serait aujourd’hui la surface en terre cultivable nécessaire pour une production alimentaire bio en pleine terre et variée pendant un an, à raison d’une moyenne d’un bon kilo par jour de nourriture par personne en tenant compte des déchets ? Dans les actuelles et nombreuses approches de l’autosuffisante alimentaire les évaluations en surface cultivable vont de 250 (Vivre demain) à 2.000 m² (Le Sens de l’Humus) en fonction de ce qui est pris en compte et de la manière de produire. J’ai retenu la proposition sans alimentation carnée de “Fermes d’avenir” avec une surface de ≈1.500 m², elle me semble en effet la plus réaliste ; et, n’ayant pas l’option végane, je lui ajoute ≈1.000 m² pour l’élevage, en supposant que la baisse en cours de la consommation en viande se maintienne. Pour les produits laitiers la source est “La filière laitière française et pour les produits carnés une publication du Centre de Recherche pour l’Étude et l’Observation des Conditions de Vie [CRÉDOC sept.2018]

Observations 4 :

  • Ces données représentent une moyenne générale ne prenant pas en compte certains paramètres : climat, qualité du sol, eau, habitudes alimentaires, coutumes…, elles seraient donc à ajuster en fonction des réalités locales.
  • Dans l’immédiat, ces résultats vont permettre une évaluation théorique de la surface agricole nécessaire pour une quasi-autosuffisance alimentaire sur l’ensemble du territoire français d’aujourd’hui à 2100, les actuels taux de croissance de la population et de la surface artificialisée servant de références statistiques et en supposant qu’ils restent constants.
  • Suivra une estimation pour une commune d’un peu plus de mille habitants et pour une communauté de dix-huit communes comptant 73.150 habitants, l’une et l’autre dans le département du Rhône.
  1. Estimation des pertes en SAU d’ici 2100 et conséquences

croissance_2

Observations 5 :

Compte tenu de la croissance de la population (taux annuel 0,5 %) entraînant pratiquement un doublement de l’artificialisation des sols (taux annuel 0,8 %), la courbe ascendante de la surface pour autosuffisance alimentaire (sur une base estimée à 2.500 m.² par habitant) croiserait vers 2080 celle descendante de la surface agricole utilisée, pour ensuite nettement s’en écarter ; la surface agricole nécessaire deviendrait ainsi insuffisante pour répondre aux besoins alimentaires d’une population grandissante et de plus en plus attentive à la qualité de la production agricole.

Une hypothèse végétarienne (ou végane), avec 1.500 m.² de surface cultivable éviterait cette jonction du moins jusqu’en 2100, mais il semble impossible de faire de cette hypothèse un projet commun, ce qui n’empêche pas d’envisager une réduction de la consommation de viande.

  1. Deux exemples locaux pour illustrer l’hypothèse de l’autosuffisance alimentaire

J’ai retenu deux territoires dans le départements du Rhône :

  • Rontalon”, commune de ≈1200 habitants dans les monts du lyonnais à 30 km. du centre de Lyon, avec une production agricole polyvalente : céréales, élevage, maraichage et fruits
  • Agglo Villefranche Beaujolais” (CAVBS), 73 300 habitants, institution intercommunale rassemblant dix-sept communes rurales (dont une dans l’Ain) et la ville de Villefranche-sur-Saône (37 300 habitants) à 36 km. de Lyon, et dont la grande caractéristique est la production de plusieurs crus des vins du Beaujolais, c’est la principale activité agricole pour douze communes du CAVBS ; la commune la plus éloignée du centre de Villefranche est à 14,5 km.

Il sera également fait allusion à la métropole de Lyon

En recensement agricole Agreste-INSEE n’a pas encore produit de statistiques postérieures à 2010. Ces données comparées à celles de 2000, permettent d’observer une nette évolution dans des territoires à dominante rurale et proche d’une grande métropole, les transformations qui en résultent ont de quoi interroger surtout si elles se sont poursuivies au même rythme au-delà de 2010. Ces statistiques distinguent : terres labourables (céréales, légumes…) / cultures permanentes (fruits, vignes…) / surface toujours en herbe (élevage ou friche provisoire).

Entre 2000 et 2010 comment a évolué l’agriculture sur les sites retenus ?

Observations 6 :

  • dans les deux cas les flux habitants sont positifs, mais négatifs pour les exploitations agricoles, ce qui signifie moins d’agriculteurs et plus de néo-ruraux non cultivateurs sinon de leur jardin potager s’ils en ont un. Toutes les communes rurales du CAVBS sont concernées par cette évolution.
  • une baisse importante de la surface agricole utilisée surtout pour la CAVBS avec une chute des surfaces consacrées au vignoble, mais qui ne profite pas ou très peu aux autres types d’utilisation. Je n’ai aucun renseignement pouvant expliquer cette baisse de production du Beaujolais.
  • L’autosuffisance alimentaire ne pourrait pas s’envisager globalement pour le CAVBS faute d’une SAU par habitant nettement insuffisante, 868 m² sur les 2.500 envisagés ; de plus la vigne occupe plus de 50% du SAU et la production agricole locale semble fort loin de pouvoir assurer l’alimentation de la ville de Villefranche qui, pour ses 37.200 habitants, aurait besoin de 9 300 ha alors que la SAU actuelle de l’Agglo est de 6.348 ha, à supposer que cette surface n’ait pas diminué depuis 2010. la population urbaine doit donc trouver des fournisseurs dans un environnement plus large.
  • La situation de Rontalon semble nettement plus satisfaisante dans la mesure où cette commune, bien qu’ayant perdu en dix ans 9% en SAU, pourrait largement être autosuffisante avec une surface agricole par habitant de 5.600 m² (plus de deux fois l’hypothèse 2.500 m²), soit un total de 294 ha en SAU alors qu’elle est de 664 ha (2010). La production agricole excédentaire peut donc être proposée à la vente sur d’autres territoires, la métropole lyonnaise par exemple.
  • Avec la Métropole (59 communes) on change complètement d’échelle et l’autosuffisance alimentaire devient un concept inopérant pour un tel territoire. En effet, la population de 1.381 million d’habitants nécessiterait à elle-seule ≈345.000 ha en SAU ! Sur ce territoire fortement urbanisé (densité : 2.590 hab/km²), la SAU était en 2010 de 4.400 ha, soit 8% de la superficie totale de la Métropole, qui comprend également 2.830 ha de parcs publics classés en zone naturelle protégée, poumons verts d’une cité qui en a bien besoin. Pour se fournir en produits alimentaires la Métropole n’a pas d’autre choix que de se rendre bien au-delà de ses limites territoriales.

Terre de liens Normandie a créé un convertisseur qui permet d’estimer pour chaque commune, quelle que soit sa taille, d’une part, la surface agricole utile pour l’alimentation des habitants résidents, d’autre part, le nombre d’agriculteurs nécessaires pour le travail agricole. Les résultats obtenus pour les exemples ci-dessus sont proches de nos estimations. Cet outil utile est d’un maniement aisé.

  1. Des question à approfondir

  • Au regard de cette évaluation chiffrée, il ne semble pas possible de faire de l’autosuffisance alimentaire un absolu ; en effet, dès que l’on entre dans des densités de population élevées, les surfaces agricoles utiles se réduisent logiquement beaucoup. Donc villes, et encore plus métropoles, doivent dépasser leurs limites territoriales pour se fournir en produits alimentaires ; reste à savoir quel en serait le rayon en tenant compte de la nécessité de réduire les trajets pour le transport : celui de 60 km envisagé par la ville d’Albi ou bien celui de 150 km proposé par le Groupement Régional Alimentaire de Proximité (cf. dernière partie), sont-ils suffisants ? Seraient également à définir les types de relations commerciales inter-territoires souhaitables ou souhaités, sous forme de conventions ? Qui en discute ? Dans quelles instances ?
  • La piste agriculture urbaine, dont on parle beaucoup [cf. Atelier Parisien d’Urbanisme, 2017], si elle est intéressante pour créer des liens, produire à petite échelle fruits et légumes…, et à condition toutefois que cette production demeure en pleine terre, ne peut que petitement subvenir aux besoins d’une nombreuse population urbaine (résidents ou passagers). Aussi tout doit être entrepris pour que la ruralité et ses principaux acteurs que sont les paysans, (re)trouvent tout son sens territorial de production d’une alimentation saine, respectant la biodiversité et les écosystèmes. La loi “Agriculture et Alimentation” approuvée définitivement le 1er nov.2018, bien que voulant aller dans ce sens, a déçu tous les syndicats agricoles [cf. La France agricole, 2018]
  • Considérer la terre comme un bien commun relève encore de l’utopie et suppose d’aborder la grande et grave question de l’enclosure du foncier agricole, donc des droits de propriété et d’usage, ce qui relève de décisions politiques rendant impossible la spéculation foncière agricole. Si l’on admet, non seulement comme hypothèse mais comme réalité, que l’alimentation relève de l’intérêt général dans sa définition et dans sa réalisation, on ne peut qu’envisager à terme une approche beaucoup plus en communs de la gouvernance étroitement liée de l’agriculture et de l’alimentation, c’est ce qui est suggéré dans deux exemples rapidement présentés ci-après.
  1. Deux exemples de gouvernance

La Foncière Terre de liens (fondée en 2003)

« L’avenir de nos territoires ruraux passe par la reconstruction d’un maillage d’activités et de liens sociaux qui redonnent vie aux campagnes. L’agriculture de proximité, par son ancrage local, est au cœur de cette dynamique : elle repose sur des fermes à taille humaine et permet de tisser des relations entre les citoyens et les agriculteurs qui produisent notre alimentation. Mais en amont de tout projet agricole, il y a la terre… et c’est pourquoi Terre de Liens a inventé des solutions pour libérer les terres agricoles, réhabiliter leur statut de bien commun et en faire des lieux ouverts à la création de nouvelles activités économiques et écologiques. […]

La mobilisation citoyenne permet l’acquisition de terres. Elles sont confiées à des agriculteurs qui respectent les sols et la biodiversité. Définitivement sorties de la spéculation foncière, ces terres sont assurées d’une vocation agricole à long terme. La transmission intergénérationnelle y devient possible. Pour susciter un changement en profondeur, Terre de Liens mobilise la société civile et les collectivités publiques ».

Groupement Régional Alimentaire de Proximité (fondée en 2010)

« GRAP est une coopérative réunissant des activités de transformation et de distribution dans l’alimentation bio-locale, avec le statut de Société coopérative d’intérêt collectif (SCIC). Il promeut une gouvernance coopérative comprenant quatre collèges :

  • activités intégrées, non juridiquement autonomes (40% des voix)
  • activités associées, autonomie juridique, participation au capital (25% des voix)
  • équipe interne, dix salariés (25% des voix)
  • partenaires locaux, investisseurs… (10% des voix)

C’est également une Coopérative d’Activité et d’Emploi qui héberge des entrepreneurs qui entrent dans les champs d’activités et dans la localisation géographique

Les activités (une quarantaine à ce jour) présentes dans GRAP vendent en majorité des produits biologiques ou issus de l’agriculture paysanne, de l’agroécologie…. L’objectif est de favoriser les circuits courts et locaux. Le périmètre de GRAP est régional (150 kilomètres autour de Lyon) afin de garder une forte synergie entre les différentes activités de la coopérative. »


L’Organisation des Nations-Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) dans son dernier rapport du 22 février 2019 alerte sur les menaces qui pèsent sur la biodiversité avec risque de pénurie alimentaire. Ce rapport « présente des preuves toujours plus nombreuses que la biodiversité qui est à la base de nos systèmes d’alimentation, à tous les niveaux, est en baisse à travers le monde. » [“La FAO met en garde…” Le Monde.fr |22 février 2019]

Alors, “il est trop tard” ? Je ne le pense pas vraiment, à condition que l’on agisse rapidement ! Les deux expériences qui viennent d’être présentées sont animées par des équipes jeunes, et ce sont loin d’être les seules sur le territoire français et mondial. Ces innovations dans leurs pratiques prennent en compte les enjeux de l’agriculture et de l’alimentation : de quelle nourriture avons-nous besoin et dans quelles conditions la produire ? Mais qu’est-ce qui pourrait bien leur manquer pour qu’elles aillent au-delà du laboratoire dans lequel on cherche à les maintenir et qu’elles fassent révolution en devenant modèle politique (économique, sociale, environnementale) et institutionnel (coopération, démocratie) ? Pourquoi pas un “grand débat” public prenant en compte les alertes de la FAO et de toutes les ONG qui se préoccupent de la planète Terre, avec l’intention d’un réel débouché politique.

mars 2019

Notes

  1. Fontaine Benoît, “Alerte à la 6e extinction des espèces”, Matières à penser, Dominique Rousset. France Culture|4 août 2018
  2. Brand Stewart, cité par Olivier Postel-Vinay dans “Le bluff de la sixième extinction”, Libération|1 sept. 2015
  3. Brand Stewart, Discipline pour la planète Terre, vers une écologie des solutions, 2014, éd. Tristram
  4. Grandcolas Philippe, “Qu’est-ce qui tue les insectes ?”, The Conversation.com|14 fév. 2019
  5. Hawking Stephen, “Nous sommes au moment le plus dangereux de l’histoire de l’humanité”, RT-France.com|2 déc. 2016

Documents à consulter

Vers bibliographie agriculture, alimentation…


Commenter…

COMMUNS, quel avenir ?

YM•communsDEF.indd

Contribution de Jean Huet

Préface de Christian Laval

Éditions Yves Michel, collection Société civile

ISBN : 978 2 36429 074 7

Format : 12 x 22 cm     128 pages

Prix : 13 €

 Domaines : droit, économie, histoire, philosophie, politique

 

 

___________________________________________________

Ce livre cherche à clarifier  le concept de COMMUN défini, non comme un bien, mais comme un processus, le plus souvent à l’initiative de citoyens associés, mais aussi d’élus locaux ; processus débouchant sur une construction sociale solidement ancrée à un territoire et dont la gouvernance peut rassembler autour de la même table : collectifs de citoyens, acteurs publics et acteurs institutionnels privés. En France, il semblerait que le modèle récent de Société Coopérative d’Intérêt Collectif (SCIC) soit bien adapté à ce type de co-gouvernance, plusieurs exemples sont présentés.
Cet essai fait principalement état de COMMUNS se rapportant aux ressources naturelles les plus vitales (eau, terre arable, énergie…), il est donc beaucoup question de ruralité, d’alimentation, d’environnement
Ce livre devrait intéresser
les acteurs d’initiatives citoyennes : associations, coopératives, élus locaux, mais aussi des parlementaires attentifs à développer l’identification de ce vaste mouvement en veillant à ce que les législations s’adaptent à cette réalité des communs en plein développement.
Sa concision et de nombreux exemples le rendent accessible à un large public.

__________________________________________________

« On ne changera pas le monde avec des mots, mais on peut au moins choisir ceux qui diront et accompagneront les changements nécessaires » [Alain Rey]

 Résumé : Qu’y-a-t-il de commun entre les comités de l’eau à Cochabamba (Bolivie) et les coopératives à l’origine du savoureux fromage de Beaufort en Tarentaise ? Des communs tout simplement ! construits par des hommes et des femmes agissant pour améliorer leur environnement social, économique, écologique.

Cet essai explore le concept de commun(s) en limitant son champ d’étude aux ressources naturelles les plus vitales (eau, terre arable, air) ; c’est un choix méthodologique, mais aussi politique puisque l’avenir de la Planète Terre est dans le bon ou le mauvais usage que l’humanité entend faire de ces ressources.

Un mot n’est peut-être qu’un mot, mais il est, ce qui a son importance, puisqu’il sous-tend des idées et des pratiques, ainsi en est-il pour commun, et ce mot devient concept quand il est associé à d’autres mots, dont ceux de l’Économie sociale et solidaire (ESS)

Un simple mot pour de grandes choses ? Déjà, un commun n’est pas une chose dans le sens d’un objet matériel préexistant dans la nature ; ce qui conduit à le dissocier de l’idée de ‘’bien’’ utilisée pour déclarer une ressource vitale, l’eau par exemple, bien commun universel ; belle intention réaffirmée régulièrement dans de nombreux Sommets mondiaux, mais qui se heurte à la réalité du droit d’accès, droit qui n’est pas intangible par nature, loin s’en faut. Ce qui nécessite qu’il soit en permanence conquis, reconquis, tant il peut être mis à mal par la ‘’Tragédie des communs’’, celle de ‘’l’enclosure’’ des ressources naturelles vitales par une petite minorité au nom du sacro-saint droit de propriété foncière.

Ainsi, des populations entières se trouvent privées d’un accès direct à l’eau potable et à son assainissement, perdent des droits coutumiers d’usage de terres arables, de pâturages… Et le réchauffement climatique, même s’il est freiné, va amplifier ces grandes inégalités. Des hommes et des femmes n’admettent pas d’être ainsi méprisés et s’organisent pour prendre ou reprendre l’usage et le contrôle de ces ressources participant, par leur action collective, au changement d’une histoire locale à la fois sociale, économique, écologique, et pourquoi pas aussi d’une histoire globale, celle qui évoque les communs depuis Aristote et Platon !

Cet essai met en évidence un « FAIRE EN COMMUNS » inspiré par « lo publico » bolivien, le « consortage » du Valais suisse, les « albergements » moyenâgeux de la Tarentaise. De nombreuses pratiques sont mises en lumière à propos de l’eau (Paris, Cochabamba), de l’agriculture (Groupement pastoral de Plan Pichu, Foncière Terre de liens…),  de l’alimentation en circuits courts (Scic la Galerie Paysanne…) , de l’énergie renouvelable (Scic Enercoop...), de la finance éthique (coopérative la Nef), de la santé (Scic Viv’ la Vie), de l’information (Scic Altermondes)… Et de multiples autres expériences pourraient à juste titre figurer dans cet ouvrage…

C’est ainsi que naissent des communs ; en voici une définition possible : un commun est la construction collective d’un Tout social, économique et environnemental indissociable. Il permet à des acteurs de la société civile, associés éventuellement à des acteurs institutionnels publics ou privés, de gouverner ensemble : des territoires plus ou moins importants de ressources naturelles vitales / les productions qui en sont issues / la destination des bénéfices collectifs, non seulement financiers, mais aussi culturels, environnementaux, politiques… Une telle réalisation doit, non seulement définir ses propres règles de gouvernance démocratique, polycentrique, en réseau… mais aussi s’instituer dans des cadres administratifs, juridiques (titres de propriété…), les cadres institutionnels proposés par l’ESS : associations, coopératives…, paraissant tout à fait adaptés.

L’ESS est donc le deuxième volet de cette étude. Plusieurs exemples montrent les liens étroits qu’elle peut établir avec le processus du faire commun, cependant elle n’en a pas l’exclusivité puisque plusieurs situations évoquées font référence à des types d’organisations qui n’appartiennent pas habituellement à l’ESS (par exemple GAEC, Société en commandite par actions), mais une loi récente (juillet 2014) introduit un élargissement de la définition du champ d’action de l’ESS vers l’entreprenariat qualifié de social.

Enfin les communs ont souvent besoin de partenariats avec des acteurs institutionnels privés et publics, les plus fréquents étant des collectivités territoriales. Comment ces différents acteurs peuvent se rencontrer et co-gouverner des ressources ? Là encore l’ESS peut le favoriser avec une forme de coopérative récente : la Société coopérative d’intérêt collectif (Scic), plusieurs expériences sont présentées dans le domaine de l’alimentation, de l’énergie renouvelable…

Reste une question importante : ce concept de COMMUN peut-il participer à la reconstruction d’ un récit politique fort appauvri et à la recherche de sens ? Pour Pierre Dardot et Christian Laval un tel projet « ne peut se concevoir qu’articulé à de pratiques de nature très diverses, économiques, sociales, politiques, culturelles.. À la condition que des lignes de forces communes finissent par se dégager suffisamment à la faveur de liens entre les acteurs de ces pratiques; une « signification imaginaire » peut finir par cristalliser et donner sens à ce qui semblait jusqu’alors n’être que des actions ou des prises de position dispersées, disparates, voire marginales » .

______________________________________

Sommaire

L’introduction évoque le passage tourmenté d’un siècle à l’autre…, mais avec une ouverture possible vers les communs

Quatre chapitres

  1. Économie sociale et solidaire et communs : fondements de l’ESS ; un commun défini comme une construction sociale plutôt que comme un bien
  2. Communs dans la gouvernance de l’eau, de terres arables et de l’alimentation
  3. Pastoralisme en communs dans les montagnes de Tarentaise
  4. Sociétés coopératives d’intérêt collectif (Scic) : un modèle d’organisation pour les communs

La conclusion émet l’hypothèse que cette stratégie des communs pourrait participer au renouvellement d’un récit politique qui, polarisé sur les taux de croissance, les marchés financiers et la sécurité, n’arrive plus à mobiliser des citoyens en manque de perspectives. Et elle propose, nouvelle utopie peut-être, la création de ‘’l’impôt mondial alternatif des communs’’ prélevé à la source des revenus et destiné au développement partout dans le monde de communs territoriaux consacrés aux ressources naturelles vitales, ce serait aussi l’un des moyens pour agir localement contre le réchauffement climatique.

_________________________________________

Les auteurs :

  • Pierre Thomé a travaillé dans l’action sociale.  A déjà écrit : Créateurs d’utopies. Démocratie, autogestion, économie sociale et solidaire (2012, éd. Yves Michel)
  • Jean Huet (chap.4)  A écrit : Vers une gestion coopérative de l’eau (2014, éd. Fondation Gabriel Péri)
  • Christian Laval (préface) est professeur de sociologie à l’université Paris Ouest Nanterre-la Défense. Dernier ouvrage paru (avec Pierre Dardot) : COMMUN. Essai sur la révolution au XXIe siècle (2014, éd. La Découverte)

________________________________________________

Où se procurer le livre ?