Homo sapiens dans le buisson du vivant

Téléchargement du texte (Pdf)


“Qui ne sait pas d’où il vient, ne sait pas où il va”, Victor del Árbol, 2006

  • LE BIG BANG
  • LE VIVANT
  • LE BUISSON DU VIVANT
  • UNE PLANÈTE INACHEVÉE
  • HOMO SAPIENS ET SES COUSINS LES SINGES
  • TOUMAï, LUCY et TURKANA BOY
  • DE HOMO HABILIS À HOMO SAPIENS
  • RÉFÉRENCES

Avant d’aborder la démesure d’Homo sapiens, deuxième volet de la trilogie “Effondrement | Hubris | Alternatives”, il me semble utile d’ouvrir une page de l’histoire de la Terre et de l’humanité pour tenter de repérer comment a pu se développer l’étrange paradoxe d’Homo sapiens : intelligence créative d’une part, pouvoir et violence démesurés d’autre part. Ce paradoxe ne semble pas être d’origine et il est le propre d’une seule espèce devenue invasive parmi celles vivant sur la planète Terre, un jour peut-être découvrira-t-on d’autres galaxies avec des planètes habitées où les façons de vivre seraient différentes des nôtres, allez savoir !

En attendant, les découvertes relativement récentes faites par de nombreux chercheurs astrophysiciens, biologistes, historiens, archéologues… permettent de se faire une meilleure idée de la grande complexité systémique de l’Univers d’une part, de la planète Terre et de ses habitants d’autre part. Depuis peu en effet, « l’archéologue dispose d’une palette presque infinie de moyens d’investigation. Les instruments de la physique et de la chimie modernes lui ont permis d’inventer des méthodes de datations absolues qui viennent compléter les chronologies relatives obtenues par la stratigraphie. Le recours aux techniques de la biologie moléculaire ouvre des perspectives immenses pour la compréhension de l’histoire des populations anciennes » [Alain Schnapp, 2018]. Ces “antiquaires” explorent, creusent, observent avec beaucoup de patience pour nous éclairer sur la préhistoire et l’histoire d’Homo sapiens, ainsi nommé dans son sens générique : humus, la terre, étant la racine latine d’homo, et sapiens se traduisant par sage, intelligent…

Cette exploration, à l’échelle des temps géologiques puis humains, s’inspire de la façon dont l’historien Patrick Boucheron procède : « renouant avec l’élan d’une historiographie de grand vent […] L’entrée par les dates permet d’évoquer des proximités pour les déplacer, ou au contraire de domestiquer d’apparentes incongruités […] de susciter le désir et l’inquiétude, ces deux moteurs du voyage ». Ce qui permet d’envisager une histoire globale “fabrique de la mémoire” [2017] dans laquelle le désir d’une humanité radieuse et l’inquiétude pour l’avenir de la planète Terre, deviennent les moteurs d’un voyage d’abord planétaire puis beaucoup plus terre-à-terre. Ce récit loin d’être exhaustif, doit cependant permettre de se rendre compte qu’Homo sapiens est un simple soupir dans la frise chronologique de l’univers et de la planète Terre : « la présence de l’homme occupe un espace si ténu que c’en est fascinant et troublant, un soupir dans les temps géologiques! » [Monica Sabolo 2017].

LE BIG BANG

Tout aurait commencé il y a quelques milliards d’années avec ce qu’il est généralement admis de nommer le Big Bang, sauf bien entendu si l’on se réfère au créationnisme. Mais parler de commencement est déjà inexact puisqu’on ne sait rien sur un possible avant sinon de façon purement imaginaire dont la croyance en dieux : « Pourquoi faudrait-il qu’il y ait une origine à l’univers ? Cette idée n’a pas d’encrage réel, et dire qu’il n’y avait rien avant le Big Bang n’a pas de sens, quelles preuves a-t-on d’un néant ? Et on préfère croire plutôt que dire : on ne sait pas ! » [Hubert Reeves, 2020]

echelle temps geo

Le Big Bang, daté sans trop de contestations vers 13,7 milliards (Ga) d’années, ne signifie pas nécessairement le début de l’Univers qui garde une part de mystère et butte, peut-être même pour l’éternité, sur le réputé mur de Planck, « auquel sont associées une énergie, une longueur et une durée ; il représente ce qui nous barre aujourd’hui l’accès à l’origine de l’univers, si origine il y a eu. Il incarne en effet la limite de validité ou d’opérativité des concepts de la physique que nous utilisons : ceux-ci conviennent pour décrire ce qui est passé après lui, pas ce qui a eu lieu avant lui ; ainsi nos représentations habituelles de l’espace et du temps perdent toute pertinence en amont du mur de Planck » [Étienne Klein, 2013].

En fait le Big Bang ne conclut en rien la recherche sur l’origine de l’Univers, à supposer qu’il y ait eu un début! Il s’agit d’un modèle théorique puisque « l’expérience est non observable. La naissance de l’Univers n’a eu lieu qu’une fois ! Il est impossible de refaire l’expérience […] (alors que) le protocole opératoire de la physique consiste à tenter d’inférer des lois à partir de l’observation de régularités lors de la réitération d’expériences similaires. […] Cette histoire est notre histoire. Elle est ce qu’on croit être le moins mauvais récit de nos origines. Elle est le cadre dans lequel se déploie ou se déplie notre physique. […]  Elle ne s’achève pas ici » [Aurélien Barrau, 2019].

Le Big Bang est donc simplement, si l’on peut dire, un marqueur hypothétique signifiant le point de départ de l’expansion dynamique de l’Univers en perpétuelle évolution, et là on entre dans le domaine de l’observable. D’abord magma sans cohérence, il a fallu neuf milliards d’années pour que celui-ci se structure avec la formation de galaxies (dont la Voie lactée) puis de systèmes composés d’étoiles et de planètes dont la constitution provient de la collision de poussières (surtout du fer) issues de la Voie lactée : les nuages moléculaires. L’assemblage de la planète Terre aurait duré entre 15 et 30 millions  (Ma) d’années, cette datation est imprécise car controversée. La Terre peut nous paraître grande mais en fait à l’échelle de l’Univers elle est loin de l’être : 13.000 km de diamètre, comparativement : 3 500 km pour la Lune, 120 000 pour Saturne, 1 400 000 pour le Soleil, 3 800 000 pour Véga… [source : Science & Vie, 10 avril 2020].

À ses débuts la Terre est une boule de feu avec une température estimée à 4 700 degrés. Puis, en quelques millions d’années, elle se refroidit sensiblement, ce qui rend peu à peu possible l’apparition : de l’eau, des premières bactéries et enfin de l’indispensable photosynthèse (vers 2,5 Ga), permettant le remplacement dans l’atmosphère de la tendance dominante méthane par la tendance actuelle majoritairement azote et oxygène. Désormais le vivant peut prendre son essor, se développer en traversant de monumentales périodes de crise type extinctions massives ; cinq ont été recensées à partir d’environ  450 Ma, la plus importante étant celle du Permien-Trias il y a  250 Ma d’années ; la plus connue étant la cinquième vers 65 Ma, à l’origine de la disparition d’une grande partie des dinosaures. La sixième, dite de l’anthropocène, serait en cours. « À chaque fois, ces extinctions ont permis l’émergence de nouvelles formes de vie, toujours plus diverses et florissantes. Les extinctions massives jouent donc un rôle déterminant dans la diversification des formes vivantes » [Christophe Magdelaine, 2019]. Lors de ces crises certaines espèces de vertébrés ont réussi à les traverser avec une grande faculté d’adaptation, c’est le cas par exemple de la tortue apparue il y a 210 Ma, et elle est toujours là ! Il suffit donc de partir à point, avec cependant aujourd’hui une arrivée risquée car sous la menace du prédateur Homo sapiens, pourtant bien plus jeune et très petitement installé tout en bas de l’échelle : 0.002 % de l’ensemble ou 0.009 % du temps du vivant. Une autre manière de représenter la place d’Homo sapiens est d’imaginer une journée de 24 heures débutant par le Big Bang à 00 : 00 : 00, apparaissent ensuite :

  • le système solaire (dont la Terre) à 15 : 56 : 30
  • l’eau à 16 : 28 : 02
  • le vivant à 17 : 46 : 52
  • la faune et la flore à 23 : 07 : 27
  • les premiers homininés à 23 : 59 : 16
  • et enfin Homo sapiens à 23 : 59 : 58.

Dans ces 24 heures, Homo sapiens a deux secondes d’existence, ce qui est bien le temps d’un soupir ! Il devrait y réfléchir avec une bonne dose d’humilité et se demander « Pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien ? Pourquoi existons-nous ? Pourquoi cet ensemble particulier de lois et pas un autre ? Nous affirmons qu’il est possible de répondre à ces questions tout en restant dans le domaine de la science et sans recourir à aucun être divin » [Stephen Hawking, Léonard Mlodinow, 2011].

ciel etoileSi nous sommes-là, la tête dans les étoiles et les pieds sur terre, c’est avant tout grâce à des molécules complexes qui se sont constituées à partir d’atomes également complexes, tel le carbone. Ces atomes ne se forment qu’au sein des très grosses étoiles, et pour que l’on trouve du carbone un peu partout dans l’univers, il est nécessaire que ces étoiles aient explosé en fin de vie pour se disséminer. L’apparition de la vie sur terre est donc liée à au moins une génération d’étoiles précédées d’autres étoiles ayant vécu le temps d’une vie d’étoiles (de l’ordre de dix milliards d’années pour une étoile tel le soleil) et devenues elles-mêmes « poussières d’étoiles » : « Du chaos initial issu du Big Bang, le jeu subtil des lois de l’univers tire une succession de structures toujours plus délicates et complexes : particules, atomes, molécules, cellules, êtres vivants, puis pensants : tous les fruits de la gestation cosmique » [Hubert Reeves, 2008].

Une découverte récente permettrait de faire la connaissance de la toute première molécule post Big Bang : « Une molécule ionisée formée à partir de l’hélium suggérait une solution à l’énigme de la formation des premières étoiles. On vient de montrer que cette molécule pouvait effectivement se former dans des conditions similaires à celles régnant au moment où les premiers atomes neutres ont commencé à naître, 380 000 ans après le début du cosmos observable. Cette molécule pourrait même avoir été la première à se former à ce moment-là ». [Laurent Sacco, 2019]

Bien que l’exploration de l’Univers soit loin d’être achevée, elle permet cependant de mieux comprendre notre existence cosmique : si nous sommes sur Terre, c’est que des lois physiques et chimiques planétaires l’ont rendu possible, et la place de la Terre est de l’ordre de l’idéal  : « sa distance au Soleil est très exactement ce qu’il faut pour que l’eau puisse être en surface aussi bien liquide que solide ou gazeuse ; un peu plus près, elle n’était que vapeur, un peu plus loin, que glace » [Albert Jacquard, 1991]. Toutefois, de tout temps, les légères modifications de son axe de rotation (Cycles de Milankovitch) peuvent entraîner d’importantes variations climatiques sur de très longues périodes, avec alternance de périodes glaciaires, d’une durée de 80 000 à  100 000 années avec baisse du niveau des mers, jusqu’à -120 m, et interglaciaires, plus courtes et bien plus chaudes, remontée du niveau des mers due à la fonte des glaces et au réchauffement d’une partie du permafrost (ou pergélisol) qui en dégelant délivre de grandes quantités d’eau, mais aussi de méthane (gaz à effet de serre hyper actif). Entre – 18 000 et -15 000 ans, la Terre est de nouveau entrée dans une période interglaciaire toujours en cours, mais, fait nouveau, depuis plus de deux siècles le facteur climatique de l’activité humaine modifie des données naturelles avec le risque majeur d’un dérèglement accéléré et d’envergure.

LE VIVANT

adn_origine-vie_cnrsExtraordinaire a été le passage de l’inerte au vivant il y a environ 3,5 milliards d’années. Ce grand récit demeure en partie énigmatique rendant complexe une définition scientifique de la vie bien que ses indispensables composantes sont connues : l’eau (là où elle a débuté et toute chose vivante en contient), l’oxygène, le carbone (atome basique fondamental), la cellule. Mais comment s’opère vraiment la transition du physico-chimique au biologique, comment s’élabore les « structures macromoléculaires complexes telles que les protéines, l’aptitude à mobiliser l’énergie nécessaire à la synthèse et au maintien de cette organisation, la capacité à se reproduire ou se multiplier plus ou moins à l’identique… […] Auto-organisation, métabolisme, reproduction et évolution forment ainsi le socle sur lequel repose la plupart des définitions actuelles de la vie » [Christophe Malaterre, 2008]. Capacité à se reproduire, certes, mais aussi à mourir, relation absolument indispensable pour que la vie puisse continuer : « L’être vivant apparaît, s’accroît, décline et meurt, [c’est] le tourbillon vital » [Claude Bernard, 1878]. Mais il arrive que ce tourbillon vital soit remis en question et certains, généralement fortunés, envisagent de le contourner pour être moins mortels, et pourquoi pas immortels. Ray Kurzweil, directeur de la logistique chez Google, est l’un des chantres les plus connus de ce qui est désormais appelé le “Transhumanisme” ou “Homme augmenté”, vaine utopie ou dystopie ? Nous en reparlerons.

LE BUISSON DU VIVANT

La phylogénétique (généalogie des espèces) du vivant est complexe et il m’est impossible de l’expliciter ici en détail. Ce sont sans doute les travaux du biologiste Carl Woese qui ont permis de mieux la comprendre. Il a introduit les archées comme corps intermédiaires entre les bactéries et les eucaryotes, ces trois domaines formant une sphère avec en son centre l’ancêtre commun universel LUCA (Last Universal Common Ancestor). On doit au Musée des Confluences à Lyon une fort belle sculpture de Samba Soussoko “Le Buisson du vivant”, métaphore annotée par Pierre Thomas (géologue ENS Lyon).

buisson du vivantLe vivant est parfois représenté sous forme d’un arbre, ce qui tend à établir une hiérarchie avec Homo sapiens au sommet, alors que « Représenter l’arbre du vivant comme un buisson sphérique porte un message : de même qu’il n’y a aucun point privilégié à la surface d’une sphère, il n’y a aucun rameau particulier ou privilégié dans ce buisson du vivant. Le trajet qui va de LUCA à Homo Sapiens (trajet surligné en rouge par anthropocentrisme) n’a rien de plus ni rien de moins que les millions d’autres, ceux allant de LUCA à Saccharomyces cerevisiae, ou de LUCA à Deinococcus radiodurans, par exemple » [Pierre Thomas, 2015]. Les trois domaines du buisson interférent entre eux, et au fil du temps de multiples rameaux naissent, se développent, et meurent…, rien n’est définitivement figé, le vivant étant à la fois création et destruction.

Le monde animal vertébré apparaît chez les eucaryotes, là où la biologie se complexifie et conduit, certainement pas de façon linéaire, vers le rameau des hominoïdes, puis vers celui des homininés, enfin vers celui du genre Homo. Si ce dernier rameau n’est pas à privilégier plus qu’un autre, il va falloir cependant l’isoler pour développer ses différentes branches. Et, de façon plus symbolique, l’histoire révèle qu’Homo sapiens, seule branche homo à demeurer vivante, à partir du moment où il a pu se dire “je pense donc je suis”, va tout faire pour chercher à se distinguer dans tous les sens du terme : se rendre différent, se montrer, s’élever au-dessus des autres…

UNE PLANÈTE INACHEVÉE

trappLes cinq extinctions déjà évoquées, ont eu pour principale cause une activité volcanique massive s’étalant sur plusieurs milliers d’années. De nombreux trapps en sont les témoins ; il s’agit de dépôts de roches basaltiques pouvant aller jusqu’à 12 000 mètres d’épaisseur répartis sur de grandes superficies (par exemple les trapps du Deccan sont équivalents à la surface de la France). Ces éruptions étaient très toxiques par rejets massifs de gaz carbonique et de méthane provoquant une disparition importante de la biodiversité, et une pollution des océans par une surabondance de métaux lourds (antimoine, arsenic, mercure…) générant leur appauvrissement en oxygène. Ces imposantes catastrophes dans l’histoire de la Terre pourraient-elles se produire de nos jours avec une telle ampleur ? Rien ne s’y oppose et tout demeure possible y compris de la part de volcans éteints tels ceux du Massif Central !

Les grandes catastrophes, volcaniques ou autres, conduisent souvent à des mythes dans lesquels Homo sapiens est mis en accusation pour cause de comportements déviants : violence guerrière, corruption, abus de pouvoir, hédonisme sans limite… et les dieux punissent ces débordements parfois dans l’anéantissement. Ce qui donne lieu à de grands récits mythologiques : le Déluge a déjà été évoqué dans “Critique de l’effondrement”, on peut ajouter par exemple, l’Atlantide, ce continent supposé disparu relaté par Platon dans ses Dialogues  Timée et Critias. “La Nuit des temps” de René Barjavel, roman de science-fiction dans lequel des savants explorateurs découvrent en Antarctique, sous 900 mètres de glace, les traces d’une ancienne civilisation vieille de 900 000 ans ! Ces mythes, tendance catastrophe souvent liée à une réprobation divine, cherchent à expliquer l’inexplicable et à conjurer une possible désespérance du connu, manière aussi pour Homo sapiens de se réassurer de ses errements déraisonnables ?

Si les extinctions massives mettent à mal la biodiversité, elles n’ont cependant jamais conduit à une disparition totale du vivant, puisque chaque fois, dans une étonnante dynamique, la biodiversité s’est renouvelée avec une faune et une flore souvent différentes et génétiquement enrichies. En serait-il de même aujourd’hui si l’on admet que la sixième extinction est en cours de façon beaucoup plus rapide que les précédentes du fait de l’activité humaine ? « Les extinctions d’espèces sont des étapes naturelles de l’évolution de la biosphère. Elles permettent l’émergence et la diversification de nouvelles formes par libération des biotopes [bases des écosystèmes]. Mais aujourd’hui, pour la première fois dans toute l’histoire de la vie depuis son apparition, une espèce, l’Homo sapiens, modifie les processus naturels et cause l’extinction en masse d’autres espèces » (Sylvie Crasquin, 2009]. Que va-t-il se passer dans un processus naturel qui s’étale généralement sur plusieurs millions d’années mais qui, actuellement, se trouve projeté en hyper accéléré sur un peu plus de deux siècles ? Personne n’est en mesure de vraiment le prévoir sinon de façon tout à fait hypothétique ou prophétique ;il en va de même pour un retour possible à une période glaciaire dans X années.

Cette capacité de renouvellement de la biodiversité interroge l’expression “monde fini” devenue courante en particulier dans le langage des auteurs traitant de la décroissance : « Celui qui pense qu’une croissance exponentielle peut continuer indéfiniment dans un monde fini est soit un fou, soit un économiste » [Kenneth Boulding, 1989]. Cette fin serait cependant à préciser : fin du monde, fin d’une époque, fin d’un modèle ? Ou bien plus sûrement fin des réserves en ressources fossiles, par exemple il resterait en consommation constante : ≈50 ans pour le pétrole et ≈60 pour le gaz,(source : Science et vie 15 avril 2020) soit deux générations, ce qui est peu. Cette réalité incontournable va obliger Homo sapiens à revoir complètement ses sources d’énergie et les façons de les utiliser.

La fin de l’ère de l’énergie fossile ne signifie pas pour autant que la construction de la Terre est achevée, puisque, au même titre que l’univers, elle bouge et se modifie en permanence, les éruptions volcaniques, les tremblements de terre, les tsunamis en sont des témoins actifs. Notre regard limité de terriens peut donner l’impression d’une géographie immuable des continents, ce n’est qu’une apparence. Ceux-ci se sont en effet regroupés à plusieurs reprises, par exemple avec le Gondwana (600 Ma), ou le supercontinent de la Pangée (300 Ma), puis séparés à partir de – 160 Ma en évoluant vers l’actuelle configuration tout en continuant à dériver, ce qui fait que l’Australie se rapproche de l’Asie et que le continent africain pourrait se séparer de sa corne à l’Est… Donc au lieu d’évoquer une finitude, il semble préférable de parler changements et limites : limite des ressources fossiles, limite des surfaces habitables et cultivables, limite du peuplement, limite de la croissance…, puisque « Pour l’humanité il n’y a pas d’ailleurs. […] Les hommes ont pu longtemps raisonner comme s’ils ne rencontraient pas de limites. Aujourd’hui, ils doivent constater qu’elles existent bel et bien, et que, dans de nombreux cas, ils les ont atteintes » [Albert Jacquard, 1991].

Peut-on prendre la mesure du vivant, qu’est-ce qu’il représente sur terre ? En 2017 aux États-Unis, trois scientifiques ont cherché à évaluer le poids de la masse carbone du vivant, “The biomass distribution on Earth”.

poids biomasse_1Le poids total de la biomasse carbone, indépendamment de la teneur en eau, est de 545 gigatonnes-carbone (GtC), se répartissant ainsi (principaux résultats) : végétal 83 % ( 450 GtC), bactéries 13 % (70 GtC), virus inclus ici dans le vivant 0,04 % (0,2 GtC), monde animal 0,4 % (2 GtC) dont les humains (0,06 GtC), ces derniers ne représentant que 0,01 % du total [rapport complet en anglais. Cf. également Pascal Combemorel, Planet-Vie | 2018]. C’est une nouvelle confirmation de la toute petite place occupée par Homo sapiens dans le système terrestre, il ne fait guère le poids dans la biomasse, y compris comparativement aux virus.

Supernova_SN_2005

supernova SN 2005ke vue depuis le télescope spatial Swift

L’avenir biologique et géologique de la Terre n’est guère prévisible sur du long terme et la seule certitude que nous ayons est celle de l’évolution de l’astre solaire qui en explosant, destinée de toute étoile, deviendra d’ici quelques milliards d’années une supernova, ce qui mettra fin à toute vie sur la Terre si celle-ci existe encore. D’ici là, Homo sapiens tiendra-t-il le coup, aura-t-il su continuer à bénéficier des apports génétiques et culturels du “buissonnement” sans rechercher à tout prix à en modifier le cours ? « Notre vision de l’évolution de l’homme a évolué. Quand, dans les années 1960, j’ai commencé à étudier les plus anciennes formes préhumaines et humaines, il était admis que leurs fossiles étaient ceux de nos ancêtres. On pensait alors que plus un fossile préhumain était ancien, plus l’animal associé ressemblait à un grand singe. Or le registre fossile montre aujourd’hui que, à de nombreuses reprises dans le passé s’étendant de quatre à un million d’années, plusieurs espèces préhumaines et humaines ont foulé en même temps le sol de la planète » [Bernard Wood, 2014].

HOMO SAPIENS ET SES COUSINS LES SINGES

Dans le buisson du vivant par quels chemins, dans le temps et l’espace, Homo sapiens a fini par se retrouver le seul vivant de son genre ? « Aussi loin que nous remontions dans notre longue histoire évolutive, nous constatons la coexistence de plusieurs espèces humaines […]. Il en était encore ainsi au temps des premiers hommes, il y a deux millions d’années, comme auparavant, au temps des australopithèques, il y a plus de trois millions d’années, voire aux origines de notre lignée » [Pascal Picq, 2016].

darwin1Il est désormais reconnu qu’Homo sapiens appartient à la famille des grands singes et n’en descend pas, c’est pourquoi des auteurs l’appellent Singe dans leurs écrits : « avec une majuscule initiale, métaphore qui qualifie l’acteur principal de cette odyssée, la collectivité humaine » [Laurent Testot, 2017], voulant ainsi marquer notre appartenance à un rameau commun datant d’à peu près 40 millions d’années. En 1859, Charles Darwin, avec la publication de L’origine des espèces au moyen de la sélection naturelle, démontre que finalement nous sommes singes et non créatures divines : « Nous pouvons au moins aller aussi loin par rapport au monde matériel, pour apercevoir que les faits ne se produisent pas par une intervention isolée du pouvoir divin, se manifestant dans chaque cas particulier, mais bien par l’action de lois générales ». Darwin a bouleversé l’opinion et ses représentants religieux, ce qui aurait fait dire à la femme de l’archevêque de Worcester : « Ainsi, l’homme descendrait du singe ! Pourvu que cela ne soit pas vrai. Mais si cela devait l’être, prions pour que cela ne se sache jamais ! » [cité par Pascal Picq, 2017].

Grâce à de nombreuses découvertes archéologiques et biologiques, de nombreux chercheurs ont brillamment prolongé les recherches de Darwin, dont Michel Brunet, Yves Coppens, Jean-Jacques Hublin, Pascal Picq et Laurent Testot, qui me sont apparus comme les plus accessibles. Cette longue histoire me semble être celle d’une vaste cousinade rassemblant les trois grandes familles homininés présentées dans le tableau ci-après, avec comme plus proche cousin d’Homo sapiens le chimpanzé au génome identique à 98,8 %, ainsi « notre humanité réside dans 1,2 % de nos gènes. Il fallait être homme pour classer l’espèce humaine dans une autre famille que le chimpanzé » [Jean-Jacques Hublin, 2008]. 1,2 % c’est bien peu, pourtant ce pourcentage a permis, et continue de permettre à Homo sapiens de se distinguer : “faire l’homme” avec plus ou moins d’intelligence, plutôt que “faire le singe”, ou bien encore les deux à la fois ?

buisson homoDans ce tableau ne figurent que les lignées les plus significatives ; la marge d’erreurs dans l’échelle du temps peut être à +/- 100 000, jusqu’à Homo erectus, ensuite elle se réduit. Ces données sont à lire avec prudence, car pratiquement chaque année de nouvelles découvertes peuvent sensiblement modifier l’Histoire. En l’état actuel de la recherche, la séparation du genre “Homo” avec les autres grands singes (panina, gorilles…) aurait débuté il y a environ sept millions d’années en Afrique du Sud, de l’Est (vallée du grand Rift) et un peu plus au Nord (Tchad).

Comment s’est opérée dans le temps et l’espace la structuration corporelle, cérébrale et cognitive d’un grand singe, parmi d’autres hominoïdes, aboutissant à Homo sapiens ? De grandes inconnues demeurent dans ce long processus, il semble cependant admis que les importants changements climatiques (alternance glaciation/ interglaciaire) ont eu beaucoup d’influence, transformant en savane sur de longues périodes des pans entiers de la forêt tropicale. Ce qui aurait poussé plusieurs grands singes à passer progressivement de la quadrupédie à la bipédie pour pouvoir se déplacer à terre. Leur morphologie s’est adaptée au fur et à mesure : les pattes avant deviennent bras en se raccourcissant, la taille augmente, la boite crânienne se développe, le cerveau prend du volume, la mâchoire et la dentition se transforment pour arriver à mastiquer de nouvelles nourritures dont la viande crue. À terme, le genre homo va perdre la faculté de se mouvoir avec agilité dans la canopée des forêts encore existantes, là où les singes continuent à se nourrir avec des fruits et du feuillage, mais aussi à trouver refuge pour se protéger de prédateurs carnivores. Toute la lignée Homo est ainsi confrontée à la recherche de nouveaux moyens pour enrichir sa nourriture afin de répondre à une demande d’énergie corporelle accrue par plus de mobilité et par le fonctionnement d’un cerveau (utilisateur de 25 % de l’énergie corporelle) de plus en plus volumineux. Cela peut paraître relativement logique et simple, mais plusieurs millions d’années ont été nécessaires, avec nombre d’accidents de parcours, pour qu’Homo sapiens commence à exister en Afrique vers l’an 300 000 avant notre ère. Des figures emblématiques jalonnent cette histoire.

TOUMAÏ, LUCY et TURKANA BOY

erg_djourabLe crâne de Toumaï, “Espoir de vie” en langue Gorane, a été découvert en 2001 au Tchad dans la région devenue en grande partie désertique du Djourab. C’est une équipe de paléontologues Tchadiens et Français dont Michel Brunet qui est à l’origine de cette rencontre. L’examen attentif du crâne a permis de le dater avec précision. Ces travaux conduisent à faire de Toumaï un membre éminent de la grande famille des Sahelanthropus tchadensis et il devient l’emblème des homininés. Cette place est cependant controversée car pour l’instant il est impossible de vraiment savoir si Toumaï se déplaçait debout. Si tel était le cas, le critère bipédie n’est cependant pas suffisant pour en faire le premier porte-parole de la lignée homininés puisqu’il arrive que certains grands singes l’utilisent pour se déplacer au sol : « La bipédie n’est donc pas une évolution mais un trait commun à tous les hominidés. Cette faculté n’est pas utilisée par tous à la même fréquence, mais elle est commune. […] Chez les hominidés, cette aptitude s’est amplifiée au fur et à mesure du temps pour devenir chez les hommes modernes l’unique moyen de locomotion, ce n’est donc pas un trait de différenciation » [Yvette Deloison, 2009]. Un fémur a bien été trouvé auprès du crâne mais on ne sait pour l’instant s’il appartient à Toumaï. Pour autant Michel Brunet argumente qu’un fémur ne peut en aucun cas contredire ses conclusions : « La capacité crânienne de l’ordre de 360-370 cm³, équivalente à celle des chimpanzés actuels, la denture […], la face relativement raccourcie et la base du crâne (avec un trou occipital en position déjà très antérieure et une face occipitale très inclinée vers l’arrière), montrent que l’hominidé tchadien appartient bien au rameau humain, et non à celui des chimpanzés ou des gorilles » [2005]. Précisons que Toumaï mesurait ≈1,20 m, et pesait ≈30 kg.

HadarUn peu plus tôt, en 1974, Lucy était entrée dans le pinacle des grandes découvertes de la paléontologie. Elle a vécu vers l’an 3 200 000 avant notre ère dans une tribu d’homininés de la famille des Austrolopithecus. Elle est donc bien plus jeune que Toumaï. Cette découverte en Éthiopie par des chercheurs (dont Donald Johanson, Maurice Taieb et Yves Coppens) qui étaient fans des Beatles, d’où le nom de Lucy en référence à la chanson “Lucy in the Sky with Diamonds” ! Cette découverte d’ossements constituant la moitié du squelette de la même personne introduit le genre féminin ; car avant Lucy, il n’était question que de l’homme, et « Là, tout d’un coup, la femme surgit sur le terrain » [Claudine Cohen. 2003], ce qui fait peut-être de Lucy la toute première féministe ! Toutefois son genre serait sujet à caution, ce qui n’empêche pas qu’elle « demeure la figure ancestrale de l’humanité alors que la découverte de Toumaï lui a ôté le privilège de l’antériorité » [Claudine Leduc, 2006]. Lucy mesure 1,10 m et pèse 30 kg, sa capacité crânienne de 450 cm3 est plus importante que celle de Toumaï. Les australopithèques « ne se sont pas encore totalement libérés du milieu arboricole […] ils consomment surtout des fruits et des pousses produits par des buissons et des arbres. […] [Leurs mains] possèdent des caractéristiques anatomiques et biomécaniques qui indiquent une capacité à la saisie de précision [Jean-Jacques Hublin, 2018]. Lucy n’a vécu que vingt-cinq ans et serait morte des suites d’une chute du haut d’un arbre, avec fracture symptomatique de l’humérus droit. On fera de cette chute le symbole de la bipédie qui va progressivement conduire certains hominoïdes à perdre de leur habilité à se mouvoir dans les arbres tout en gagnant en mobilité et en habileté manuelle.

lac_turkanaEn 1984, Turkana Boy est découvert au Kenya où il a vécu il y a 1,8 Ma à proximité du lac Turkana dans la vallée du grand Rift. Son squelette, presque complet, n’a pas vraiment permis de fixer son âge avec précision, entre 10 et 12 ans suivant les experts.  En revanche il n’y a aucun doute pour sa taille et son poids : 1,60 m. 50 kg, avec des jambes plus longues et des bras raccourcis. Il appartient à la lignée Homo erectus, son corps ressemble de plus en plus au nôtre et ne permet plus de déplacements acrobatiques dans les arbres. Son volume crânien, 880 cm3, commence à être important, avec développement des aires pariétales et temporales dédiées au langage, et du front, siège du cerveau social.

Toumaï, Lucy, Turkana boy et leurs tribus respectives étaient certainement loin d’imaginer d’où ils venaient et ce qui allait advenir de leur descendance. Leur cheminement va aboutir à un être qui, en prenant conscience de lui-même, c’est-à-dire “savoir que l’on sait”, va acquérir la capacité de se penser, de penser les autres, d’imaginer, de modifier le cours des choses, du moins en partie…

À la fin de la période allant de 2,5 à 1,8 Ma, la nombreuse famille des australopithèques, pourtant bien implantée du Sud au Nord Est de l’Afrique, va progressivement s’éteindre, faute peut-être d’une adaptation aux changements climatiques alternant glaciations et périodes interglaciaires : « Après la Grande Coupure, le climat de la terre s’est considérablement refroidi, au point de parler des âges glaciaires. Cette tendance générale n’est ni linéaire ni régulière. L’histoire évolutive des hominoïdes suit ainsi ces fluctuations climatiques et environnementales, se déployant avec succès dès qu’une période plus chaude favorise l’expansion des forêts, en proie aux plus grandes menaces quand les milieux forestiers régressent aux cours des périodes plus froides » [Pascal Picq, 2016].

Cette disparition laisse place libre au genre Homo, sans doute plus résistant aux fluctuations climatiques. Plusieurs lignées vont se succéder, avec des temps communs, et avec chaque fois une nécessaire amélioration des capacités physiques et intellectuelles pour mieux s’adapter aux changements survenant dans l’environnement.

DE HOMO HABILIS À HOMO SAPIENS

Habilis est le premier grand singe australopithèque reconnu à ce jour comme fondateur du genre Homo. Un peu plus de deux millions d’années ont été nécessaires pour parvenir à Sapiens qui va gagner : 45 cm en taille, 35 kg en poids et autour de 1.000 cm3 en volume crânien, alors que son cousin chimpanzé a peu évolué au fil du temps (aujourd’hui : 1,20 m, 55 kg et 450 cm3)

frise homo

Source : Hominidés.com

En l’état actuel de la recherche anthropologique, il ressort qu’Homo erectus est à l’origine d’un grand tournant de l’Histoire. Avec 1 000 cm3 de boîte crânienne il franchit un seuil symbolique, en a-t-il pris la grosse tête ? En tout cas, si la taille du cerveau n’induit pas nécessairement l’intelligence, la multiplication des neurones et la complexification de l’encéphale ont cependant permis au genre Homo de développer un processus complexe de conscientisation. Cela s’est traduit dans plusieurs événements-clés dont le seul moteur est la nécessité vitale de s’adapter à un environnement changeant, références morales et politiques n’ayant encore aucun sens. Découvrons-les grâce aux chercheurs déjà cités, et puisque tous les modes de vie d’Homo erectus n’ont pas laissé de traces observables, il y a inévitablement une part d’interprétation, ce dont par exemple Yuval Noah Harari est friand [2015].

Homo erectus devient entrepreneur : il apprend à modifier la forme des objets en taillant la pierre pour parvenir à des silex bifaces pour trancher, racler… et en utilisant le bois pour en faire des massues, puis des javelots aux pointes en os ou en pierre… : « Pour la première fois, […] un être a osé changer la nature d’un objet pour l’utiliser à son profit. Aucune autre espèce n’a pour le moment partagé cette audace […] C’est le premier signe d’une histoire culturelle. C’est un couple homme-outil qui se met en place« . Progressivement les outils s’améliorent et se diversifient, « bénéficiant chaque fois des connaissances qui avaient présidé à la fabrication des précédents » [Yves Coppens, 2006].

Homo erectus devient chasseur coopératif : quand la forêt s’éloigne, voire disparaît, quand le climat devient plus sec en Afrique lors des périodes de grande glaciation, Homo erectus doit adapter sa nourriture en devenant de plus en plus carnivore pour trouver des ressources énergétiques plus rapidement assimilables que des fruits et des plantes se faisant rares et moins riches en protéines. La viande est également une ressource alimentaire inépuisable que l’on trouve partout et en toute saison. Homo erectus est d’abord charognard, peut-être même anthropophage, mais la concurrence avec de nombreux prédateurs le conduit à apprendre la chasse qu’il pratique sous forme de battues en poursuivant une bête isolée pour l’épuiser. Ces battues, sur de longues distances, ne pouvaient être que collectives pour se relayer à la course et pour finir, encercler l’animal afin de l’achever et le transporter vers le campement.

migration_homo_sapiensHomo erectus devient explorateur : lors de changements climatiques sur de longues périodes, « plusieurs espèces s’éteignent […], certaines autres s’en vont en totalité ou en partie, d’autres arrivent et d’autres enfin se transforment sur place » [Yves Coppens, 2006]. Contrairement à d’autres rameaux, Homo erectus ne s’est pas éteint et a compris qu’il devait s’en aller, du moins une partie d’entre eux, pour continuer à vivre, devenant vraisemblablement le premier à s’éloigner de l’Afrique. Il lui fallait en effet suivre les migrations des espèces animales dans lesquelles il trouvait l’essentiel de sa nourriture et de ses vêtements. Ces mouvements migratoires ont commencé il y a environ deux millions d’années, vers l’Asie et surtout en direction du Nord de l’Afrique, actuelle Égypte; puis un peu plus à l’Est jusqu’en Géorgie (site de Dmanissi où a résidé son cousin Homo Georgicus) ; et enfin vers le Sud de l’Europe de l’Ouest (Italie, péninsule Ibérique, Périgord) non couvert de glace, mis à part le massif des Alpes dont les glaciers très épais (jusqu’à 3.000 m. d’épaisseur) peuvent s’étendre jusqu’à l’actuelle vallée du Rhône et s’arrêter au niveau de Sisteron. En période de réchauffement Homo erectus et ses cousins remontent vers le Nord de l’Eurasie et cette alternance continue, avec des retours possibles en Afrique pour de nouvelles rencontres amoureuses ou orageuses… Il ne peut être question de parler pour le moment de colonisation puisque les tribus nomades ne se fixent que temporairement sur un territoire souvent limité à une grotte et ce qui l’entoure, les espaces de chasse sont communs, le bornage, l’enclosure viendront bien plus tard.

feuHomo erectus devient Prométhée : la découverte de l’usage du feu est un événement révolutionnaire ! Révolution dans le sens d’un apport culturel, technique… de grande ampleur entraînant d’importants changements dans le monde du vivant. Homo erectus et ses concitoyens connaissent les dangers que représentent les feux de forêts et de savanes provoqués par la foudre ou les éruptions volcaniques fréquentes dans la région du grand Rift ; ils en ont peur et ne peuvent que les fuir. Pourtant vers 1,7 Ma, ils se rendent compte que si le feu détruit, il peut aussi protéger, réchauffer et ils apprennent à l’allumer eux-mêmes, la célèbre expression “On va mettre le feu !” date peut-être de cette époque… La cuisson de la viande apparaît un peu plus tardivement et les barbecues entre voisins se multiplient. Le feu rassembleur facilite la communication verbale, ce qui aurait amorcé la construction du langage symbolique.

libye 023Bien plus tard, les rituels autour de la mort vers -500 000, puis l’art rupestre vers -75 000 enrichiront la vie culturelle du genre Homo.

Ces événements, dont l’ensemble des fondements sont loin d’être tous connus, préfigurent une grande aventure humaine débutée en Afrique et en Eurasie par Homo erectus. Peu à peu Néandertal (“Premier à corder”) et Denisova prendront sa place en Europe, se rendant même en Sibérie. Ils débroussaillent ainsi le terrain pour l’arrivée d’Homo sapiens venant d’Afrique avec armes et bagages vers -40 000, il finira par les supplanter, non sans recueillir au passage quelques gènes néandertaliens. Pourquoi la lignée néandertalienne s’est-elle éteinte il y a environ 25 000 ans, alors qu’Homo néandertal semble plus costaud physiquement qu’Homo sapiens ? Toutes les hypothèses sont possibles : épidémie, famine, climat, isolement, génocide… ? Mais logiquement, elles ne pourront être vérifiées, donc à ce sujet l’Histoire en restera là. « S’il fallait résumer en quelques lignes l’histoire de l’humanité du Paléolithique, on pourrait ne retenir que deux trajectoires essentielles : d’une part, celle de la nette réduction de la diversité biologique de l’homme, dont Homo sapiens sort lauréat ; d’autre part, celle de la diversification de ses comportements et de ses pratiques culturelles, qui touche divers registres fondamentaux ; gestion territoriale, techniques de chasse… sans parler de nouvelles formes de langage avec l’art des images et l’usage des symboles » [François Bon, 2018]. Avec nos schémas de pensée contemporains, Il est difficile de se représenter le déroulement de ces événements dans le temps et l’espace. Ainsi une tribu en décidant de suivre une trace animale, n’avait déjà aucune idée de là où elle allait aboutir. Ensuite, les premiers partants n’étaient pas ceux qui parviendraient au terme de l’aventure, à supposer qu’il y en ait un, puisque ces migrations se déroulaient sur plusieurs générations. Aujourd’hui tout va beaucoup plus vite et les mobilités, pas toujours choisies, ont des destinations connues, par exemple les migrants “clandestins” atteignent, et encore pas toujours, non sans beaucoup de mal, leur objectif au bout d’un à trois ans d’après leurs témoignages. Ce qui fait qu’entre Homo erectus et Homo sapiens d’aujourd’hui beaucoup plus conscient et savant, les représentations du temps et de l’espace ont nettement évolué, ce qui ne veut pas dire pour autant que l’un et l’autre ont rétréci !

Là où nous en sommes dans le parcours du genre Homo sur quelque 100 000 générations, un fait saute aux yeux : “nous sommes tous des Africains” [Michel Brunet, 2016]. Nos ancêtres Homo erectus et Homo sapiens en venant d’Afrique, ont inauguré les mouvements migratoires incessants des millénaires qui suivront. Cette réalité est le fondement même de la Déclaration de New York pour les réfugiés et les migrants approuvée par l’ONU en 2016 : « Depuis que le monde est monde, les hommes se déplacent, soit pour rechercher de nouvelles perspectives et de nouveaux débouchés économiques, soit pour échapper à des conflits armés, à la pauvreté, à l’insécurité alimentaire, à la persécution, au terrorisme ou à des violations des droits de l’homme, soit enfin en réaction aux effets négatifs des changements climatiques, des catastrophes naturelles (dont certaines sont liées à ces changements) ou d’autres facteurs environnementaux. En fait, nombreux sont leurs déplacements qui sont motivés par plusieurs de ces raisons ». Dans les temps présents, l’incertitude qui pèse sur le monde peut rendre difficile l’acceptation de nos origines et de leur diversité, alors que l’étude de la Préhistoire et de l’Histoire conduit à reconnaître que c’est la non-migration qui demeure l’exception et qui le restera inévitablement pour toutes les raisons évoquées dans la Déclaration de l’ONU.


Une longue étape, débutée avec le Big Bang il y a 13,7 milliards d’années, nous a conduits à peu près vers l’an 30 000 avant notre ère. Peut-on en conclure que « Tout ce qui existe dans l’Univers est le fruit du hasard et de la nécessité » ? Cette citation est attribuée au philosophe matérialiste grec Démocrite (vers 400 avant notre ère) et précurseur des réputés physiciens et astrophysiciens contemporains : Aurélien Barrau, Albert Einstein, Stephen Hawking, Hubert Reeves… Ils nous permettent de mieux comprendre une relativité peu hasardeuse du temps et de l’espace dans l’Univers, et il y a une certaine logique dans le déroulement historique des grands événements que nous avons survolés jusqu’ici. L’on pourrait en déduire que “nécessité fait loi”, pourtant le pourquoi et le comment de l’élan qui a conduit à la vie, puis à l’humanité, sont encore loin d’être complètement connus.

“Nous approchons de l’instant qui serait celui de l’ultime et définitif commencement, du tout premier élément comme du tout premier humain, mais nous devons constater que plus nous croyons l’atteindre, plus il se dérobe, remplacé par un autre, plus ancien, dont il faudra trouver l’origine. Ainsi sommes-nous stimulés par toujours plus d’informations, de plus en plus précises, complexifiant nos connaissances quant à ce qui nous précède et nous a engendrés. Soumis aux aléas d’un savoir qui n’est jamais définitif, si irréprochable que soit la rigueur scientifique, pouvons-nous raisonnablement espérer un jour atteindre cet ultime commencement ? » [Musée des Confluences, 2014]

Homo sapiens, bien que minuscule dans l’Univers et ne pesant pas lourd dans la biomasse terrestre, est un maillon essentiel de cette grandiose Histoire, il est en effet le seul du buisson du vivant à pouvoir la raconter et l’expliquer. Il demeure aussi l’unique représentant du genre Homo, sans doute grâce à une faculté hors du commun d’adaptation à un environnement changeant, en particulier pour causes climatiques dues aux légères variations du mouvement orbital de la petite planète Terre autour du soleil, mais on est encore très loin des pollutions provoquées par l’activité d’Homo sapiens ! Pour se nourrir ces changements l’obligent à bouger en suivant les déplacements lointains des espèces animales dont la viande riche en protéines, devient la base de son alimentation, mais pourra-t-elle le rester ?

Chasseur-cueilleur, il demeure encore bien intégré au buisson du vivant dont il suit les rythmes naturels sans chercher à en changer le cours, sinon peut-être quand il devient entrepreneur et modifie la nature de certains objets (pierre, bois, ossements…) et quand il commence à découvrir tout l’intérêt que représente la domestication du feu, véritable révolution préfigurant d’autres à venir. Il a encore beaucoup à découvrir, à apprendre, à créer… mais pas toujours en “sapiens”…, c’est ce que nous aborderons dans un prochain article dans lequel tout ira beaucoup plus vite dans un espace de moins en moins naturel…, désir d’un équilibre naturel harmonieux et inquiétude devant l’absurde d’un pouvoir invasif, restant les motivations pour continuer ce voyage…

equilibre et absurde

 


Références

  • Bard Édouard (sous la direction de), L’Homme face au climat | 2008 | éd. O. Jacob
  • Barjavel René, La Nuit des temps | 1968 | éd. Presses de la Cité
  • Bar-On Yinon M., Phillips Rob, Milo Ron, “Distribution de la biomasse sur terre”, Université de New-Jersey et PNAS | 19 juin 2018
  • Barrau Aurélien, Big Bang et au-delà | 2013/2019| éd. Dunod
  • Barrau Aurélien, Des Univers multiples | 2017 | éd. Dunod
  • Barthélémy Pierre, “Néandertal, premier à corder”, Le Monde.fr | 10 avril 2020
  • Bernard Claude, Leçons sur les phénomènes de la vie communs aux animaux et aux végétaux, Tome 1 | 1878 | éd. J.B. Baillière et fils
  • Bon François, L’Europe du Paléolithique supérieur. Dans : Une histoire des civilisations, sous la direction de Jean-Paul Demoule et autres | 2018 | éd. La-Découverte/Inrap
  • Boucheron Patrick (sous la direction de), Histoire mondiale de la France | 2017 | éd. du Seuil
  • Boucheron Patrick, Van Waerebeke Denis, “Quand l’histoire fait dates”, Les Films d’ici | Arte éditions| 2017
  • Boulding Kenneth, cité par Frédéric Cazenave, “Derrière la décroissance, de la gauche à la droite identitaire, une multitude de chapelles”, le Monde.fr| 3 déc. 2018
  • Brunet Michel, D’Abel à Toumaï : nomade, chercheur d’os | 2006 | éd. Odile Jacob
  • Brunet Michel, Nous sommes tous des Africains : à la recherche du premier homme | 2016 |éd. Odile Jacob
  • Brunet Michel, « Toumaï : Sahelanthropus tchadensis« , Hominidés.com | 2005
  • Cohen Claudine, La femme des origines : images de la femme dans la préhistoire occidentale| 2003 | éd. Belin
  • Combemorel Pascal, “La répartition de la biomasse sur Terre”, Planet-Vie | 19 juin 2018
  • Comité scientifique, “Le parcours permanent”, musée des Confluences Lyon| 2014
  • Coppens Yves, Histoire de l’homme et changements climatiques | 2006 | éd. Collège de France et Fayard
  • Coppens Yves, Le Présent du passé. L’Actualité de l’histoire de l’Homme | 2009| éd. Odile Jacob
  • Crasquin Sylvie, “La limite Permien–Trias : La crise majeure du monde vivant”, CNRS – UPMC Paris | 12 mai 2009.
  • Darwin Charles, L’origine des espèces au moyen de la sélection naturelle | 1859 et 1873 | éd. C. Reinwald
  • Del Árbol Victor, Le Poids des morts | 2006/2020 | éd. Actes Sud
  • Deloison Yvette, “La bipédie humaine – ancestrale – initiale – originelle”, Hominidés.com | 2009
  • Deloison Yvette, Préhistoire du piéton. Essai sur les nouvelles origines de l’homme | 2004 | éd. Plon
  • Harari Yuval Noah, Sapiens. Une brève histoire de l’humanité | 2011/2015 | éd. Albin Michel
  • Hartenberger Jean-Louis, Une brève histoire des mammifères, 2001 | éd. Belin
  • Hawking Stephen, Mlodinow Léonard, Y a-t-il un grand architecte dans l’univers ? | 2011 | éd. Odile Jacob
  • Hublin Jean-Jacques, L’hominisation et les sociétés de chasseurs-cueilleurs. Dans Une histoire des civilisations, sous la direction de Jean-Paul Demoule et autres | 2018 | éd. La Découverte – Inrap
  • Hublin Jean-Jacques, avec Bernard Seytre, Quand d’autres hommes peuplaient la Terre. Nouveaux regards sur nos origines | 2008 et 2011 | éd. Flammarion
  • Jacquard Albert, Voici le temps du monde fini | 1991 | éd. du Seuil
  • Klein Étienne, Le temps (qui passe ?)| 2013 | Bayard éditions
  • Leduc Claudine, présentation du livre de Claudine Cohen, “La femme des origines. Images de la femme dans la préhistoire occidentale” | Clio, Histoire‚ femmes et sociétés, N°23 | 13 nov. 2006
  • Magdelaine Christophe, « Les extinctions massives de la biodiversité », Notre planète.info | 13 sept. 2019
  • Malaterre Christophe, “Expliquer les origines de la vie : structures et schèmes explicatifs”, Noesis | 2008
  • Maurel Marie-Christine, Les Origines de la vie | 2017 | éd. Le Pommier
  • ONU, “Déclaration de New York pour les réfugiés et les migrants”. Résolution adoptée par l’Assemblée générale le 19 sept. 2016
  • Picq Pascal, Premiers hommes | 2016 | éd. Flammarion
  • Picq Pascal, Au commencement était l’homme | 2009 | éd. Odile Jacob
  • Picq Pascal, Lucy et l’obscurantisme |2007 | éd. Odile Jacob
  • Reeves Hubert, « Petits voyages dans le cosmos », avec Étienne Klein, La conversation scientifique – France-Culture | 22 fév. 2020
  • Reeves Hubert, Poussières d’étoiles | 2008 | éd. Le Seuil
  • Sabolo Monica, Summer| 2017 | éd. Jean-Claude Lattès
  • Sacco Laurent, “La plus grande extinction massive de tous les temps”, Futura Planète | 7 avril 2020
  • Sacco Laurent, “La première molécule à s’être formée après le Big Bang détectée dans l’espace”, Futura-Sciences | 23 avril 2019
  • Schnapp Alain, Face au passé, une courte histoire. Dans Une Histoire des civilisations, sous la direction de Jean-Paul Demoule et autres | 2018 | éd. La Découverte – Inrap
  • Testot Laurent, Une histoire environnementale de l’humanité | 2017 | éd. Payot
  • Thomas Pierre, « Comment et pourquoi représenter l’arbre phylogénétique du vivant ? La réponse du Musée des Confluences de Lyon », Planet-Terre / ENS Lyon | 6 avril 2015
  • Wood Bernard, « Le buissonnant rameau humain », Pour la science N°445 | 23 oct. 2014

11 réflexions sur “Homo sapiens dans le buisson du vivant

  1. le Big bang, contrairement à la Genèse, ne prétend pas conclure la recherche de l’origine de l’univers, c’est une théorie scientifique, qui attend la prochaine pour la réfuter (ou la falsifie comme dirait Aurélien Barrau), puisque c’est le destin des théories qui ne sont que des interprétations imparfaites laissant souvent dans l’ombre encore beaucoup de points d’interrogation. Il se trouve toutefois que pour l’instant, il n’y pas de théorie alternative sérieuse à celle du BB, seule capable d’expliquer l’expansion de l’univers, et tout un tas d’autres observations (comme le rayonnement fossile, plus vieux fossile de l’univers !). Aurélien Barrau en parler ici par exemple, c’est passionnant : https://youtu.be/FKs2l7ExL4E
    Autre remarque: la petite pique gratuite à Yuval Harari en disant qu’il était friand d’interprétation, alors que beaucoup d’autres auteurs interprètent aussi beaucoup, Yves Coppens en particulier a cette réputation, je crois savoir même que ses propres pairs lui reprochent sa manie de broder des légendes.

    Aimé par 1 personne

    • en sciences humaines il y a nécessairement une part d’interprétation des faits. Mais je pense que Yuval Harari va plus loin en faisant carrément de la fiction, sympa mais pas très scientifique…

      J'aime

  2. Bravo ! exposé fort intéressant. Tout cela reste très impressionnant, nous sommes bien peu de chose et la situation actuelle nous le fait encore plus sentir.
    Merci

    Aimé par 1 personne

  3. Je me suis interrogé sur l’âge de l’univers et la façon dont on l’évalue (environ 13,7 milliards d’années) et j’ai découvert une récente et très intéressante conférence de Jean-Philippe Uzan, cosmologue, novembre 2019

    Cet âge repose sur des calculs dépendant d’un modèle théorique (la relativité générale et l’expansion de l’univers) et non sur des mesures. Heureusement qu’il reste encore des choses à découvrir !

    J'aime

  4. Moi qui m’intéresse depuis quelques temps à la préhistoire (la recherche dans le passé de l’humanité est-elle liée, en contre-point, à ma propre « avancée » en âge ?), merci de cette très riche synthèse !
    Ça donne le tournis : L’âge de l’univers étant de 13,8 milliards d’années environ, on serait donc tentés de penser que sa taille observable serait donc de 13,8 milliards d’années puis qu’aucune particule de lumière n’a pu voyager plus longtemps que l’âge de l’Univers. Ce n’est pas si simple, puisque, à cause du phénomène d’expansion de l’Univers, le lieu d’origine de ces particules de lumière s’est éloigné de nous en même temps que ces dernières se propageaient dans notre direction. Selon les calculs, ses confins se situeraient en fait aujourd’hui à 45,6 milliards d’années-lumière, faisant de l’Univers observable une sorte de sphère centrée sur la Terre de 45,6 milliards d’années-lumière de rayon (soit 450 000 milliards de milliards de kilomètres). Les chercheurs ont donc une idée plus ou moins claire de la taille de cet univers observable, mais ces calculs ne renseignent en rien sur les proportions de l’ensemble ni sur l’existence d’une éventuelle frontière. La taille de l’Univers dans son ensemble va donc bien au-delà, mais il n’existe à ce jour aucun moyen de le savoir. cf https://sciencepost.fr/taille-de-lunivers/

    J'aime

  5. j’ai été saisi par une image : celle du buisson du vivant. J’ai toujours aimé les images et parmi mes livres préférés, il y a la Bible et là, une de mes images préférées est celle du Buisson Ardent (Exode 3:13-14) : un buisson qui brûle sans se consumer, Dieu se présente à Moïse en disant simplement : « je suis celui qui est » et ça suffit et c’est nécessaire pour que moi, je puisse dire : « j’existe ».

    J'aime

  6. je lis un livre magnifique en ce moment :l’Arbre-Monde de Richard Powers, et là aussi l’humain est bien petit ! Les géants qui nous ont précédés et sont encore là où l’humain ne les a pas encore exterminés…

    J'aime

  7. Impressionnant et assez convaincant.
    J’ai eu plaisir à retrouver telle ou telle référence que très ponctuellement je pouvais avoir eue. Parmi d’autres, je pense notamment au buisson du vivant tel que représenté au Musée des confluences
    Deux remarques : – l’une sur l’art pariétal qui mériterait sans doute des développements plus spécifiques
    – l’autre sur la notion de co-évolution que Pascal Picq développe particulièrement dans ses derniers ouvrages, et qui mériterait peut-être d’être présentée.

    Aimé par 1 personne

    • la coévolution entre gènes et culture se déroule-t-elle simultanément ou bien l’une précède-t-elle l’autre ? Vaste débat sans fin entre P. Picq et Edward O. Wilson (https://fr.wikipedia.org/wiki/Edward_Osborne_Wilson) « La conquête sociale de la Terre), je suis bien incapable de trancher ce débat !
      Et entre coronavirus et Homo sapiens, y a-t-il coévolution ? et sur quoi portera-t-elle ?
      Ce qui m’interroge le plus chez P. Picq est son soutien infaillible au développement de l’intelligence artificielle qui selon lui va permettre à Homo sapiens d’être plus humain (pour P. Picq, l’humain étant du domaine de la philosophie et non de la biologie)

      J'aime

  8. ce texte m’a beaucoup intéressée.
    Il regroupe et résume bien tout ce qu’on peut lire sur ces sujets. Personnellement, je m’y intéresse beaucoup et j’ai déjà lu bien des articles sur la naissance de l’univers, la formation de la terre, l’évolution de la vie en général et de l’homme en particulier. Des scientifiques commencent même à voir dans la terre un organisme vivant (Science et Vie du mois de mars), avec des critères correspondant à le définition du vivant.
    J’ai peine à imaginer qu’il n’y ait rien eu avant le Big Bang, sans pouvoir toutefois me représentert cet « avant ». Ni admettre l’expansion de l’univers dans rien du tout, puisque l’espace serait créé par cette expansion. Moi qui suis incroyante, je pourrai y voir un dieu…Mais certainement pas un dieu qui se soucierait de mes actes : prières, alimentation, obéissance aux préceptes d’un livre sacré etc… Lorsque je pense à cet avant, à cet après, à l’immensité de l’univers, au destin de l’humanité dont je suis certaine qu’elle disparaîtra un jour, peut-être pas si lointain, je suis prise de vertige. Mais j’en reviens en général très rapidement, en me demandant : « mais qu’est-ce que je vais faire à manger aujourd’hui ? »

    J'aime

  9. Bravo, Pierre, pour ce texte magnifique !
    Pour en savoir plus sur les sociétés matriarcales des origines (qui ont duré bien plus longtemps que les sociétés patriarcales mais dont les traces ont disparu en grande partie… helas ! Il y aurait tant à en apprendre !) lire Adélise Lapier : Le réveil des filles de la déesse : 1- Dahaïs, l’égarée.
    Bonne continuation !
    💗💓🙏🏼🍀

    J'aime

Répondre à Christine Bisch Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s